De Boltigen à Zweisimmen le long de la rivière Simme

Situation

Données techniques

Altitude de départ : 817 m
Altitude maximale : 1’015 m
Dénivelé positif/négatif : 460m / 336 m
Durée totale : 3 h 30
Distance totale : 12.4 km
Difficulté : moyen

Commentaire général

Partons à la découverte d’une partie de sa vallée qui doit son nom à la rivière qui la traverse. Une randonnée qui conviendra aux enfants et qu’il est possible de raccourcir en s’arrêtant à Grubenwald par exemple. En contrepartie des secteurs asphaltés, les tronçons le long de la rivière ou à travers la forêt et la campagne sont agréables.

Descriptif de la randonnée

L’indicateur jaune nous invite à prendre le passage sous-voies

et voici le totem des randonnées ; nous allons suivre Zweisimmen ; ne pas se fier au temps de marche indiqué car il fait référence à un autre itinéraire.

Le Schafberg, le Widdergalm et le Shafharnisch

Nous commençons par longer la voie de chemin de fer

puis traversons la rivière par un pont couvert typique dans la région.

Un court passage sur la route et nous prenons un sentier à droite

qui longe la Simme en alternant courtes montées et descentes.

Vers le Schintibrügg (pont vers Reidenbach), même cap. À 100 m la place de grillades (Schweizer Familie Feuerstelle) avec une jolie place de jeux.

S’ensuit un long secteur asphalté de 2.3 km ;

Après le hameau de Klein Weissenbach, retour sur un sentier plus agréable bordant la rivière.

À proximité de Garstatt, il faut longer puis traverser la route cantonale (prudence).

Dans ce hameau, même cap, avec une bonne montée à travers forêt et pâturage

jusqu’à ce croisement ; descendre à gauche

Prudence lors de cette dernière traversée de la route cantonale (vue arrière).

À cette intersection, suivre Wanderweg

à droite le long de la rivière

jusqu’à ce petit bâtiment en bois ; ne pas suivre les indicateurs qui enjoignent de traverser la rivière (à droite), mais prendre à gauche le sentier asphalté qui monte direction Grubenwald.

Une petite gouille bien calme.

Suivre la Pfyffenegg Gässli jusqu’à cet indicateur au centre du village. Direction le sommet de la colline du Manneberg.

Même direction, ignorer l’indicateur pour Zweisimmen ; donc tout droit

et ensuite à gauche un sentier forestier avec une bonne montée

qui nous permet de rejoindre la route avant de partir rapidement à droite

sur un sentier en partie en cailloux avec des racines apparentes.

Sur la montée, deux belles marmites glacières avec un panneau explicatif.

 

Au sommet de la colline, les ruines du château d’Unter Manneberg délaissé par les Bernois à partir de 1386.  L’autre château d’Ober Manneberg dont il ne subsite quasiment plus rien fut la propriété des comtes de Gruyères dans les années 1340.

Vue aérienne des ruines

Nous redescendons de la colline et au croisement avec la route communale, nous prenons direction Obegg/Zweisimmen.

Dernière traversée de la Simme

et nous suivons à gauche le sentier de la rive

qui est agréablement ombragé.

Voici l’endroit où la petite Simme rejoint sa grande sœur qui vient de la droite d’où le nom de la localité de Zweisimmen.

Nous longeons la petite Simme pour rejoindre la gare de Zweisimmen.

Prendre le train pour retourner à Boltigen.

Autres informations

• Accessibilité : possible pour les enfants ; adapter la distance en fonction de leurs aptitudes et envies
• Itinéraire : selon votre lieu de résidence, trois possibilités : Autoroute A6 jusqu’à Spiez puis route cantonale jusqu’à Boltigen ; ou emprunter le Jaunpass ; ou alors Col des Mosses – Saanen – Zweisimmen – Boltigen
• Coordonnées point de départ :
• Parking : gratuit 12 h à la gare de Boltigen

• Balisage du chemin : voir le descriptif
• Restauration : 1 place de grillades/pique-nique avec espace jeux après 2 km

et une autre au Manneberg après 9 km

Cartes

Traversée du col des Mosses aux Diablerets

Situation

Données techniques

Altitude de départ : 1’432 m
Altitude maximale : 1’802 n
Dénivelé positif/négatif : 495m / 771 m
Durée totale : 4 h
Distance totale : 14 km
Difficulté : moyen

Commentaire général

Rattachée aux Ormonts Dessous, la station des Mosses offre de nombreuses randonnées (dépliant disponible à l’office du tourisme). Pour rester dans cette belle région des Ormonts, nous avons relié les Diablerets par les hauts. Hormis 2 passages, cette randonnée ne présente pas de difficultés et se déroule uniquement sur des sentiers de randonnée jaunes avec parfois de l’asphalte; en contrepartie un superbe panorama très diversifié, les Préalpes fribourgeoises ou vaudoises et le Mont Blanc.

Descriptif de la randonnée

À proximité de l’arrêt de bus Les Mosses Village et du parking, le premier indicateur ;

suivre la direction la Comballaz ;

et 160 m plus loin, monter à gauche direction Lioson/Pic Chaussy

sur une route, puis un sentier traversant un pré.

Retour sur l’asphalte ; le sentier qui traversait la parcelle de cette nouvelle construction n’a pas été rétabli ; suivre la clôture droit dans la pente

et nous rejoignons une autre route, prendre alors à droite

vers Oudiou/Les Diablerets.

À notre droite, le Mont d’Or et le Gros Van.

Continuer la montée sur une route asphaltée puis en gravillons

toujours même cap.

La pente se redresse mais reste régulière. À notre gauche le Pic Chaussy.

Vers Oudiou, prendre le temps d’un regard en arrière direction les Mosses ; notamment, la Pointe de Cray, le Vanil Carré, la Pointe de Paray et le Vanil Noir.

Suivre désormais la direction Isenau

À notre droite, le Chamossaire

Le Mont Blanc et le Dôme du Goûter

Au fond l’Oldenhorn, le Scex Rouge, le Sommet des Diablerets et Tête Ronde.

Par une route forestière, nous rejoignons Chersaulaz avec notamment ce beau chalet.

La suite est moins intéressante, il faut monter à gauche la route asphaltée que nous emprunterons sur 2.2 km

jusqu’au chalet de la Lé.

Nous avons pu admirer le magnifique ballet offert par 3 aigles.

Descendre à droite dans le pâturage

et partir à flanc de côteau pour arriver aux chalets de la Dix.

On ne résiste pas à un nouveau regard vers le Mont Blanc.

Même cap

Chalet très bien rénové avec son toit en tavillons et son chéneau en bois.

Avant Marnex, à cette intersection, descendre à droite ;

Cap sur la Dia/Les Diablerets.

Au prochain indicateur, même direction ; il faut quitter la route asphaltée

pour descendre dans le pâturage

Et suivre les poteaux de la ligne électrique.

Nous traversons un bois et un pré sur un sentier étroit, en dévers mais qui va s’améliorer par la suite.

La Palette d’Isenau

La Berneuse, la Tour d’Aï et celle de Mayen

Retour sur une retour asphaltée et à ce croisement, nous avons choisi de prendre à gauche

La Combe/Les Diablerets.

Au terme de la route, montée dans un pré

avec une brève traversée d’une forte pente sur une trace en dévers et une entrée pentue dans la forêt .

Descente au fond du vallon pour traverser le Torrent

suivie d’une remontée pour rejoindre une route forestière.

Arrivés vers les premiers chalets,  suivre les indicateurs jaunes et poursuivre jusqu’au croisement de la route du col du Pillon empruntée sur 100 m.

que nous quittons pour des escaliers qui nous conduisent à la rue des Ormonts puis à celle de la Gare et nous rejoignons le point d’arrivée. Nous prenons le train jusqu’au Sépey puis le bus nous ramène aux Mosses.

Autres informations

• Accessibilité : la distance et les dénivelés font que nous ne la recommandons pas aux enfants.
• Itinéraire : A9/E27 Sortie no 17 Aigle puis suivre Les Mosses ; arrivés au village, le parking se situe sur la droite, à côté de l’arrêt des transports publics « Village »
• Coordonnées point de départ : WGS 84 (lat/lon) : 46.39440, 7.10093
• Coordonnées point d’arrivée : WGS 84 (lat/lon) : 46.35155, 7.15441
• Parking : gratuit à côté de l’arrêt de bus Les Mosses Village

• Balisage du chemin : suivre Lac Lioson puis Isenau et enfin les Diablerets; voir descriptif
• Restauration : aucune place de pique-nique, ni de bancs ; donc dans la nature
• Divers : WC disponibles au départ et à l’arrivée

Cartes

Du col du Pillon à Gsteig par le col de Voré et le Blattipass

Situation

Données techniques

Altitude de départ : 1’543 m
Altitude maximale : 1’912 m
Dénivelé positif/négatif : 595 m / 959 m
Durée totale : 3 h 50
Distance totale : 11 km
Difficulté : moyen ; descente très pentue entre les kilomètres 8 et 10, dénivelé négatif de 440 m sur une distance de 1.5 km

Commentaire général

Si la route du Col du Pillon nous est familière, cet itinéraire par les crêtes permet de prendre de la hauteur, avoir une vue dégagée et de passer par des endroits peu fréquentés et préservés. Un bémol, l’important dénivelé négatif et la pente parfois raide mentionnée ci-dessus.

Descriptif de la randonnée

À l’arrêt du bus postal, voici l’indicateur avec les différents points par lesquels nous allons passer : Lac Retaud, Seeberg et Blattipass pour rejoindre Gsteig.

Actuellement une partie de la place de parc est occupée par des travaux et il faut faire un petit détour en passant entre les bâtiments du téléférique pour retrouver l’itinéraire (tout droit au fond).

1ère montée pour rejoindre le lac sur un sentier avec des secteurs forestiers et des racines apparentes

puis à travers des pâturages. Derrière nous, la passerelle de Glacier 3000.

Les indicateurs nous donnent régulièrement l’état d’avancée de notre balade.

Et voici le lac Retaud dominé par la Palette.

Nous empruntons une route gravillonnée que nous abandonnons pour un sentier qui part à gauche.

Bon dénivelé pour rejoindre le col ; traversée facile d’un pierrier

puis le chemin longe à flanc de côteau

avant la dernière pente où il se déroule en zigzags. Pause photos au col de Voré.

En face de nous l’Oldenhorn et le Scex Rouge

et plus à gauche, la Schuchhore, le Gstellihorn et le Mont Brun.

Et de l’autre côté, les Salaires, le Biolet, la Gummfluh et le Gross Stand.

Nous entamons la descente direction Seeberg.

Le lac d’Arnon avec les sommets du Gross Stand, du Furggenspitz et Staldenhorn.

Au chalet du Seeberg, caps inchangés pour la suite

sur le chemin qui monte à droite ;

ignorer une trace qui va tout droit, bien rester sur la droite

avec comme point de repère l’entrée du bois.

D’abord traversée d’un pâturage

pour arriver dans une petite forêt avec un secteur pentu et humide

pour rejoindre un espace plus ouvert

qui nous amère au chalet d’Obers Stuedeli (vente de fromage d’alpage).

Nous poursuivons à travers pâturages

et bifurquons à droite  

pour une ultime côte

et nous voici au Blattipass.

Début de la grande descente sur un sentier en terre

et à partir de Topfelsberg,

sur une route carrossable.

Vue plongeante sur la vallée et Gstaad.

Quitter la route en prenant à droite

et suivre une trace dans le pâturage

jusqu’à un portail ; il faut un peu chercher le prochain piquet indicateur. Nous arrivons au lieu-dit Schopti et son joli raccard.

Descente très directe à travers le pâturage

et la forêt, avec des secteurs bien pentus qui mettent à l’épreuve nos articulations.

