Le Lac de Salanfe

Situation

Données techniques

Altitude de départ : 1’394 m
Altitude maximale : 1’983 m
Dénivelé positif/négatif : 738 m
Durée totale : 4 h 10 (1 h 20 jusqu’au barrage, 1 h 45 pour le tour du lac, 1 h 05 pour la descente)
Distance totale : 13 km
Difficulté : moyen-difficile

Commentaire général

Le majestueux cadre des Dents du Midi, le joli lac de Salanfe, un très beau panorama et une riche flore, autant d’ingrédients pour une sympathique randonnée. Mais il faut la mériter et une partie de la montée est raide (240 m de dénivelé entre le km 1 et le km 2).

Descriptif de la randonnée

Au départ, nous trouvons le panneau de randonnées pédestres

ainsi qu’un tableau présentant le tour du lac. La mise en train est tranquille sur une route carrossable qui devient rapidement un chemin de montagne caillouteux avec parfois de grandes dalles rocheuses.

Nous traversons la Salanfe au lieu-dit la fontaine aux bouquetins.

et reprenons la route sur une courte distance avant d’arriver sur un replat. Il faut aller tout droit direction les marches et ne pas suivre la direction Tour du Vallon de Van.

Le chemin monte en zig-zag le long d’une paroi rocheuse.

Plus haut, vous avez le choix entre la route carrossable (conseillée pour les personnes ayant le vertige et certains enfants) ou de poursuivre par les escaliers que nous avons empruntés.

Le chemin est parfois équipé de marches en pierre ou en bois

Nous arrivons aux échelles qui vont éprouver nos muscles.

Un des tronçons a une très forte déclivité qui se ressent bien lors de la descente.

Une petite pause et nous arrivons sur la route carrossable qui continue de monter en direction du pied du barrage.

Admirez au passage ce double bassin avec sa petite cascade.

Le chemin en lacets nous amène sur le barrage et nous suivons la direction Les Ottans.

Après la traversée du barrage,

nous retrouvons un sentier de montagne.

A notre gauche, une cascade qui longe la montagne.

Nous allons traverser plusieurs ruisseaux

avec de très jolis coins et une flore bien diversifiée.

Nous avons fait le choix de suivre le sentier balisé du haut (donc à gauche, Emaney-Golette). Il est possible de passer par le bas, le long du lac, le sentier n’est pas balisé, mais aux dires du responsable de l’auberge, praticable sauf lorsque le niveau de lac est élevé.

Aux Ottans, continuer tout droit direction col d’Emaney

puis sentier de Salanfe, respectivement tour du Lac.

A 3 endroits, il y avait de gros névés qui barraient le chemin dont la traversée nécessite de la prudence car la pente est importante.

Nous sommes en période de fonte des neiges qui donne naissance à de nombreuses cascades.

Puis descente direction le niveau du lac et plus aucune indication. Nous avons suivi une trace, mais il faut prendre la direction générale du réservoir d’eau qui est sur la gauche. Vous devrez traverser quelques ruisseaux pour rejoindre la rive opposée. Au réservoir, un pont permet le franchissement.

Sinon et pour autant que les conditions s’y prêtent, vous pouvez traverser la Salanfe à pieds nus ; l’eau est très fraîche, c’est revigorant, expérience faite.

Vous avez un joli point de vue sur le lac et le barrage.

Nous suivons une route carrossable qui longe le lac pour arriver à l’auberge.

Le long du chemin, il y a de nombreuses fleurs, prenez le temps de les regarder.
En dessus de l’auberge, très joli point de vue. Un tableau panoramique décrit les sommets environnants.
Lac, pâturages verts, sommets enneigés, paysage reposant dont il faut profiter avant de descendre soit par le chemin emprunté lors de la montée ou alors la route. Les marches des échelles ne sont pas larges, mais en descendant de côté, on a une bonne prise.

Autres informations

• Accessibilité : possible pour des enfants habitués à des chemins de montagne ; nous recommandons de descendre par la route plutôt que par les échelles car le chemin n’est pas facile
• Itinéraire : Autoroute E27/E62/A9, sortie no 21 Martigny-Fully / Salvan ; suivre Salvan ; au milieu de cette localité, prendre à droite, Route de Van ; continuer jusqu’au terminus de la route à Van d’en Haut
• Coordonnées point de départ : CH1903 / LV03 : 565’568.17, 109’974.66
• Parking : gratuit

• Balisage du chemin : en principe facile à suivre avec deux points particuliers mentionnés dans le descriptif
• Restauration : il y a assez de rochers pour accueillir les pique-niqueurs ; auberge de Salanfe qui offre une cuisine simple mais bonne, à des prix corrects
• Panorama :

De gauche à droite, la Haute Cime, les Doigts, la Dent Jaune, l’Eperon, la Cathédrale, la Forteresse et la Cime de l’Est.