Nous sommes contents de rejoindre d’abord une route carrossable puis asphaltée.

À l’intersection avec la route cantonale, prendre à droite

pour rejoindre l’arrêt de bus Gsteig Post.

De là, prendre le bus pour rejoindre le parking du col du Pillon.

Autres informations

• Accessibilité : pas indiqué pour les enfants (dénivelé et distance)
• Itinéraire : Autoroute E27/E62/A9, sortie no 17 Aigle. Continuer vers les Diablerets ; dans cette localité, poursuivre sur le col du Pillon.
• Coordonnées point de départ : WGS 84 (lat/lon) : 46.35406, 7.20653
• Parking : gratuit de Glacier 3000
• Balisage du chemin : suivre Lac Retaud/Col de Voré/Gsteig
• Restauration : peu de bancs, mais le pique-nique dans un pâturage convient également
• Flore :
Colchique

Epilobes à feuilles étroites

Chardons argentés

Callunes

• Divers : bâtons de randonnée recommandés. WC disponibles à la gare de départ du téléférique
• Alternative : si vous voulez éviter la forte descente, continuer sur Feutersoey à cet endroit, prendre tout droit (1h30 sur la route en gravillons) jusqu’à l’arrêt de bus Feutersoey Dorf ; environ 3 km supplémentaires

Cartes

La cabane Turtmann

Situation

Données techniques

Altitude de départ : 1907 m
Altitude maximale : 2’520 m
Dénivelé positif/négatif : 770 m
Durée totale : 3 heures 45 (2 h 15 pour la montée et 1 h 30 pour la descente)
Distance totale : 9.7 km
Difficulté : moyen

Commentaire général

Nous avions déjà bien apprécié cette vallée de Tourtemagne lors de notre randonnée du bisse d’Ergisch. La route étroite qui monte depuis Oberems nous permet d’aller plus avant dans cette vallée bien préservée avec son joli hameau de Gruben. Vous découvrirez au fur et à mesure de la montée vers la cabane un magnifique panorama. Si vous êtes matinaux, vous pourrez même apercevoir les cordées montant au sommet du Breithorn. Pas de difficulté technique, un bon chemin plus la vue, donc beaucoup de randonneurs …

Descriptif de la randonnée

Au parking, un grand panneau d’informations est à disposition.

Nous allons monter par Holustei car le sentier est plus intéressant que la route, respectivement, nous serons à l’ombre.

Après un bref tronçon de route carrossable, nous arrivons ensuite sur un sentier de randonnée de montagne.

Pour les 2 premiers kilomètres, dénivelé positif de 420 m, il y a de la pente. Même cap.

Une double racine enserrant un caillou, œuvre anonyme.

Un bref passage rocheux est équipé d’une corde.

Au centre, le Stierbärg et à sa droite le glacier de Tourtemagne.

La Punta Burnaby (selon Peakfinder) et le Bishorn

À la sortie de la forêt, l’itinéraire monte en lacets à travers un pâturage

et nous rejoignons Holustei et sa petite chapelle.

Une forte déclivité nous attend (120 m sur une distance de 360 m)

un peu atténuée par les zigzags du sentier terreux.

Un peu de repos et nous poursuivons à droite

sur un bon chemin qui longe la falaise à flanc de côteau.

Nous apercevons la cabane tout au fond.

Prochaine intersection, même but

sur un sentier montant en pente assez régulière.

Encore un kilomètre, mais, il faudra absorber un dénivelé de 220 m.
Sous ces rochers, coule un ruisseau.

Un dernier éboulis facile à traverser

et voici la dernière « difficulté » le long de la paroi avec un câble qui sera encore plus utile à la descente.

À l’approche de la cabane, nous apercevons brièvement tout à gauche le Brunegghorn.

Encore un petit effort et nous voici arrivés.

Quelques cairns ont été érigés.

La terrasse est idéale pour une pause méritée après cette montée et pour admirer le paysage.

Le glacier du Brunegg avec à sa droite le Bishorn

Celui de Tourtemagne avec ses belles cascades.

Et les maigres restes de celui des Diablons.

La trace de la montée au Bishorn est bien visible.

Au fond de la vallée, le lac et le barrage de Tourtemagne.

Nous sommes redescendus par le même itinéraire (Sommerweg), Il est aussi possible d’emprunter le chemin des cairns (Steinmannliweg).

À ce croisement, prendre à gauche, direction lac, Vorder Sänntum (parking)

Un petit coup d’œil en arrière pour deviner par où passe le sentier.

Bel équilibre

Nous rejoignons rapidement une route carrossable qui va nous ramener à notre point de départ (env. 4 km).

Autres informations

• Accessibilité : vu le dénivelé et la durée, pas recommandé pour les enfants
• Itinéraire : Sierre-Leuk- Turtmann monter à droite direction Oberems ; continuer la route direction Gruben puis jusqu’au parking
• Coordonnées point de départ : WGS 84 (lat/lon) : 46.18558, 7.69634
• Parking : 3 heures gratuites puis payant : CHF 4.- entre 4 h et 12 h

• Balisage du chemin : Suivre Turtmannhütte SAC via Holustei puis Panoramaweg jusqu’à la cabane ; retour sur le même itinéraire jusqu’à cet indicateur

Direction Vorder Sänntum
• Restauration : bien assez de rochers pour le pique-nique ; la cabane cuisine quelques plats simples (croûtes au fromage, röstis)
• Flore :

Epilobes à feuilles étroites

Aconit napel (toxique)

Epilobes à petites fleurs

Gentianes champêtres

Callunes
• Trucs et astuces : pour les gourmands, ne pas manquer la tourte forêt noire confectionnée à la cabane. Nous sommes partis tôt et en passant par Holustei, nous avons fait presque toute la montée à l’ombre ; de plus le chemin est plus intéressant que la route du barrage. Il s’agit d’une randonnée bien fréquentée, raison supplémentaire pour un départ matinal

Cartes

 

 

Au bord du lac de Brienz par les cascades de Giessbach

Situation

Données techniques

Altitude de départ : 600 m
Altitude maximale : 795 m
Dénivelé positif/négatif : 420 m / 465 m
Durée totale : 3 h 15
Distance totale : 11.3 km:
Difficulté : facile-moyen ; aucune difficulté technique

Commentaire général

Longer le lac de Brienz avec son bleu si particulier et redécouvrir les cascades de Giessbach et son magnifique site sont les atouts de cette randonnée. Le village d’Iseltwald nous a par contre un peu déçu, hormis sa magnifique situation, nous ne lui avons pas trouvé un charme particulier. Gros point négatif de cette randonnée, les 2 kilomètres à parcourir sur la route bien fréquentée qui conduit à Giessbach. Nous avons dès lors pour projet de modifier cette randonnée en faisant un parcours en boucle depuis Iseltwald et revenir par le sentier bordant le lac. À suivre …

Descriptif de la randonnée

Vers le parking, le 1er indicateur, il faut descendre à droite en direction du village.

Un îlot au milieu du lac

Nous quittons l’asphalte pour un chemin montant à droite

avec pour caps Giessbach/Brienz

Vue du village d’Iseltwald

Il faut traverser deux routes (en toute sécurité) et bien suivre les indicateurs.

Nous descendons dans un vallon

pour traverser le ruisseau

que nous remontons en zigzag

pour arriver au pied de la spectaculaire cascade du Mülibach.

Nous poursuivons la montée en passant par Louberli (petit débit de cafés et boissons à la ferme)

en bénéficiant d’un beau point de vue sur le lac.

et le château de Seeburg dont la construction remonte au début des années 1900.

La presqu’île

L’itinéraire est bien balisé, il suffit d’être un peu attentif. Chemins

et sentiers forestiers se succèdent

Garder le même cap.

Au hameau de Hoflue, nous rejoignons une route asphaltée ; pour les amateurs d’objets anciens.

Sur ce tronçon, nous avons rencontré de nombreux vélos.

À proximité des cascades de Giessbach, quitter l’itinéraire balisé qui va tout droit pour monter à droite en suivant l’indicateur rouge.

Magnifique vue sur la cascade

et sur l’hôtel.

Vue globale sur la succession de cascades.

Retour sur l’itinéraire, nous montons à droite

et rejoignons la route asphaltée à emprunter sur 2 km.

Ce tronçon est désagréable pour les randonneurs car la route est bien fréquentée et elle est étroite. En face, Brienz.

Nous la quittons au bas de la descente pour prendre à gauche en passant sous la route principale.

Il reste une bonne demi-heure.

Une grande place de pique-nique/grillades est à disposition. Nous traversons l’Aar qui se jette dans le lac

en bordant la route

que nous laissons sans regret pour côtoyer le lac jusqu’à la gare de Brienz. De nombreux bancs sont à disposition.

Autres informations

• Accessibilité : possible pour des enfants, tenir compte de la distance
• Itinéraire : autoroute A6, puis A8, sortie no 28 Iseltwald ; descendre en direction de ce village
• Coordonnées point de départ : WGS 84 (lat/lon) : 46.70815, 7.96201
• Parking : payant à Iseltwald

• Balisage du chemin : suivre Giessbach/Brienz
• Restauration : une place de pique-nique/grillades au km 9 et de nombreux bancs le long du lac avant d’arriver à Brienz
• Divers : WC payants disponibles au départ

Cartes

Cabane et lac de Louvie

Situation

Données techniques

Altitude de départ : 1’490 m
Altitude maximale : 2’239 m
Dénivelé positif/négatif : 805 m
Durée totale : 3 h 50
Distance totale : 9 km
Difficulté : moyen-difficile (dénivelé et descente)

Commentaire général

Comme c’est souvent le cas pour les cabanes du CAS, une rude montée vous attend pour rejoindre le site, soit 710 m de dénivelé positif sur les 3 premiers kilomètres. Comme vous pourrez le découvrir ci-après, le jeu en vaut la chandelle. Un joli petit lac dans un écrin de montagnes, une belle cabane, un superbe point de vue sur les Combins et une belle flore diversifiée. Voici un avant-goût. 

Descriptif de la randonnée

De l’autre côté de la route où se situe le parking, voici l’indicateur des randonnées. Direction Louvie.

150 m de terrain plat

et nous entamons la montée sur un bon sentier de randonnée de montagne.

L’itinéraire fait des zigzags dans la pente qui est parfois bien raide

Le Combin de Corbassière

De gauche à droite, le Grand Combin, puis celui de Valsorey et celui de Corbassière.

Vue rapprochée des deux premiers.

Nous contournons un massif rocheux. Le chemin est sécurisé par des chaînes à droite puis à gauche (4 secteurs).

Nous avançons dans le vallon très bien préservé.

à une autre occasion, nous avions pu voir plusieurs bouquetins. Le torrent dévale la pente.

Reflet des sommets dans une mare.

Enfin un replat,

Poursuivre

jusqu’à cet indicateur et prendre à droite, « le Dâ » (malheureusement, il manque l’indication  » Tour du Lac « ).

Traversez le lac par ce pont

pour rejoindre le sentier qui borde le plan d’eau. Vous serez rapidement confrontés à un premier éboulis, mais les marques rouges et blanches vous guideront.

Le lac avec la cabane.

Toujours le même cap, Tour du Lac.

et un second éboulis testera vos facultés d’équilibriste.

Une passerelle pour franchir le torrent de Louvie.

Grandes étables à voûte très bien rénovées. Un panneau renseigne sur ce type de construction bien particulier.

Pause à la terrasse de la cabane avec ce magnifique panorama ; de gauche à droite, le Mont-Fort, en arrière-plan, le petit Mont-Fort puis la Tête de Momin.

Les Combins depuis la cabane.

Descente direction Fionnay en empruntant l’itinéraire de la montée. Techniquement, elle est plus difficile que la montée et nécessite de l’attention.

Sur notre droite, le glacier du Trient avec à sa gauche, notamment la tour d’Argentière.

Une petite dernière

Autres informations

• Accessibilité : ne convient pas aux enfants
• Itinéraire : Autoroute E27 direction Grand-St-Bernard/Verbier ; à Sembrancher, direction Verbier ; au Châble, direction Lourtier ; continuer jusqu’à Fionnay
• Coordonnées point de départ : WGS 84 (lat/lon) : 46.03319, 7.30708
• Parking : gratuit et illimité ; nombre de places limité ; d’autres possibilités dans le hameau

• Balisage du chemin : suivre Louvie, puis tour du lac puis Fionnay
• Restauration : une seule table sur le parcours ; suffisamment de rochers autour du lac ; la cabane de Louvie
• Flore :

Epilobes

Campanules barbues

Joubarbe

Centaurées des montagnes

Adénostyles ?

Gentianes pourpres

Bardane commune
• Divers : bâtons de randonnée très utiles à la descente ; WC disponibles au départ, à côté de la place de parc

Cartes

Montbovon et ses chalets d’alpage

Situation

Données techniques

Altitude de départ : 796 m
Altitude maximale : 1’462 m
Dénivelé positif/négatif : 775 m
Durée totale : 4 h
Distance totale : 10.1 km
Difficulté : moyen-difficile (dénivelé)

Commentaire général

Sortons des sentiers battus pour découvrir une région bien préservée avec de superbes points de vue (lorsque les nuages ne crochent pas aux sommets comme lors de notre randonnée …). Mais pour arriver au chalet de la Brâ, il faudra absorber un dénivelé de 700 m. Tout se mérite. Et en prime, le joli sentier bordant le lac de Lessoc et bien sûr les deux ponts historiques.
Randonnée proposée sur le site de Fribourg Région

Descriptif de la randonnée

Vers le parc, le totem des randonnées pédestres ; direction La Brâ

Nous empruntons la route asphaltée qui descend vers l’usine électrique.

Ne manquez pas la magnifique ancienne auberge de la Croix Blanche qui était un relais postal au temps des diligences.

Nous passons le pont sur la Sarine et trouvons un nouvel indicateur jaune.

Il faut monter à droite sur une route asphaltée

que nous quittons pour une route en gravillons à droite

et nous la suivons sur 1.1 km ; ne pas manquer l’indicateur jaune qui nous invite à partir à gauche .

Des chèvres paissent dans le pâturage.

C’est une rude montée que nous attaquons, presque 600 m de dénivelé positif sur 3.5 km

Itinéraire en zig-zag et nous arrivons dans la forêt du Gressaly avec des tronçons bien pentus.

À la sortie du bois, à gauche

pour rejoindre le chalet de la petite Chia.

Un court répit avec une petite descente

et la pente se redresse avec parfois une forte déclivité dans la forêt.

À ce croisement, cap inchangé, tout droit

avec une nouvelle côte

qui s’ouvre sur un pâturage.

Nous arrivons au beau chalet d’alpage de Sonlomont que nous longeons. Une pensée pour Fernand Gremaud qui a longtemps tenu l’alpage.

Nouvel indicateur, il reste 215 m de dénivelé sur 1.6 km

Les génisses sont intriguées par notre passage ;

nous nous dirigeons vers le bois que nous traversons sur un bon sentier.

En direction de la Tine.

Nous retrouvons le pâturage pour d’ultimes lacets.

En-dessous du point 1’425, vers un chalet sans nom, deux antiques fortifications militaires.

En face de nous, Planachaux, la Dent de Corjon et les Villards.

Au fond, nous apercevons la route carrossable qui monte au chalet de la Brâ

que nous rejoignons rapidement.

Véritable terrasse avec un magnifique panorama ; seule la Dent de Jaman était épargnée par les nuages.

La vallée de l’Intyamon et au milieu, la Sarine.

Devant nous, les Millets

Direction les Verbus/Lessoc; qui dit rude montée dit rude descente.

Il faut traverser le pâturage (pas de trace) en visant le sentier qui est visible plus bas.

Passages à forte déclivité.

Tout au fond de la vallée, Montbovon.

Le sentier traverse des secteurs très pentus.

Descente parfois piégeuse dans la forêt du fait de parties en rochers, cailloux ou racines.

Au lieu-dit les Verbus, direction Lac de Montbovon Pont couvert,

respectivement l’itinéraire 273

Poursuivre la descente à droite.

Et voici le pont couvert au-dessus du lac de retenue de Lessoc. Il a été construit en 1667, à l’époque au-dessus de la Sarine.

Nous remontons sur une route en gravillons, ne pas manquer l’indicateur jaune pour partir à gauche.

Un bon chemin forestier

nous amène au pont en pierres dont la construction date de 1500. Il enjambe l’Hongrin.

Directement après, descendre à gauche

pour arriver au bord du lac.

Sur un agréable sentier nous rejoignons la route asphaltée près de l’usine électrique puis remontons jusqu’au parking en empruntant le même itinéraire que pour l’aller.

Autres informations

• Accessibilité : pas adapté pour des enfants (dénivelé, sentiers)
• Itinéraire : A12/E27 Sortie no 4 Bulle ; suivre l’indication Château-d’Oex et aller jusqu’à Montbovon (gare)
• Coordonnées point de départ : WGS 84 (lat/lon) : 46.48669, 7.04338
• Parking : gratuit et illimité vers la gare

• Balisage du chemin : Suivre la Brâ, puis Lessoc, ensuite Montbovon tour du lac. Itinéraire swissmobile no 273

• Restauration : 1 place de grillades après 8 km aux Verbus sinon des bancs au bord du lac

• Divers : Bâtons de randonnée fort utiles ; à faire par chemins secs ; WC à la gare de Montbovon

Cartes

Autour d’Evolène par le lac d’Arbey

Situation

Données techniques

Altitude de départ : 1’350 m
Altitude maximale : 1’783 m
Dénivelé positif/négatif : 656 m
Durée totale : 4 heures
Distance totale : 11.8 km
Difficulté : moyen, pas de difficulté technique

Commentaire général

Depuis que notre ami Michel a acquis une résidence secondaire dans la région, nous la découvrons avec grand plaisir. Cette balade se fait uniquement sur des chemins de randonnée (balisés en jaune) mais est toutefois exigeante. Notre récompense, une vue splendide sur la Dent Blanche et le glacier de Ferpècle,

la jolie gouille d’Arbey et des chemins souvent forestiers agrémentés de touches humoristiques.

Descriptif de la randonnée

Depuis le parking, monter la route asphaltée sur 120 m et à ce croisement, prendre à gauche

direction Arbey Lac/Chemeuille

Rude grimpée avec un dénivelé positif de 400 m sur les 2 premiers kilomètres et des secteurs bien pentus.

Environ 560 m après le départ, à cette intersection, nous avons choisi le sentier de droite Arbey Lac / Chemeuille qui a pour avantage de monter jusqu’au lac dans la forêt.

Un tronçon de route carrossable (vue arrière)

puis un sentier forestier

avec cette indication.

Croisement avec la route asphaltée, cap Arbey

Le sentier est parfois rocheux avec des racines apparentes.

Poursuivre l’itinéraire en montant à gauche, même direction.

La pente s’adoucit et à la sortie de la forêt, nouvel indicateur (La Giette/Les Haudères)

Nous voici arrivés au lac d’Arbey nommé le Gollié d’Arbey sur la carte.

À proximité, une place de grillades. 

Et voici les temps de marche des prochains lieux.

Magnifique, la Dent Blanche et le glacier de Ferpècle.

Nous empruntons désormais une route carrossable.

Les chalets d’Arbey et leurs toits en ardoise.

Prendre ensuite le sentier qui part à droite

et qui nous amène à cette passerelle.

S’ensuit un bon sentier forestier

avec la même direction soit les Haudères.

Le joli hameau de la Giette

avec notamment ce beau chalet alliant pierre et bois avec bonheur.

De gauche à droite, les Dents de Veisivi, la Maya, le glacier du Mont Collon et les Pointes d’Oren.

Nous continuons sur la route carrossable et rejoignons une route asphaltée au hameau des Farquès.

L’indicateur

nous invite à prendre un sentier à gauche

avec des secteurs plus ou moins pentus. Au fond, les Haudères.

Il faut bien suivre les indicateurs pédestres jaunes, mais le parcours est bien balisé.

Arrivés, en bas, nouveau cap, soit Evolène

par la route de la Digue pour commencer

et après 100 m, l’indicateur pédestre nous fait prendre à gauche et monter. À raison car c’est bien plus intéressant que la route de la Digue.

Puis l’itinéraire continue à flanc de côteau

et traverse la forêt du Zau Derri.

Nous rejoignons ensuite la route de la Digue qui vient de notre droite.

Voici la Borgne avec sa couleur typique car alimentée par les glaciers de Ferpècle et d’Arolla.

Nous continuons à travers le grand pâturage de Lotrec

puis remontons direction le village par le pont.

Poursuivre sur la route asphaltée

non sans avoir admiré cette sympathique décoration extérieure.

Au prochain carrefour ; prendre à gauche, Arbey lac

et continuer sur la route asphaltée pour retrouver notre point de départ.

Autres informations

• Accessibilité : nous paraît trop difficile pour des jeunes enfants (dénivelé et distance)
• Itinéraire : Autoroute A9/E62, sortie no 27 Sion-Est/ Val d’Hérens ; poursuivre jusqu’à Evolène, traverser le village et à sa sortie, prendre à droite Télé Evolène. Il est aussi possible de prendre la route de contournement puis de revenir direction le village et prendre à gauche Télé Evolène. Suivre la route, longer la Step, puis, après le pont, la route fait un lacet. Le parking se trouve à votre droite

• Coordonnées point de départ : WGS84 (lat/lon) : 46.11278, 7.49076
• Parking : gratuit au départ

• Balisage du chemin : suivre Arbey puis les Haudères et enfin Evolène
• Restauration : les bancs sont rares, mais il y a une magnifique place de grillades et de pique-nique après 9 km

• Trucs et astuces : les bâtons de randonnée sont bien utiles à la montée et encore plus à la descente ; si vous voulez vous vérifier la température de la rivière la Borgne, vous pouvez y accéder facilement au km 11 lorsque vous traversez la rivière.

• Divers : N’oubliez pas de vous promener dans le charmant village d’Evolène avec ses belles demeures bien conservées

Cartes

Circuit dans la région de la Valsainte

Situation

Données techniques

Altitude de départ : 930 m
Altitude maximale : 1’495 m
Dénivelé positif/négatif : 684 m
Durée totale : 3 h 45
Distance totale : 11.7 km
Difficulté : moyen

Commentaire général

Sortons des sentiers fréquentés pour cet itinéraire fait maison. Si une partie de la montée se fait sur un mauvais chemin, le sentier forestier depuis le Solitou vous réconciliera en incluant des jolis points de vue sur le lac de la Gruyère. Le gîte d’Allières avec sa belle terrasse est bien tentante pour une pause avant la descente qui vous permettra d’avoir une vue dégagée sur les Préalpes fribourgeoises.

Descriptif de la randonnée

Du parking, redescendre le chemin de Pra d’Amont en direction de la route de la Valsainte et prendre à droite direction le village de Cerniat.

À la prochaine bifurcation, monter à droite, direction Gîte d’Allières/La Berra

la route de la Vieille Scie

jusqu’au prochain indicateur qui nous invite à monter à gauche.

Un dénivelé de 400m sur les 3 prochains kilomètres nous attend. Le sentier est caillouteux et le passage de troupeaux a altéré son état 

avec des passages boueux qu’il est possible de contourner.

Rester sur la droite en visant l’indicateur jaune tout en haut

et après un bref passage sur la route, prendre direction la forêt,

l’indicateur se trouve vers le portail de la clôture

sur un sentier un peu meilleur.