De gauche à droite, la Pointe d’Aboillon, la Tour Sallière, le Dôme, l’Eglise et la Tête des Ottons et le col de Susanfe
• Flore
Cytise

Gentiane jaune

Rhododendron

Lis de Saint-Bruno

Joubarbe

Anémone alpine

Pensée des Alpes

Gentiane acaule

Gentiane printanière

Globulaire rampante

Sainfoin

• Recommandations : nous avons fait la randonnée fin juin. Lors du tour du lac par le chemin haut (qui est balisé rouge et blanc), nous avons dû traverser 3 névés dans des pentes raides. Renseignez-vous avant votre départ auprès de l’auberge sur l’état du chemin, respectivement s’il est possible de prendre le chemin d’en bas (possible lorsque le niveau du lac le permet). Des chaussures en Gore tex sont bien utiles car il y a plusieurs traversées de ruisseaux.
• Divers : WC disponibles au départ. Un sentier didactique explique la géologie et la construction du barrage

 

Cartes

 

Le Vanil de la Monse en boucle

Situation

Données techniques

Altitude de départ : 854 m
Altitude maximale : 1’436 m
Dénivelé positif et négatif : 663 m
Durée totale : 3 h 30
Distance totale : 9 km
Difficulté : moyen-difficile
Remarques : déconseillé aux personnes ayant le vertige vu des passages étroits sur la crête sommitale; mais vous pouvez très bien ne pas monter au sommet. Très forte pente après le chalet la Gîte à Bas (pt 1’081), 300 m de dénivelé pour une distance de 800 m.

Commentaire général

Souvenir d’une séance professionnelle tenue sur le plateau de la Monse, l’envie de voir comment était son sommet était bien présente. Nous avons choisi de le faire en boucle avec une jolie découverte de beaux chalets d’alpage lors de la descente et un magnifique panorama. Cela récompensait les efforts d’une montée rendue plus difficile que prévu à cause du chemin gras et glissant.

Descriptif de la randonnée

Au départ, vous trouverez le premier indicateur.

300 m de route goudronnée, puis il faut prendre le sentier qui monte à gauche en suivant l’indication Tour du Lac.

A notre droite, le Mont Bifé et le Vanil des Cours (2ème et 3ème sommets depuis la gauche).

Une fois sortis de la forêt, le Vanil (signifie sommet rocheux) de la Monse se dresse devant nous.

A notre droite, la Dent de Broc (dernier sommet)

Après avoir dépassé la jolie chapelle avec son toit en tavillons,

un indicateur nous invite à quitter la route carrossable pour un sentier d’abord à travers prés puis forêt.

Nous arrivons dans un pâturage, le sentier devient une trace pas facile à suivre car le marquage rouge et blanc est partiellement effacé.

Il faut rester sur la gauche (dans le sens de la montée) et ne pas se laisser tenter par une trace qui part à droite pour traverser le pré. Terre grasse, cailloux, racines, bref les bâtons sont une aide bien utile

vu la forte déclivité.

Une pause bien méritée sur le replat et nous admirons la vue sur les Préalpes. Sur notre droite le col des Combes qui se faufile entre la Dent du Chamois et la Dent de Broc (de gauche à droite).

Du point 1341, il reste un dénivelé de 100 m pour arriver au sommet.

L’étroit sentier nécessite de l’attention.

Le sommet n’est pas marqué mais c’est le point qui offre la plus belle vue notamment sur le Vanil Noir encore bien enneigé.

Petite lucarne sur les Dents de Brenleire et de Folliéran

Nous avons décidé de redescendre par les pâturages (donc à droite en direction Gros Haut Crêt) et de ne pas suivre la crête en forêt (direction tout droit).

Du point précité 1341, nous arrivons rapidement au chalet des Plans avec un beau coup d’œil sur l’Eiger, le Mönch et la Jungfrau

sur les Gastlosen, les Sattel et la Hochmatt (de gauche à droite)

Nous commençons la grande descente sur un bon chemin dans un décor de carte postale

qui nous amène au joli chalet de Jognins Dessus.

et ses deux représentations de la montée et de la vie à l’alpage.

Nous retrouvons un sentier avec des senteurs pentus, voire glissants à travers les pâturages

Le dernier tronçon est le moins intéressant, sur route asphaltée et à travers la zone artisanale de Charmey, mais vous pourrez découvrir de belles demeures très bien entretenues. Retraversée de la route cantonale que nous longeons, puis nous passons la rivière pour revenir à notre point de départ.

Autres informations

• Accessibilité : pas adapté pour les enfants
• Itinéraire : A12/E27 Sortie no 4 Bulle ; suivre l’indication Charmey-Jaun. Après l’auberge du Chêne, prendre à droite, direction Motélon/déchetterie; traverser la rivière, le parking se trouve à votre gauche
• Coordonnées point de départ : WGS 84 (lat/lon) : 46.61256, 7.16735
• Parking : gratuit au départ, en face de la déchetterie
• Balisage du chemin : un peu lacunaire à la sortie de la forêt vers le chalet du Gîte à bas. Des marques partiellement effacées jalonnent un semblant de trace. Nous avons dû contrôler notre position grâce au GPS intégré à map.geo.admin.ch.
• Restauration : aucune possibilité, mais un pique-nique dans un pré ou au pied d’un arbre a tout son charme
• Panorama : voir descriptif
• Divers : à faire par temps et chemin secs ; bâtons fortement recommandés, autant pour la montée que pour la descente

Cartes

 

Le sentier panoramique du Gantrisch

Situation

Données techniques

Altitude de départ : 1’594 m
Altitude maximale : 1’700 m
Dénivelé positif : 350 m
Dénivelé négatif : 1’075 m
Durée totale : 4 h 20
Distance totale : 15.9 km
Difficulté : moyenne-difficile (distance, durée et dénivelé négatif)

Commentaire général

Les points forts de cette randonnée sont la vue magnifique sur les Préalpes bernoises et fribourgeoises d’un côté et sur le Jura et le Plateau de l’autre, un mélange de chemins forestiers, de montagne et peu de tronçons goudronnés. De nombreuses places de grillades/pique-nique ainsi que des bancs, le tout dans le cadre verdoyant et forestier de nos Préalpes. Un seul point négatif, le coût du car postal, de Zollhaus à l’arrêt Gurnigel/Berghaus : CHF 32 .- car ce n’est pas une ligne subventionnée. 

Descriptif de la randonnée

La terrasse du restaurant Berghaus est bien tentante avec un très beau coup d’œil sur le lac de Thoune et sur les Alpes bernoises.

Un panneau indicateur jaune situé en face de l’auberge marque le départ de notre randonnée

et nous empruntons un bon chemin forestier puis un chemin carrossable qui devient un sentier vers Selibüel.

Profitez de la très belle vue sur les Préalpes bernoises (de gauche à droite, Nüneneflue, Gantrisch, Bürgle et Ochse)

Et en particulier le Gantrisch avec sa forme particulière

Le sentier est bien balisé, il faut suivre l’indication Zollhaus et/ou l’autocollant vert sentier panoramique du Gantrisch.

Nous traversons une grande forêt et la pente du chemin se redresse pour arriver au point le plus élevé au lieu-dit Schüpfeflue. Des bancs sont régulièrement disponibles pour profiter de la vue direction Jura

ainsi qu’une place de grillades.

La région est largement recouverte de forêts.

Nous avons à nouveau un très beau point de vue

Voici une première descente avec des marches en bois.

Nous longeons la route asphaltée de Schwarzenbühl avant de la traverser et d’arriver à la Schutzhütte, place de pique-nique avec des toilettes. Nous rejoignons la région d’Ottenleuebad dont les forêts furent gravent touchées par l’ouragan Lothar en 1999.

Le sentier est bien équipé pour éviter le terrain marécageux.

A son terme, prendre à droite le chemin qui monte régulièrement ; au milieu de la montée, vous verrez un téléski à votre droite.

La forêt a été laissée telle quelle suite à l’ouragan et des passerelles en bois ont été installées pour visiter le site sans l’abîmer. En mai 2019, le site était fermé car en reconstruction.