Cap sur la Berra.

L’itinéraire est bien balisé

mais le prochain tronçon est peu commode.

Sortie de la forêt et nous voici sur la route asphaltée

pour rejoindre le lieu-dit La Payenna (indication La Guille sur la carte). Même cap

Il faut monter de façon assez directe dans le pâturage.

pour retrouver un secteur goudronné

jusqu’au Solitou

avec son agréable banc couvert.

Face à nous, panorama des Recardets jusqu’ à la Hochmatt.

Direction Gîte d’Allières

sur un sentier forestier.

Soyez attentifs aux indicateurs jaunes.

Après la traversée d’un pâturage,

nous retrouvons les bois avec des aménagements sur certaines parties.

Ouverture sur le lac de la Gruyère, le Gibloux et au fond le Jura

Une dernière côte et voici le Gîte d’Allières.

Désormais, il faut suivre la direction de la Valsainte

sur la route carrossable

jusqu’à cet indicateur ; descendre à droite dans le pâturage.

En face de nous le Vanil des Cours.

Brenleire et Folliéran et le Vanil Noir.

Le sentier n’est pas évident, il faut se diriger vers le beau chalet des Botteys

puis arriver sur la route alpestre

que nous quittons plus loin pour descendre à droite dans la forêt.

Bonne descente qui va mettre à contribution vos genoux et des trous cachés par l’herbe solliciteront vos chevilles.

On longe la clôture

et avant la ferme de la Cierne

vers le caillou, prendre à droite

une trace peu visible et qui traverse le pâturage direction une autre ferme sur 250 m (ligne électrique).

Passer entre les bâtiments agricoles

pour rejoindre la route asphaltée descendante

qui nous ramènera à notre point de départ.

Autres informations

• Accessibilité : pas recommandé pour les enfants, montée parfois sur de mauvais chemin, dénivelé et durée
• Itinéraire : A12/E27 Sortie no 4 Bulle ; suivre l’indication Charmey-Jaun. Avant l’entrée de Charmey et le grand pont sur le Javro, prendre à gauche direction Cerniat. Traverser le village et continuer jusqu’aux Riaux. Monter à gauche direction les Communailles, parking à 100 m sur la droite

• Coordonnées point de départ : WGS 84 (lat/lon) : 46.64438, 7.16636
• Parking : gratuit, en nombre limité

• Balisage du chemin : suivre Gîte d’Allières/la Berra, puis la Valsainte
• Restauration : peu de bancs pour le pique-nique, donc se débrouiller …
• Divers : à la ferme de la Cierne, il faut emprunter un chemin non balisé à travers prés sur 250 m. Nous n’avons vu aucune interdiction et avons pu passer sans problème. S’il n’était plus possible de le prendre, nous proposons une alternative en continuant sur le chemin de la Cierne jusqu’à la Valsainte, puis celle direction Cerniat pour rejoindre le point de départ aux Riaux (tracé jaune). Cela représente un détour de 1.7 km par rapport à l’itinéraire présenté ; prudence sur la route communale de la Valsainte à Cerniat

Cartes

Variante par la Valsainte (trajet jaune)

Au pied du Moléson

Situation

Données techniques

Altitude de départ : 731 m
Altitude maximale : 1’286 m
Dénivelé positif/négatif : 617 m
Durée totale : 3 h 30
Distance totale : 11.6 km
Difficulté : moyen, pas de difficulté technique

Commentaire général

Bien sûr,  la Gruyère est bien connue grâce à ses traditions ou spécialités (Bénichon, fromage, vacherin ou crème double). Mais surtout, elle offre de très nombreuses possibilités de randonnées. Chalets d’alpage, pâturages, troupeaux, le vert paysage et bien sûr les Préalpes sont quelques-unes des composantes que vous pourrez apprécier.

Descriptif de la randonnée

Voici l’indicateur situé au parking ; direction les Maulatreys

Nous remontons la route de la Gare

jusqu’à ce carrefour où il faut prendre à droite.

Passer devant l’église puis monter à gauche la route de Pra Jouli.

Belle poya accrochée à la façade d’une ferme.

Entre le départ et le 5ème kilomètre, il va falloir absorber un dénivelé positif de 570 m. Suivre la route asphaltée jusqu’à une épingle à cheveux et prendre à gauche dans la forêt.

Nous allons côtoyer le Ruisseau du village sur un chemin forestier

qui devient ensuite caillouteux.

Un petit étang

À la sortie de la forêt suivre un chemin agricole

jusqu’à cette intersection, il faut monter à gauche

et ensuite poursuivre à travers prés.

Après avoir franchi le portail, la pente se redresse.

Nous rejoignons l’itinéraire qui vient de la Chia, prendre à gauche.

Un peu de répit avant l’entrée dans un bois

avec un bref mauvais passage (pierres/racines).

Nous poursuivons la montée

et entrons dans la forêt, mêmes caps.

À sa sortie, l’itinéraire continue à travers des pâturages.

Nous arrivons à la chapelle des Clefs, il y a des bancs à disposition.

150 m plus loin, début de la descente avec un changement de direction, désormais Pringy/Gruyères

Nous laissons à notre droite l’itinéraire qui part sur Moléson Village.

Descente à travers les pâturages

avant de rejoindre une route d’alpage.

À ce croisement, prendre à droite, la marque jaune sur le piquet est peu visible.

À notre gauche ou à notre droite, quelques chalets d’alpage

Dont celui de Provêta-d’Avau avec son toit en tavillons.

Peu avant d’arriver au hameau de la Loue, la déclivité s’accentue et le revêtement peut vous réserver une glissade.

Suivre brièvement la route asphaltée et la quitter en prenant le sentier à gauche.

Nous traversons une première fois l’Albeuve

Nous sommes désormais sur une route asphaltée ; à ce croisement, partir à gauche

direction Le Pâquier via Montbarry.

Retraverser la rivière et suivre la route.

Montbarry, d’abord hôtel et centre thermal suite à la découverte en 1784 d’une source d’eau sulfureuse, puis lieu de méditation et de paix jusqu’en 2010.

Légère descente pour rejoindre le centre du village du départ.

Arrivés à l’école, nous retrouvons l’itinéraire emprunté lors de l’aller.

Autres informations

• Accessibilité : possible pour des enfants, mais prendre en compte le dénivelé et la distance totale
• Itinéraire : autoroute A12/E27, sortie no 4 Bulle … suivre la H189/12 direction Gruyères/Château-d’Oex notamment ; au 3ème rond-point prendre la 2ème sortie et au rond-point, la 1ère sortie direction Le Pâquier/Gruyères
• Coordonnées point de départ : WGS 84 (lat/lon) : 46.59492, 7.05923
• Parking : gratuit et illimité à côté de la gare

• Balisage du chemin : suivre les Maulatreys, puis Gruyères/Epagny et enfin Le Pâquier-Montbarry
• Restauration : Place de pique-nique et de grill un peu avant le 9ème kilomètre, après la traversée de l’Albeuve

• Panorama : En face de nous, de gauche à droite, la Dent de Broc, celle du Chamois et celle du Bourgo ; en second plan, celles de Brenleire et Folliéran, les plus hauts sommets 100% fribourgeois.

Le Moléson

• Flore :

Bugranes buissonnantes

Centaurées des montagnes
• Divers : Au Carmel sis au Pâquier (suivre le fléchage depuis centre du village), vous trouverez d’excellents biscuits faits par les sœurs de ce couvent

Cartes

L’autre versant de Charmey , boucle vers la forêt des Reposoirs

Situation

Données techniques

Altitude de départ : 1’027 m
Altitude maximale : 1’473 m
Dénivelé positif/négatif : 566 m
Durée totale : 3 h 15
Distance totale : 11.2 km
Difficulté : moyen ; pas de difficulté technique

Commentaire général

Sauf les skieurs, nous connaissons plutôt le versant ouest de Vounetse et sa télécabine. Allons à la découverte d’un paysage verdoyant avec ses chalets d’alpage et ses troupeaux et de magnifiques points de vue sur les Préalpes fribourgeoise. Sans oublier une jolie flore ; et peut-être aurez-vous également la chance d’apercevoir un chamois.

Descriptif de la randonnée

Nous commençons sur la route asphaltée des Revers.

Juste après le pont sur le Rio de l’Essert, nous trouvons le premier indicateur.

À l’intersection avec la route du Pré de l’Essert

continuer tout droit direction la Gissetta

À ce croisement, rester sur la gauche (indicateur jaune).

Devant nous, la Chaux de Férédetse et les Dents Vertes dont la Tour Ronde.

Le Rio de l’Essert.

Nouveau croisement, il faut monter tout droit.

Cap sur La Gissetta et Tissinèva

La 1ère ferme du domaine du Pré de l’Esserta été construite dès 1146 par les moines de l’Abbaye d’Hauterive. Ils ont fait construire la Chapelle dédiée à Saint Garin au milieu des années 1500. L’endroit était un important point de passage pour les voyageurs entre Charmey et le Lac Noir.

Nous poursuivons sur la route d’alpage avec un tronçon bien pentu à travers un paysage bien préservé.

Un peu en dessous de la ferme de la Gissetta, il faut prendre à droite

et entrer dans une forêt.

Peu avant sa sortie, nous croisons un ruisseau à sec

et traversons un pâturage et montons vers la crête. Le balisage n’est pas évident, viser les poignées oranges des passages des clôtures.

Vue arrière

Nous nous dirigeons vers le beau chalet de Tissiniva Derrey

en suivant une trace dans le pré.

Nous rejoignons alors une route asphaltée (avec une descente avant de remonter)

que nous suivons jusqu’au chalet Neuf.

Pause photos ; Patraflon, Pointe de Balachaux et le Gros Brun

La Combiflue, le Gros Brun et tout à droite le Vanil d’Arpille.

Désormais, nous sommes sur une route en gravillons en pente régulière

pour rejoindre la buvette de Tissiniva.

Direction Charmey via les Reposoirs

Une prise de vue pour l’office du tourisme avec troupeau et sommets. De gauche à droite, Dent de Brenleire, celle de Folliéran, le Vanil Noir, Vanil de l’Ecri, le Van, et les dents du Bourgo, du Chamois et de Broc et enfin, le Moléson.

Nous débutons la descente et, à cette intersection, prendre le sentier à droite

pour rejoindre les Reposoirs.

Joli chemin avec de nombreuses fleurs ;

Cap inchangé

sur une route alpestre qui dessert des chalets d’alpage.

La route est en très bon état et le revêtement offre une bonne adhérence.

Elle descend en zig-zag dans le bois.

À la sortie, vue partielle sur le couvent de la Valsainte.

Arrivés au pied de la descente, nous retrouvons la route empruntée à l’aller en voiture.

Direction à droite

et après 600m, nous arrivons à notre point de départ.

Autres informations

• Accessibilité : possible pour des enfants ayant l’habitude de ce type de randonnée
• Itinéraire : A12/E27 Sortie no 4 Bulle ; suivre l’indication Charmey-Jaun. À l’entrée de Charmey (après le mini-golf) prendre à gauche direction Le Praz/Les Ciernes. Continuer la route des Revers jusqu’au parking qui se trouve à votre gauche

• Coordonnées point de départ : WGS 84 (lat/lon) :46.64826, 7.20610
• Parking : gratuit ; à 50 m, juste après le pont, se trouve un autre parking

Balisage du chemin : Suivre la Gissetta, puis Tissinèva, Charmey via les Reposoirs et à nouveau la Gissetta
• Restauration : pas de banc, donc se débrouiller pour trouver un coin pique-nique
• Flore :
Rosiers sauvages

Orchis mâle

Renouée bistorte

Gentiane jaune

Epilobes

Campanules barbues

 

Cartes

Circuit au Chasseral

Situation

Données techniques

Altitude de départ : 1’552 m
Altitude maximale : 1’606 m
Altitude minimale : 1’263 m
Dénivelé positif/négatif : 505 m
Durée totale : 3 h 45
Distance totale : 13 km
Difficulté : moyen (pas de difficulté technique)

Commentaire général

Nous pourrions appeler cette balade « la randonnée des métairies ». En effet, nous rencontrons 4 établissements sur le parcours, donc vous aurez l’embarras du choix.
Si Ste-Croix revendique le nom de balcon du Jura, le site du Chasseral pourrait se targuer d’être la terrasse. Le panorama est à couper le souffle. À nos pieds, les lacs de Bienne, Morat et Neuchâtel ; au loin la vue porte des Alpes bernoises jusqu’au Mont Blanc. Vous y rajoutez une jolie flore, les murs de séparation des pâturages, le calme du Jura sauf à proximité de l’hôtel, une randonnée à ne pas manquer.