Au fond à gauche, derrière le Vully, on devine le lac de Neuchâtel

Et à notre gauche un panorama dont on ne se lasse pas.

Et devant nous les Préalpes fribourgeoises avec notamment le Kaiseregg

Nous poursuivons sur un agréable chemin forestier

Avant une petite montée bien pentue qui fait mal … Notre randonnée se poursuit désormais à travers des pâturages.

Dominant le Lac Noir, le cirque du Breccaschlund bordé à sa droite par les Recardets.

Chemin pédestre, chemin carrossable ou à travers de verts pâturages se succèdent.

Avec quelques passages en mauvais état ou boueux. La pente s’accentue et nos muscles nous le font savoir. Voici les premières fermes, l’itinéraire prend des raccourcis avant de terminer sur une route asphaltée et de traverser la Kalte Sense

pour arriver à Zollhaus.

Autres informations

  • Accessibilité : hormis quelques passages pentus ou à travers pâturages, pas de difficultés techniques ; prendre en compte le dénivelé négatif et la distance pour les enfants
  • Itinéraire : A12/E27 sortie No 9 Düdingen ; prendre direction Schwarzsee, traverser Tafers puis Plaffeien et arrivée à Zollhaus
  • Coordonnées point de départ de la marche : WGS 84 (lat/lon) :46.73340, 7.45316 ; coordonnées de l’arrêt de bus de Zollhaus : WGS 84 (lat/lon) :46.71531, 7.30945
  • Parking : gratuit au départ

  • Balisage du chemin : Très bien balisé avec l’indication du temps de marche restant jusqu’à Zollhaus
  • Restauration : 5 places de grillades et de très nombreux bancs
  • Panorama : voir le descriptif

Cartes

 

 

Le sentier des Comtes

Situation

Données techniques

Altitude de départ : 796 m
Altitude maximale : 980 m
Dénivelé positif :  615 m
Durée totale : 5 h (1 h 50 Chablô Derrey, hauts d’Albeuve, puis 1 h 30 jusqu’à Plan d’Afflon et 1 h 30 jusqu’à l’arrivée)
Distance totale : 17.2 km
Difficulté : moyen-difficile (tenir compte de la distance et du dénivelé)

Commentaire général

Cette randonnée est intéressante à plusieurs titres. Son cadre tout d’abord, cette belle vallée de l’Intyamon ; vous la découvrirez sur des sentiers peu fréquentés hormis à proximité de Gruyères. Tout au long du parcours, nous avons un très beau point de vue sur les Préalpes fribourgeoises. De plus, il y a presque toujours la possibilité de rejoindre un village où vous trouverez une gare TPF pour revenir au point de départ (Albeuve, Neirivue, Villars-sous-Mont et Enney). Enfin, nous marchons alternativement sur des sentiers de forêt, carrossables ou sur de petites routes goudronnées. Cerise sur le gâteau, la belle mais très fréquentée ville de Gruyères.

Descriptif de la randonnée

Notre longeons tout d’abord la route cantonale direction Bulle. Juste après le magasin, un panneau jaune indiquant notamment Gruyères et portant l’autocollant vert « sentier des comtes » nous invite à prendre à gauche. Après la fromagerie, nous quittons le village pour nous retrouver sur un sentier ; admirez à votre droite la magnifique ancienne auberge de la Croix Blanche, relais postal au temps des diligences (panneau explicatif).

Au prochain croisement, prendre à gauche direction « Comba d’Aveau », en suivant l’indication de l’autocollant.

Au sommet du pré, nous descendons à travers une forêt. Il y a une recommandation de faire attention avec les enfants et une corde fixe peut fournir une aide précieuse.

En face de vous le Vanil des Artses et à votre droite la Dent de Lys, dont nous devinons les croix sommitales.

Nous continuons la descente vers l’Hongrin en passant sous des protections contre les chutes de pierres, puis sous le pont du MOB. Arrivés au niveau de la rivière, un resserrement de son lit a créé un petit canyon.

Nous la traversons et arrivons à « Comba d’Aveau » ; prenez le temps d’admirer ses jolies fermes. A la fin de la route, il y a un indicateur jaune avec l’autocollant vert.

Un sentier nous amène à travers prés à traverser la voie ferrée du MOB (prendre garde) puis monte à travers une forêt et nous arrivons à la halte MOB des Sciernes d’Albeuve. Il faut suivre la route de la Gare et nous rejoignons le centre du village, puis avant une auberge, un nouvel indicateur nous fait quitter la route pour un chemin qui longe de jolis chalets et nous arrivons à un oratoire.