Descriptif de la randonnée

Avant de partir, il faut s’arrêter pour jouir de ce magnifique point de vue depuis le bord du parking surtout avec la lumière du matin.
Les 3 lacs

Des Grandes Jorasses au Mont Blanc,

du Schreckhorn à la Jungfrau ;

un tableau panoramique présente les différents sommets.

Et de l’autre côté, l’aspect vert et reposant du Jura.

Mettons-nous en chemin … ; depuis le parking, partir à droite, direction Combe Grède

et remonter la route asphaltée direction antenne

et au prochain indicateur prendre à gauche direction Pré aux Auges.

Un petit chemin caillouteux descend très directement dans la pente ;

vue d’en bas.

Nous traversons la route du col du Chasseral à deux reprises

et poursuivons à travers des pâturages.

Passage dans une forêt qui apporte une ombre bienvenue

et au lieu-dit Pré aux Auges, il faut continuer à gauche direction Les Limes Derrières.

Au prochain croisement, prendre à droite, cap Petite Douanne

À la sortie de la forêt, nous continuons à travers de vastes pâturages.

On va de métairie en métairie, d’abord celle de Meuringue, puis de Petite Douanne, l’itinéraire est quasi plat.

Le chalet des Limes Derrière

puis celui du Haut et désormais nous marchons sur une route en gravillons.

Quel regard se cache derrière cette frange ?

Arrivés à la Petite Douanne, prendre la direction de la Métairie du Milieu de Bienne

en empruntant la route goudronnée qui monte en pente douce (environ 250 m).

La quitter pour prendre un sentier

qui grimpe de façon directe dans la pente

puis longer la clôture jusqu’à la Métairie du Milieu de Bienne.

L’antenne nous paraît proche, mais il y a près de 4 km et plus de 200 m de dénivelé positif pour y parvenir.

Agréable sentier à travers prés

et à la vacherie de Nods (métairie), prendre à gauche

L’itinéraire fait deux grandes épingles avant d’arriver sur la crête. Surprise par notre arrivée, une marmotte a disparu rapidement. Des sommets bien connus.

Encore quelques petites montées

pour rejoindre l’antenne. Un quart d’heure sur route ou sur un sentier

et nous retrouvons notre point de départ.
L’hôtel et la tour depuis Lignières.

Autres informations

• Accessibilité : possible pour des enfants ayant l’habitude de randonner ; prendre en compte la distance
• Itinéraire : Autoroute A5, sortie no 19 Le Landeron ; aller direction le centre de la localité, puis au rond-point suivre Le Chasseral. Direction Lignières

puis Nods ; après cette localité, la route est étroite et les croisements de véhicules parfois compliqués. Continuer jusqu’à l’hôtel
• Coordonnées point de départ : WGS 84 (lat/lon) : 47.12775, 7.04667
• Parking : gratuit à côté de l’hôtel du Chasseral

• Balisage du chemin : suivre Combe Grède/Pré aux Auges, puis Les Limes Derrière ; ensuite La Petite Douanne, ensuite la Métairie du Milieu de Bienne et enfin le Chasseral
• Restauration : 4 métairies ou pique-nique sur un banc ou un rocher
• Flore :
Globulaires à tige nue

Boutons d’or traînants

Anthyllide vulnéraire

Orchis mâle

Gentianes de Clusius

• Divers : WC disponibles à l’hôtel du Chasseral.

Cartes

Autour du Bäderhore

Situation

Données techniques

Altitude de départ : 1’505 m
Altitude maximale : 1’746 m
Dénivelé positif/négatif : 434 m
Durée totale : 3 h 10
Distance totale : 10.8 km
Difficulté : moyen

Descriptif de la randonnée

Traversez la route cantonale en suivant l’indication Bäderalp.

En face de nous, le Bäderhore

Nous empruntons tout d’abord une route asphaltée sur 2 km. Elle est interdite à la circulation hormis pour les bordiers, mais cette prescription n’est pas respectée par tous …

Direction Grosse Bäder/Bäderhore

Suivre les indicateurs jaunes :

devant nous le chalet buvette du Grosse Bäder et le sommet en arrière-plan.

Au chalet, nous avons pris à gauche Zitbode/Bäderhore Rundweg

et emprunté le sentier

qui monte direction la forêt

et arrivé à une jonction, même cap.

Nous passons de l’autre côté du massif sur un sentier

humide, rocailleux et glissant ; il traverse une forte pente, donc nécessite de l’attention.

Les Préalpes fribourgeoises, le Vanil d’Arpille, le Gros Brun, la Combiflue et la Chörblispitz.

Du côté de la Gruyère, Dents du Bourgo, du Chamois et de Broc

Vue arrière du sentier.

Même direction

avec une bonne grimpée sur cette route alpestre

que nous quittons pour un sentier (à droite) à travers le pâturage (indicateur jaune).

Tout simplement magnifique.

À notre droite la Pfadspitz que nous allons border.

Le chemin est en bon état.

Ressemblance avec la Pierreuse et ses pierriers. La nature à l’état brut.

Nous traversons quelques éboulis et rejoignons un bois ; nous sommes à l’extrémité du sommet.

Nous repartons en direction du chalet du Grosse Bäder.

Petite descente assez raide

et nous rejoignons l’emplacement idéal pour le pique-nique.

Directement après la pause, un passage technique avec un câble qui sert de main courante pour contourner ce rocher.

Prudence également lors de cette traversée d’une pente très raide et le sentier est parfois étroit.

Nous arrivons au chalet de Buufeli.

Nous traversons un grand pâturage avant d’arriver dans un bois

et son beau chemin forestier.

Nous rejoignons rapidement le chalet du Grosse Bäder pour une pause meringue (cuite par leurs soins dans leur four solaire) malheureusement accompagnée de crème Chantilly, crime de lèse-majesté pour un ressortissant du Sud fribourgeois.
Retour par la route empruntée lors de l’aller.
Ne pas manquer le point de vue sur la Wanflue, les Sattel et les Gastlosen.

Autres informations

• Accessibilité : possible pour des enfants ayant l’habitude de sentiers de randonnée de montagne (marquage rouge-blanc )
• Itinéraire : A12/E27 sortie no 4 Bulle ; suivre Charmey/Jaunpass
• Coordonnées point de départ : WGS 84 (lat/lon) : 46.59188, 7.33826
• Parking : payant, CHF 5/jour

• Balisage du chemin : suivre d’abord Grosse Bäder/Bäderhore puis Zitbode Bäderhore Rundweg et enfin Grosse Bäder/JaunpAA
• Restauration : bel emplacement pour le pique-nique ; sinon, il y a assez de rochers

• Flore :
Géraniums des bois

Anthyllide vulnéraire

Vesce cracca

Orchis mâle

Gentianes de Clusius

Anémones des bois

Soldanelles des Alpes

Silènes acaules

• Divers : WC publics disponibles vers le parc à droite

Cartes

En suivant la Sarine entre Rougemont et Rossinière

Situation

Données techniques

Altitude de départ : 996 m
Altitude maximale : 1’034 m
Dénivelé positif/négatif : 372/472 m
Durée totale : 3 h 45
Distance totale : 13.7 km
Difficulté : moyen ; pas de difficulté technique

Commentaire général

Poursuivant notre découverte du Pays d’Enhaut, nous vous invitons à longer la Sarine de plus ou moins près. Une magnifique vue sur les Préalpes vaudoises, un superbe tronçon le long de la rivière dans les environs de Château-d’Oex avec en point d’orgue le passage de la Sarine sur le pont Turrian et la découverte de ce beau coin de pays sont les moments forts de cette randonnée. Avec malheureusement de nombreux secteurs asphaltés.

Descriptif de la randonnée

De la gare, revenir direction Château-d’Oex et rejoindre la route du village ;

la descendre direction route cantonale (rond-point) et  longer cette dernière sur 200 m (indicateurs jaunes)

Prendre ensuite la route qui monte à droite, notamment direction Le Crêt

De gauche à droite, le Rubli, le Rocher à Pointes, le Rocher Plat et le Rocher Pourri.

Direction Flendruz

Long tronçon asphalté

avant de redescendre vers le village de Flendruz.

L’imposante masse du Rocher du Midi.

Nous rejoignons la route cantonale qu’il faut traverser avec prudence.

Cap sur Gérignoz/Château-d’Oex

Devant nous la Pointe d’Aveneyre et Planachaux

Petite descente pour traverser le ruisseau des Ciernes Picat

suivie de la remontée …

L’itinéraire est bien balisé, il faut tout de même être un peu attentif ; prendre à gauche pour le hameau des Combes.

Derrière nous, les Rodomonts qui font l’objet de deux randonnées sur notre site.

À ce lieu-dit, prendre le chemin à gauche

qui nous conduit à un pré que nous allons traverser

pour rejoindre un petit bois.

Le sentier étroit coupe à travers une forte pente, prudence avec les enfants.

Il faut ensuite traverser la Sarine

pour arriver au hameau de Gérignoz.

À notre gauche, la Gummfluh, le Brecaca et le Biolet

Au lieu-dit, prendre à gauche, Château-d’Oex par le Pont Turrian (vous pouvez également partir à droite mais vous manquerez le plus joli secteur de la randonnée).

Nous remontons la route de la Braye

et la quittons pour prendre une 1ère fois à droite

puis à nouveau à droite le petit sentier en gravillons

avec les mêmes caps.

Devant nous la chaîne des Vanils avec la Pointe de Paray.

La descente vers la rivière est parfois pentue sécurisée par une main courante.

Nous y voici, tout simplement magnifique avec les sommets en arrière-plan.

En ce mois de mai très sec, la cascade du Ramaclé est bien maigrichonne.

L’endroit est propice pour le pique-nique, il y a quelques bancs et tables, sinon, assez de cailloux.

Voici une nouvelle traversée de la Sarine, sur le pont Turrian.

Une petite montée plus tard, nous avons une bonne vue d’ensemble de Château-d’Oex

Planachaux et la Dent de Corjon.

Traverser la route cantonale avec prudence

et continuer la montée jusqu’au centre du village. Passer à côté de l’Ours

et poursuivre en direction de la voie de chemin de fer que nous allons longer.

Direction Les Moulins ; nous sommes sur les hauts de Château-d’Oex avec quelques jolis chalets.

Cap sur la Chaudanne et notre but final, Rossinière.

À cet endroit, descendre à gauche

puis à travers un pré

et juste avant la route cantonale, continuer à droite sur cette route agricole.

Vers ce bâtiment, quitter l’asphalte pour le gravier

et ensuite une trace à travers prés direction la rivière.

Mêmes caps.

Route goudronnée,

sentier forestier

et voici la route cantonale à traverser une dernière fois.

Partir à gauche, puis à droite pendant 1.3 km.

Descendre à droite pour croiser une dernière fois la Sarine

et retrouvons notre point de départ du matin.

Autres informations

• Accessibilité : possible pour des enfants, tenir compte de la distance ; on peut raccourcir le trajet en s’arrêtant à Château-d’Oex (8.7 km)
• Itinéraire : soit par le col des Mosses, Les Moulins puis Rossinière ; soit A12/E27 sortie no 4 Bulle, suivre Château-d’Oex ; au centre de Rossinière, descendre à droite direction la gare
• Coordonnées point de départ : WGS 84 (lat/lon) : 46.48864, 7.20896
• Parking : gratuit à la gare de Rossinière

• Restauration : tables et bancs le long de la Sarine
• Divers : départ en train de la gare de Rossinière jusqu’à Rougemont

Cartes

Circuit au Mont Aubert

Situation

Données techniques

Altitude de départ : 831 m
Altitude maximale : 1339 m
Dénivelé positif/négatif : 606 m
Durée totale : 3 h 45
Distance totale : 13 km
Difficulté : moyen ; pas de difficulté technique

Commentaire général

Un superbe point de vue sur le lac de Neuchâtel et les Alpes, un paysage vert fait de forêts et pâturages, la beauté tranquille du Jura et malheureusement aucune vue depuis le sommet, voici quelques éléments de cette sympathique randonnée dans un coin de pays moins connu.

Descriptif de la randonnée

À proximité de la place de parc, un indicateur jaune nous invite à monter tout droit.

Nous empruntons une route asphaltée

avec un beau point de vue sur le lac de Neuchâtel avec les Alpes en arrière-plan

Au lieu-dit les Bruyères, prendre la direction Pré Jaquier/Mauborget (ne pas suivre Mont Aubert tout droit)

en empruntant la route qui monte à gauche.

Un petit coup de fatigue, cette chaise est là pour vous accueillir.

Poursuivre sur la route un peu plus loin que les Esserts et l’itinéraire part en montée à gauche

sur un sentier agréable mais avec une bonne déclivité.

Continuer toujours tout droit jusqu’à cette fourche, partir à droite.

L’indicateur est peint sur l’arbre à droite.

À la sortie de la forêt, nous traversons un grand pré

jusqu’au prochain croisement ; direction les chalets de Serolliet/ Mont Aubert.

Route agricole

puis après le bois, l’itinéraire est moins lisible mais bien indiqué, rester sur la droite.

Nous poursuivons à travers les pâturages

jusqu’à l’arrivée dans un nouveau secteur boisé.

Le portail d’entrée se trouve à gauche.

Agréable sentier forestier en légère descente.

À la sortie, la trace est peu visible

mais les indicateurs nous maintiennent sur le bon chemin.

Nous continuons direction le chalet du Grand Serrolliet (au fond)

que nous contournons jusqu’à cette petite cabane.

Quitter le chemin et monter en direction de la petite cabane, poursuivre dans l’espace entre les arbres

et prendre à gauche, longer quelques petits rochers

pour atteindre le sommet géographique du Mont Aubert qui n’est pas marqué (vers l’arbre).

Retour sur nos pas pour rejoindre l’itinéraire initial. Même programme (bois et prés) ; rester attentifs au balisage, prendre le sentier à droite ;

Une prochaine marque se trouve au fond contre l’arbre.

Désormais, cap sur Fontanezier

Quelle belle vue

Début de la descente avec quelques secteurs plus pentus. Ne pas manquer le sentier qui part à gauche

Après un bon kilomètre, nous arrivons sur une route

et nous rejoignons l’itinéraire emprunté lors de la montée au lieu-dit les Bruyères.

Poursuivre jusqu’au point de départ.

Autres informations

• Accessibilité : possible pour des enfants, tenir compte de la distance et du dénivelé
• Itinéraire : Autoroute A5, sortie no 3 Grandson, suivre Bonvillars/Champagne, à la sortie Bonvillars, prendre la direction de Fontanezier ; le parking se trouve à gauche
• Coordonnées point de départ :
• Parking : gratuit mais places en nombre limité

• Restauration : peu de bancs, mais vers le Mont Aubert, des rochers ont fait l’affaire
• Flore :
Boutons d’or/renoncules

Pensées des alpes

Centaurée des montagnes

Campanules

• Divers : à travers prés ou sur certains chemins forestiers, il y a des herbes hautes ; dès lors nous recommandons des pantalons longs (tiques)

Cartes

Les vallons des Vaux et du Flonzel

Situation

Commentaire général

Altitude de départ : 660 m
Altitude maximale : 672 m
Altitude minimale : 460 m
Dénivelé positif/négatif : 360 m
Durée totale : 3 h 15
Distance totale : 11.6 km
Difficulté : facile-moyen

Descriptif de la randonnée

Du parking, descendre et traverser la route cantonale

pour trouver le premier indicateur ; départ direction Rovray

le long d’une clôture et au croisement avec la route asphaltée, monter à droite.

À la prochaine bifurcation, prendre à gauche

un chemin agricole

qui nous conduit vers une forêt.

Peu après, nous trouvons une place avec un foyer pour les grillades.

Nous sortons de la forêt et partons direction le village de Rovray

mais il faut rapidement obliquer à gauche

et emprunter un chemin en terre.

Nous arrivons vers l’exploitation agricole sise au Murgi

que nous traversons pour repartir côtoyer la forêt. Ne pas manquer le chemin qui va à gauche dans la forêt.

Le sentier est agréable et facile

jusqu’au début de la descente qui part à gauche à proximité du viaduc autoroutier.

Sur les tronçons les plus pentus, des marches facilitent la progression.

Bien qu’il n’eût pas plu depuis une semaine, 4 secteurs étaient boueux et très glissants, malgré quelques planches posées sur le sol.

L’itinéraire traverse une pente à forte déclivité, donc prudence, en particulier avec les enfants.

Nous sommes contents de retrouver plus d’adhérence sur la route du vallon (à gauche)

Le ruisseau des Vaux s’est creusé son lit dans la molasse.

Vu sur la seule maison du vallon.

Une grotte d’une dizaine de mètre creusée dans l’imposante falaise.

Nous traversons le ruisseau des Vaux

et remontons maintenant le vallon du Flonzel.

Après cette passerelle,

deux options s’offrent à vous : soit partir à gauche et rejoindre la Tour de St-Martin en 20 minutes, soit poursuivre dans le vallon du Flonzel, ce que nous avons choisi.

Nous avons bien aimé ce secteur avec ses falaises,

sa nature bien préservée

sauvage

et verdoyante.

Nous quittons le vallon à regret par un bon sentier qui monte en zig-zag et en pente régulière.

Sortie du bois que nous allons longer jusqu’aux abords de Molondin.

Un bref passage sur une route communale et à gauche, direction la Tour de St-Martin

en empruntant la route bien nommée de la Scie.

Retour dans la nature

avec cet agréable sentier bordé de haies.

À notre gauche, la Tour de St-Martin et une petite partie de rempart.

Au croisement de la route pour Chêne-Pâquier, nous décidons de faire le détour par la fortification (à gauche).

Des escaliers métalliques permettent d’atteindre son sommet.

Ce site date du 12ème siècle. Les seigneurs de Saint-Martin y ont construit le château et le bourg qui lui était lié, intégrant l’église. Bien situé sur une esplanade, il était défendu par les falaises des vallons des Vaux et du Flonzel et pour le surplus entouré d’une enceinte. Il y avait une communication avec la tour de la Molière. La famille Saint-Martin s’est éteinte au début du 15ème siècle et le bourg fut abandonné au siècle suivant.

Les nouveaux gardiens pacifiques du lieu.

Par la route communale, nous rejoignons Chêne-Pâquier qui doit son nom à de nombreux arbres de cette espèce. Magnifique magnolia devant une belle demeure.

Direction notre point de départ

et nous quittons la route en prenant l’itinéraire pédestre à gauche.

Nous arrivons au pont du Covet ; à l’époque, un moulin exploitait le courant du ruisseau des Vaux.

Peu après, nous retrouvons la bifurcation de l’aller et nous remontons direction Chavannes-le-Chêne.

Autres informations

• Accessibilité : la descente vers le viaduc autoroutier n’est déjà pas simple pour les adultes ; donc peu conseillée pour les enfants ; voir sous divers
• Itinéraire : il y a plusieurs possibilités qui dépendent de votre provenance ; donc nous ne mettons pas d’indication et laissons votre GPS vous guider
• Coordonnées point de départ : WGS 84 (lat/lon) : 46.77698, 6.77807
• Parking : gratuit au centre du village ; sinon au terrain de football

• Balisage du chemin : voir descriptif
• Restauration : 1 place de grillades après 2 km et une autre à la tour St-Martin
• Flore :
Anémones des bois

Pensées parmi des fraisiers

• Divers : il nous avait été recommandé de faire le trajet dans le sens inverse des aiguilles de la montre. L’état du sentier du vallon du Flonzel est bien meilleur que celui descendant dans celui des Vaux (voir descriptif). À refaire, nous partirions dans le sens des aiguilles de la montre, donc d’abord par Chêne-Pâquier, puis Molondin. Ce pourrait être une possibilité accessible aux enfants. Randonnée à faire par chemins secs.

Cartes

La vieille Aar entre Dotzingen et Büren an der Aare

Situation

Données techniques

Altitude de départ : 431 m
Altitude maximale : 443 m
Dénivelé positif/négatif : 50m/40 m
Durée totale : 3 h 15
Distance totale : 13.7 km plus 400 m de la gare à la place de parc.
Difficulté : facile-moyen, aucune difficulté technique.

Commentaire général

Tout d’abord un grand merci à Rando Vaud pour nous avoir fait connaître cette randonnée. Certainement praticable toute l’année, sur des chemins agricoles en alternance avec des sentiers et un peu d’asphalte, nous avons découvert un joli coin de pays. De plus, la région de la vielle Aar est une réserve qui recèle de nombreux volatiles.

Descriptif de la randonnée

Du parking, se diriger vers la passerelle qui nous permet de traverser la vielle Aar

et prendre à droite le long du cours d’eau.

Des étangs reflètent l’arborisation environnante.

Il ne faut pas suivre la direction Büren, mais celle de Meienried qui part à gauche.

Après 150 m, prendre à droite (marques sur la route)

Une brève rencontre

Nous nous dirigeons vers le hameau d’Unterfahr ; traverser la 1ère route et continuer tout droit (indicateur à droite caché par une plante).

Très belle ferme bernoise typique

Sculpture de l’animal totem de notre site.

Et de nombreuses décorations égaient le lieu.

Direction Gottstatt à gauche

sur un joli sentier

Nous longeons l’ancienne Thielle

que nous abandonnons pour traverser un champ, puis prendre à droite

pour traverser le canal de l’Aar de Nidau à Büren

Direction Büren a.A. en bordant le canal.

Au terme de la rectiligne, prendre à gauche

direction Büren a.A., Uferweg Alte Aare.

Désormais, nous allons longer le cours d’eau et découvrir quelques-uns de ses habitants.

Arrivés à Obermatt (paddock), il faut prendre à droite

le sentier qui borde la rivière.

Après avoir rejoint la route agricole, nous la délaissons une nouvelle fois pour le sentier côtier à droite.

Une place de grillades

avec accès à la rivière

Vous trouverez à Meinisberg une jolie place de jeux et un coin pique-nique.

Sentier pédestre

et route agricole alternent sur 3 km.

Nous quittons la berge pour longer la piscine de Büren

avant de la retrouver bordant un quartier de villas.

Voici le point de jonction de l’alte Aar (à droite) et du canal de l’Aar (à gauche).

Nous empruntons le pont en bois

pour arriver au centre de la bourgade dont la construction date du 13ème siècle. Le château a été construit dans les années 1620 et fut la résidence du bailli.

Deux exemples de belles enseignes ornant certains établissements.