Nous poursuivons sur un petit sentier à travers prés pour rejoindre le pont de Beaucu qui enjambe un ruisseau.

Prenez le temps d’admirer le toit en tavillon, typique de la région. Il abrite une statue de Notre-Dame et contre les parois, des ex-voto sont accrochés pour remercier d’une grâce reçue.

Nous sommes sur une route asphaltée avant de prendre à gauche un chemin à travers prés puis une forêt et nous arrivons à la grande passerelle qui traverse la Marive qui coule au fond d’une gorge profonde et descend vers Albeuve.

Une légère descente puis un long tronçon en pente régulière sur un chemin carrossable nous amène au le point le plus élevé du parcours, Les Pechots (975 m) ; s’ensuit un chemin étroit et pentu, second passage un peu plus difficile du parcours et signalé tel quel surtout s’il est humide et nous franchissons le ruisseau sur une petite passerelle.

Nous profitons d’un joli coup d’œil sur les Dents de Broc, du Chamois et de Bourgoz qui nous font face.

Nous poursuivons sur une route alpestre avant de prendre à nouveau un sentier à travers pré et nous arrivons à Plain d’Afflon par un chemin couvert par les arbres, qui était l’itinéraire d’origine du sentier des comtes.

Nous remontons le ruisseau du Colleret que nous traversons

Puis à travers champs, nous rejoignons la route alpestre de la Vudalla. Table et bancs à disposition avec un magnifique panorama qui s’offre à nos yeux.

Nous suivons la route jusqu’à la ferme de la Borne (il y est indiqué qu’il est un fabricant de Gruyère et de vacherin) et il faut continuer tout droit sur un chemin carrossable qui traverse le ruisseau. L’indicateur posé contre le mur de retenue du tas de fumier n’est pas très visible. Nous arrivons au chemin de la Fin de Chenau

Et poursuivons sur la route qui monte en pente régulière. Magnifique panorama également et un banc à disposition pour en profiter.

A l’entrée de la forêt, il ne faut pas manquer l’indicateur jaune qui nous signale un sentier forestier à droite qui descend dans la forêt de Chésalles.

Au bas de la descente, nous arrivons à la petite clairière de Notre Dame de Chésalles. Un espace couvert avec bancs et table est à disposition de même qu’une fontaine.

Après une petite pause, nous poursuivons sur une petite route goudronnée avec un joli point de vue sur Gruyères avec en arrière-plan le Biffé et le Vanil des Cours

et après la sortie de la forêt, nous traversons la voie de chemin de fer des TPF. Nous arrivons au magnifique chemin de la Charrière-des-Morts. Vous découvrirez son histoire sur un panneau situé au sommet du chemin, vers l’Eglise.

Nous passons la porte du Guet en laissant à notre droite l’Eglise et des remparts

et entrons dans la ville.

Profitez de flâner et n’hésitez pas à vous éloigner de la foule en prenant des petits passages. Vers la fontaine, il faut descendre à droite

Et passer successivement deux très belles portes

Pour rejoindre le chemin du Belluard qui vous amènera vers la gare de Pringy et la fromagerie de démontration.

Autres informations

• Accessibilité : techniquement faisable par des enfants. Prendre en compte la distance et le dénivelé; vous pourrez ainsi adapter votre lieu de départ en fonction
• Itinéraire : A12/E27 Sortie no 4 Bulle ; suivre l’indication Château-d’Oex et aller jusqu’à Montbovon (gare)
• Coordonnées point de départ : WGS 84 (lat/lon) 46.48623, 7.04282
• Parking : gratuit vers la gare, vers l’église ou vers le magasin
• Balisage du chemin : autocollant vert « sentier des Comtes »
• Restauration : Places de pic nique, respectivement des bancs sur le parcours
• Panorama : par exemple

La chaîne des Vanils et la Pointe de Paray de gauche à droite

La bosse reconnaissable de Tsermon

• Divers : Vous trouverez tout au long du parcours des panneaux présentant des bâtiments, des contes et légendes de la région. Prenez le temps de les lire.