Nous poursuivons direction sud et arrivés à un carrefour, montons à droite en direction de la gare.
Prendre ensuite le train à Büren an der Aare pour revenir à Dotzigen (1er arrêt) ; à la gare, suivre la direction Busswil ;

traverser les voies de chemin de fer et suivre le trottoir le long de la route jusqu’au parking.

Prudence lors de la traversée de la route.

Autres informations

• Accessibilité : possible pour des enfants
• Itinéraire : Autoroute E27/A6 sortie no 8 Münchenbuchsee ; continuer direction Büren a.A. Au centre de Dotzigen, prendre à gauche direction la gare/la poste

• Coordonnées point de départ : WGS 84 (lat/lon) : 47.14134, 7.35709
• Parking : continuer tout droit après avoir traversé les voies de chemin de fer ;il se trouve à droite à 400 m de la gare ; gratuit

• Balisage du chemin : très bien indiquée ; bien suivre le descriptif
• Restauration : 2 places de grillades et de nombreux bancs le long de l’ancienne Aar

 

Cartes

Le long du lac de Neuchâtel entre Auvernier et Chez-le-Bart

Situation

Données techniques

Altitude de départ : 432 m
Altitude maximale : 449 m
Dénivelé positif/négatif : 80 m
Durée totale : 3 h 10
Distance totale : 13.7 km
Difficulté : facile-moyen ; aucune difficulté technique

Commentaire général

Notre 200ème randonnée a pour cadre le beau pays de Neuchâtel. Belle découverte du lac, principalement sur des chemins proches de la rive à travers des bois ou longeant des domaines viticoles. Hormis une certaine affluence vers la jolie Pointe du Grain, nous avons profité du reposant bruit des vagues et de jolis coins. De plus cet itinéraire peut être fréquenté presque toute l’année.
Un petit bémol, le long secteur asphalté de 5 km entre le Petit-Cortaillod et le port de Bevaix, respectivement un gros kilomètre le long de la route cantonale peu avant l’arrivée.

Descriptif de la randonnée

À la gare d’Auvernier, voici le premier indicateur.

Partir dos au lac et longer le parc, puis vers le kiosque, revenir direction le lac

et suivre ensuite le Sentier du Lac direction Petit Cortaillod

Beau mélange de teintes du lac.

Première mention du but du jour.

Un vent nord-est agitait l’eau.

Après la plage de Boudry, nous entrons dans les terres et passons l’Areuse.

Après la traversée d’un champ, continuer toujours tout droit à la Poissine (il manque un indicateur).

Commence alors un très long secteur goudronné. Nous franchissons le Vivier et arrivons vers les anciennes usines de câbles de Cortaillod et son magnifique parc réservé aux employés.

Nous traversons le Petit-Cortaillod qui compte quelques magnifiques demeures malheureusement cachées au regard des passants par de hauts murs. Lac d’un côté, vignes de l’autre agrémentent les 2 km pour rejoindre la Pointe du Grain.

Accès direct au lac par une longue plage ; vu les nombreuses places de parc existantes, l’endroit doit être très fréquenté en saison.

Même programme jusqu’après le port de Bevaix.

Peu avant, l’intéressant écomusée de la pêche et des poissons (ouvert le dimanche d’avril à octobre de 14h à 17h) avec de nombreux panneaux extérieurs.

Nous quittons sans regret l’asphalte pour retrouver le vert des prés.

À la jonction avec une petite route, prendre à gauche direction lac (il manque un indicateur);

Un espace a été créé pour passer à côté du portail,

et, se diriger ensuite vers un grand bâtiment (indicateur jaune contre la façade).

Très joli parcours à travers une zone humide

et la forêt parfois dense.

Ne pas manquer l’indicateur qui nous fait monter à droite

pour rejoindre la route cantonale (attention lors de la traversée, il n’y a pas de passage piétons à cet endroit).

Nous la côtoyons sur plus d’un kilomètre et la dernière partie est protégée par une barrière en bois

Descente direction le lac pour la dernière partie.

Nous côtoyons des baraques de pêcheurs

avant de rejoindre l’arrivée.

Autres informations

• Accessibilité : possible pour des enfants, adapter la distance à leurs possibilités respectivement envies
• Itinéraire : Autoroute A5 direction Neuchâtel, sortie No 4 Vaumarcus/Gordier ; puis sortie no 5 direction Gorgier ; au centre, prendre direction parking/débarcadère

• Coordonnées point de départ : WGS 84 (lat/lon) : 46.97438, 6.87888
• Parking : gratuit 6 heures au port de Chez-le-Bart

• Balisage du chemin : suivre Sentier du Lac, direction Petit-Colombier puis Chez-le-Bart
• Restauration : de nombreux bancs sur le parcours ainsi que des espaces aménagés dans les ports ou vers les plages

• Divers : Pour se rendre au point de départ, prendre d’abord le bus postal de Chez-le-Bart, Arrêt Poste jusqu’à Boudry Gare ; puis le train Littorail direction Neuchâtel jusqu’à Auvernier Gare

Cartes

À la découverte de Delémont et de ses alentours

Situation

Données techniques

Altitude de départ : 503 m
Altitude maximale : 678 m
Altitude minimale : 396 m
Dénivelé positif/négatif : 350 m
Durée totale : 3 h 15
Distance totale : 11.7 km
Difficulté : moyen

Commentaire général

Voici la 190ème randonnée de notre site et la première dans la République et Canton du Jura dont le drapeau est bien visible depuis le point de départ.

Crosse épiscopale de l’ancien évêché de Bâle et les 7 bandes horizontales rouges et blanches représentant les 7 anciens districts de ce territoire dont Delémont, les Franches-Montagnes et Porrentruy districts historiques du canton du Jura qui seront bientôt rejoints par Moutier.
Partons à la découverte de la cluse du Vorbourg, de la Birse et de la Sorne ainsi que de la vieille ville de Delémont avec un petit clin d’œil au Cyril.

Descriptif de la randonnée

Nous débutons sur la route asphaltée qui monte en direction de la falaise

pour l’abandonner rapidement au profit d’un petit sentier à lisière de forêt.

La trace n’est plus très visible, mais il faut simplement longer la clôture du côté gauche

pour arriver à cet indicateur. Direction Béridier/Vorbourg.

Nous entreprenons la principale montée sur un sentier forestier avec un dénivelé de 100 m et deux passages plus pentus ;

une brève partie sur la route et le sentier part en montant à droite

puis à flanc de côteau sur une route forestière.

Petit détour par le Béridier

et son panorama très ouvert.

Voici le début de la descente,  en cette période automnale, le sentier est tapissé de feuilles mortes.

À ce croisement, ne pas prendre la direction Soyhières

mais Auberge de Jeunesse/Delémont.

Le revêtement est un peu piègeux car rocheux ou caillouteux, parfois assez pentu.

La chapelle du Vorbourg se laisse deviner à travers le feuillage.

À cet endroit, prendre le chemin qui descend à droite du banc

vous ne verrez l’indicateur jaune qu’un peu plus loin.

Nous rejoignons la route asphaltée

et continuons direction chapelle du Vorbourg/Soyhières.

Restez sur la route de gauche

et directement après cette ouverture dans la falaise

un chemin qui part à droite vous conduira à la chapelle du Vorbourg.

La chapelle et la tour carrée Sainte-Anne accolée au rocher se dressent sur une arête imposante. Entre le XIe au XVe siècle, un château féodal, habité par les chevaliers de Telsperg, surveilla le passage de la cluse de la Birse entre Delémont et Soyhières. Aujourd’hui, il ne reste que les ruines de la tour principale de la partie supérieure.
En direction du fond de la vallée

Au loin, le château de Soyhières dont la 1ère construction date du 11ème siècle ; il se dégrada lors d’un incendie puis par manque d’entretien. Auguste Quiquerez en fit l’acquisition et entreprit des travaux de restauration.

Poursuivons la descente direction Soyhières en passant devant l’auberge du Vorbourg puis la ferme du deuxième Vorbourg.

Les forêts ont pris leurs teintes automnales

Après la ferme, une route caillouteuse assez dégradée

avant de prendre un sentier à gauche

à travers les prés

pour arriver au centre de Soyhières.

Nouvelle direction, Bellerive/Delémont

Passage sous la route et les voies CFF

et nous voici au bord de la Birse.

Suivre les indicateurs jaunes pour rejoindre Bellerive avec ses bâtiments agricoles et la maison d’Auguste Quiquerez.

Dorénavant, le chemin est mixte, caillouteux et asphalté. Attention, il y a de nombreux vélos, bien rester à droite.

Nous voici au barrage antichar du Colliard avec son ingénieux système de tyrolienne pour mettre en place des obstacles antichars en béton. Il est possible de visiter l’ouvrage.

Un peu plus loin, nous voyons à droite, la Sorne qui se jette dans la Birse.

Une passerelle

permet de rejoindre Delémont et nous entamons la partie urbaine de la randonnée avec un tronçon peu agréable de 400 m le long de la route cantonale très fréquentée.

Nous sommes contents de la quitter pour un joli chemin

qui borde la Sorne.

Il faut toujours continuer tout droit

pour croiser l’Avenue de la Gare que nous empruntons

puis prendre à droite au croisement juste avant la Gare

et longer le quai de la Sorne que nous traversons

par le pont de la Maltière.

Nous sommes dans une des rues commerçantes de Delémont et au rond-point, monter à droite direction Béridier.

Entrée dans la vieille ville avec ses belles fontaines et qui mérite une flânerie.

Nous la quittons par la porte au Loup ;

il faut monter tout droit en empruntant de la rue de Chêtre

toujours direction Béridier

pour retrouver notre point de départ.

Autres informations

• Accessibilité : possible pour des enfants ayant l’habitude de telles distances et de chemins parfois escarpés
• Itinéraire : Autoroute A16/E 27, sortie no 11 Delémont-est puis suivre hôpital ; au parking de la Place de l’Etang, prendre la route montante de Chêtre direction la Haute Borne
• Coordonnées point de départ : WGS 84 (lat/lon) : 47.37395, 7.33916
• Parking : gratuit au parcours Vita (nombre de places limité)

• Balisage du chemin : bien indiqué, suivre le descriptif pour les endroits peu clairs
• Restauration : 2 places de piquenique/grillades ;

Avant le départ, 2 bancs

• Divers : un peu en-dessous du départ, jolie boutique de décorations originales (Décoclo) ; vous trouverez plusieurs panneaux relatant la vie et les activités d’Auguste Quiquerez, personnage riche d’idées et avant-gardiste

WC disponibles à la chapelle du Vorbourg

Cartes

Autour du Vanil Blanc et du Mont d’Afflon dans l’Intyamon

Situation

Données techniques

Altitude de départ : 763 m
Altitude maximale : 1’451 m
Dénivelé positif/négatif : 757 m
Durée totale : 3 h 45
Distance totale : 11 km
Difficulté : moyen-difficile

Commentaire général

Nous étions curieux de découvrir ce vallon situé entre la Vudalla et le Vanil Blanc et de faire le tour de ce dernier. Nous avons alors conçu l’itinéraire en fonction des chemins de randonnées balisés. Ce fut la découverte d’un coin très calme et peu fréquenté, avec une superbe vue sur les Préalpes valdo-fribourgeoises. Comme tout se mérite, il faudra d’abord absorber un gros dénivelé (près de 700 m sur une distance de 3.5 km).
À gauche le Vanil Blanc (à ne pas confondre avec le Vanil Blanc situé à côté de la Dent de Lys) et la Vudalla.

Remarque préliminaire

La préparation d’une randonnée est une chose, la réalité du terrain en est une autre. En l’occurrence, deux tronçons barrés nous obligent à vous présenter un itinéraire différent que celui projeté; dans l’intervalle, un des deux secteurs a été réouvert.

En effet, selon la responsable du réseau des randonnées de l’union fribourgeoise du tourisme, le chemin qui part du Chalet Neuf direction les Pechots est à nouveau ouvert. Lors de notre randonnée, il était partiellement obstrué par des souches et des restes de coupes de bois; nous ne le conseillons pas avant d’y avoir fait une nouvelle visite.  S’agissant de la passerelle du Rio du Prâ, une décision de reconstruction ou de modification d’itinéraire sera prise en 2022. En fonction des informations reçues, nous actualiserons le site à ce sujet. Toutefois, nous présentons ci-dessous la carte des deux itinéraires.

Descriptif de la randonnée

 À 20 m en contre-bas de la place de parc, nous trouvons le 1er indicateur ; prendre à gauche et suivre Enney.

Le sentier remonte le ruisseau du Colioret avant de le traverser

et de monter dans le pâturage

avant de rejoindre la route asphaltée. Direction Col de la Vudalla pt 1451.

La Dent de Broc

Nous continuons de monter sur la route carrossable, laissant à notre gauche la place de grillades.

Le sommet boisé du Vanil Blanc.

La pente s’accentue sur ce qui devient un chemin forestier

qui se rétrécit pour ne devenir qu’un sentier.

À la sortie du bois, nous devinons le point de jonction avec la route, soit à la petite anse entre les arbres.

Nous longeons la forêt à gauche

pour arriver au chalet de la Vudaletta construit dans la pente.

Toujours le même cap ;

Dents de Broc, du Chamois et du Bourgo.

La trace suit plus ou moins la forêt

puis disparaît ; mais le poteau indicateur situé en haut nous sert de point de repère.

De ce piquet peint en jaune

viser l’indicateur situé au bord de la route asphaltée.

Nous arrivons au col de la Vudalla avec son chalet d’alpage.

Voici le sommet du Vanil Blanc.

Partie du lac de la Gruyère.

Avant de prendre la direction Chalet Neuf,

admirons le paysage : la Berra et le Cousimbert.

De gauche à droite, Entre Deux Dents, le Vanil Blanc (le plus haut) et la Dent de Lys.

Départ direction le chalet le Verdzà ; à cet endroit, l’itinéraire descend à gauche dans le pâturage

et il faut continuer tout droit (laisser le bassin à sa gauche)

direction le tourniquet ; puis le sentier devient plus visible.

Un premier aperçu de la vue ;

Un peu après, le panorama est plus ouvert : les Dents de Brenleire et Folliéran, Tsermon, le Vanil Noir, le Vanil de l’Ecri, la Pointe de Paray et le Gros Perré;

Le Vanil Blanc et la Dent de Lys

au chalet du Milieu, continuer le long du chalet

la route carrossable qui rejoint la route asphaltée. À l’intersection, descendre à gauche direction vallée.

Le chemin qui part du Chalet Neuf direction les Pechots n’est plus barré après le chalet d’Oranse Derrey mais nous ne pouvons pas le recommander sans l’avoir retesté. 

Après 3.4 km de route, nous retrouvons l’itinéraire initial à l’arrivée du sentier barré qui traverse le Rio di Prâ dont la passerelle a été emportée lors de la chute d’un arbre d’où l’interdiction de ce secteur.

Pas de risque pour nous car nous poursuivons la route asphaltée sur 1.1 km avant de monter à gauche

direction Enney.

Nous quittons la route forestière montante après 700m et prenons celle qui part à droite.

Après la forêt, un grand pâturage et nous arrivons à un très beau passage sous une voûte d’arbres, qui était l’itinéraire d’origine du sentier des comtes de Gruyères.

Nous voici au quartier de Plain d’Afflon qui est notre point de chute.

Autres informations

• Accessibilité : pas adapté aux enfants (dénivelé et distance)
• Itinéraire : A12/E27 Sortie no 4 Bulle ; suivre l’indication Château-d’Oex et après le village d’Enney, après une courbe à droite, prendre la route qui monte à droite direction Plain d’Afflon
• Coordonnées point de départ : WGS 84 (lat/lon) : 46.55974, 7.08077
• Parking : gratuit

• Balisage du chemin : bien indiqué ; suivre Enney puis col de la Vudalla, chalet Neuf ; après le chalet du Milieu, descendre la route asphaltée et suivre Enney
• Restauration : aucune possibilité ; une place de grillades 15 minutes après le départ, sur les hauts d’Enney

Cartes

Itinéraire décrit

Itinéraire planifié mais barré à deux endroits

Le Hohmattli dans la région du Lac Noir

Situation

Données techniques

Altitude de départ : 1’066 m
Altitude maximale : 1’794 m
Dénivelé positif/négatif : 781 m
Durée totale : 3 h 45
Distance totale : 9.4 km
Difficulté : moyen-difficile (du fait du dénivelé)

Commentaire général

Afin de nous éloigner des sentiers très fréquentés de la Brecca, du Kaiseregg et du lac, nous vous proposons de découvrir ce sommet qui offre une nature bien préservée ainsi qu’un magnifique point de vue. Vous retrouverez toutes les caractéristiques des Préalpes, de grands pâturages, des forêts et des chalets d’alpage ainsi qu’une buvette d’alpage
Tout cela a un certain coût, il faut digérer plus de 700 m de dénivelé sur 3.8 km pour arriver au point culminant.

Descriptif de la randonnée

100 m en dessous du parking, se trouve le panneau de randonnées. Nous suivrons la direction Riggisalpbach pt 1294/Salzmatt.

Commençons par longer le ruisseau du Riggisalp

avant de le traverser

pour emprunter une route carrossable. Puis l’itinéraire monte fortement à gauche d’une villa

et nous arrivons sur un sentier forestier

équipé de marches pour faciliter notre progression.

Une vue du ruisseau.

Il faut poursuivre jusqu’à l’intersection « Riggisalpbach pt 1294 » et prendre à gauche direction Salzmatt.

Le sentier monte à travers le pâturage avec des secteurs à forte déclivité.

La crête du Schwyberg domine le Lac Noir.

Le sommet de la Patta

Voici le premier chalet et au fond à droite celui d’Hürlisboden

avec un tronçon de route carrossable pour y arriver.

À ce chalet monter à gauche

sur un sentier terreux, un peu glissant, mais il est possible de marcher juste à côté dans le pâturage.

Voici la crête de la Hohmattli, le sommet n’est pas visible.

La pente s’adoucit et nous arrivons à la buvette de Salzmatt.

Le Kaiseregg et sa croix sommitale.

Vers le chalet, un nouvel indicateur et

nous montons de façon directe le long de la clôture.

De gauche à droite, le Cheval Blanc, la Hochmatt, Chörblispitz, derrière le Gros Brun, le Breccaschlund et les Recardets.

La Dent de Savigny et la Corne Aubert.

L’itinéraire fait une grande épingle avant de rejoindre le sommet. Il faut bien suivre le marquage rouge-blanc et ne pas se laisser distraire par des marques jaunes qui conduisent su un sentier qui contourne le sommet.

Une pause s’impose face à ce magnifique panorama.
L’Ochsen tout à gauche, puis au milieu Märe et Schibe.

Le Stieregrat au centre et le Kaiseregg

Et les grands sommets des Alpes bernoises
Le Schreckhorn, l’Eiger, le Mönch et la Jungfrau.

Vue direction le Plateau et le Jura.

Nous entamons la descente à travers un pâturage

et poursuivons à travers un petit bois.

Puis c’est une plongée par de larges zig-zags dans une pente assez raide direction le chalet d’Ober-Hohberg (en bas de la photo)

que nous laissons à notre gauche.

Image carte postale.

Nous poursuivons presque à flanc de côteau

pour atteindre une route carrossable.

Au lieu-dit Hohberg pt 1485, prendre celle de gauche

La crête du Schwyberg

Fin de la route au chalet Unter Guglera Hohberg et place à un chemin herbeux (à gauche du chalet)

puis une simple trace.

Nouvelle traversée d’une forêt

et à sa sortie, vue plongeante sur le lac.

Le dernier kilomètre se déroule sur l’asphalte. Arrivés sur la route cantonale, la suivre et prendre à gauche pour rejoindre le parking.

Autres informations

• Accessibilité : ne convient pas aux enfants (dénivelé, descente)
• Itinéraire : A12/E27 sortie No 9 Düdingen ; suivre Tafers puis Plaffeien jusqu’à Schwarzsee ; se garer au P3 qui est juste avant le parking du télésiège, vers l’église

• Coordonnées point de départ : WGS 84 (lat/lon) : 46.67018, 7.29189
• Parking : payant, CHF 5.- par jour

• Balisage du chemin : bien indiqué ; suivre Riggisalpbach pt 1294/Salzmatt, puis Hohmattli et enfin Schwarzsee
• Restauration : vu le panorama, un pique-nique au sommet est sympa ; buvette d’alpage Salzmatt au pied de la dernière montée. Une place de grillades 1 km avant l’arrivée

• Flore :
Colchiques dans les prés, c’est la fin de l’été

• Divers : place de jeux au bord du lac noir ; WC à la station de départ du télésiège

Cartes

Au bord du lac de Thoune, entre Merligen et Interlaken, sur la via Jacobi

Situation

Données techniques

Altitude de départ : 562 m
Altitude maximale : 726 m
Dénivelé positif/négatif : 446 m
Durée totale : 3 h 30
Distance totale : 13.2 km
Difficulté : moyen ; aucune difficulté technique

Commentaire général

Les beautés de l’Oberland Bernois sont connues loin à la ronde. Et le trajet pour s’y rendre n’est pas si long. Après une étape sur la Via Francigena, nous vous invitons à découvrir la Via Jacobi ; elle commence au lac de Constance et va jusqu’à Genève. Elle fait partie du chemin européen de la route du pèlerinage à Saint-Jacques-de-Compostelle.
Le cadre est magnifique avec des passages forestiers, d’autres côtoyant le lac, traversant une zone humide ou longeant le canal des bateaux vers Interlaken ; et bien sûr un panorama grandiose.

Descriptif de la randonnée

Du parking, il faut redescendre direction la route cantonale et se diriger direction l’embarcadère. Faites un petit détour jusqu’au bord de lac, la vue est splendide et il y a un tableau présentant les différents sommets.

À gauche, le Niesen et plus loin le Nüschleten et juste à côté la pointe du Stockhorn (vue depuis le débarcadère).

Avec au fond à droite, la chaîne des Wildstrubel

Retour sur nos pas et l’indicateur jaune nous demande de traverser la route cantonale

pour découvrir le totem des randonnées. Direction Beatushöhlen, respectivement Interlaken West.

Nous remontons la Mittelstrasse

et prenons à droite la route qui traverse le ruisseau Grönbach

pour rejoindre le Pilgerweg (sentier des pèlerins) sur une route puis rapidement sur un très bon chemin forestier.

Le Niesen

En dessous de l’indicateur figurent les données relatives à la Via Jacobi.

L’agréable sentier mi-ombragé

offre parfois une ouverture sur le lac et à tout à droite, un 4000, le Schreckhorn.

Un petit pont couvert pour la traversée de la gorge du Budel.

Nous bordons ensuite une carrière et moins d’un km plus loin, nous arrivons vers les grottes de St-Béat. La pente se redresse pour monter jusqu’aux grottes.

Vue depuis la terrasse du restaurant des grottes.

L’eau longe la falaise recouverte de mousse, magique.

Vous pouvez éviter la dernière grimpée vers les grottes et partir tout droit direction Interlaken.

L’itinéraire descend maintenant direction la route cantonale

que nous traversons avec prudence.

pour rallier le bord du lac pour un tronçon un peu trop bref malheureusement.

Le chemin des pèlerins s’est trouvé un nouveau nom.

Après la traversée du joli village de Sundlauenen, retour le long de la route cantonale sur un trottoir (350 m).

Le sentier remonte dans la forêt

avant d’arriver au camping de Manor Farm (arrêt de bus). Bien suivre les indicateurs jaunes ;