• Jardin public avec jeux pour enfants au sommet du chemin de la Charrière-des-Morts (à droite)


• Produits régionaux au magasin de Montbovon, notamment laitiers (bien sûr) et à la fromagerie de démonstration

Cartes

Wasserauen – Ebenalp par l’auberge Äscher

Situation

Données techniques

Altitude de départ : 865 m
Altitude maximale : 1’588 m
Altitude Äscher Wildkirchli : 1’454 m
Dénivelé positif : 900 m
Durée totale : 3 h 10
Distance totale : 8.3 km
Difficulté : moyen-difficile (passages techniques, certaines pentes assez fortes et le dénivelé)

Commentaire général

Le pays d’Appenzell regorge de possibilités de randonnées. Ses collines verdoyantes,

ses lacs de montagne, l’accueil chaleureux que nous avons reçu partout nous appellent à y retourner.
L’auberge de montagne Äscher Wildkirchli construite au pied d’une falaise de 100 m de haut est un des lieux cultes du tourisme helvétique. Ses origines remontent à 1800 environ, les paysans y servaient boissons et mets simples.

Située à 15 minutes de l’arrivée de la téléphérique Wasserauen – Ebenalp, elle attire beaucoup de monde. Hormis à proximité de l’auberge, nous avons rencontré peu de monde sur l’itinéraire que nous vous proposons. De plus, la possibilité de descendre en téléphérique est très intéressante car elle ménage nos articulations.

Descriptif de la randonnée

En face de nous, l’Ebenalp, point sommital de la randonnée.

Nous partons peu après 8h et il y a déjà un certain nombre de véhicules sur les parkings.
Ne manquez pas le joli coup d’œil sur la très jolie Bogartenlücke avec son petit rocher en forme de menhir placé au milieu.

Nous continuons la route goudronnée et peu après le 2ème hôtel, nous découvrons un indicateur de sentiers pédestres et ce panneau.

Nous choisissons de monter au Seealpsee par la voie la plus rapide (la route, temps de marche indiqué de 1 h). Il y a des tronçons à forte déclivité nous rappelant que le lac se situe 300 m plus haut que le point de départ.
Au lieu-dit Chobel (1109 m), nous ne prenons pas le chemin de droite direction Äscher

mais nous poursuivons direction Seealpsee. Bien nous en a pris car le paysage est magnifique.
Tout d’abord ce point de vue sur le Säntis

Ses jolies étables bien entretenues

Et son lac croquignolet (atteint en 50 minutes)

Dans lequel se reflète même le Säntis

Nous suivons alors la direction Altenalp (1h40)

et longeons le lac sur un chemin carrossable. Puis un 1er indicateur (Altenalp notamment) nous invite à aller tout droit et un autre (Altenalp uniquement) à emprunter un chemin de montagne marqué rouge et blanc et nous avons un joli coup d’œil sur le lac.

Nous entrons alors dans une partie boisée. Nous allons rencontrer plusieurs passages rocheux qui sont très bien équipés, un câble fixe longe la paroi et il y a régulièrement des marches et des cale-pieds pour nous aider dans notre marche.

Ces passages techniques avec parfois des déclivités assez fortes nécessitent de l’attention et peuvent se révéler très difficiles pour des enfants.
Heureusement les arbres nous apportent un peu de fraîcheur. Après deux petits tronçons non équipés, nous sortons de la forêt pour retrouver un chemin en terre et pierres qui monte régulièrement.

Nous arrivons à un indicateur situé tout proche d’Altenalp (1h 20 depuis le lac) et profitons de faire une pause et dans un cadre magnifique.

Nous reprenons direction Äscher.

En regardant direction la vallée, nous voyons bien le dénivelé depuis le lac.

Un chemin correct court bien en dessous des falaises alternant descentes et courtes montées.

Nous arrivons à un nouveau croisement, l’indication Äscher nous fait emprunter une descente parfois pas très commode; nous commençons à croiser davantage de promeneurs. Nous voici au pied de la falaise

Où des moutons à tête noire ont trouvé de l’ombre

Il nous a fallu 45 minutes pour arriver à l’auberge et son auberge déjà très fréquentée à 11h15.

Par des passerelles accrochées à la montagne, nous remontons vers la station aval du téléphérique en un gros quart d’heure.
Mais nous faisons divers arrêts, pour voir la chapelle construite en 1621

Et la maison des ermites transformée en auberge au 19ème siècle puis reconstruite par la suite en maison des ermites et qui abrite un petit musée.
Nous redescendons en plaine avec le téléphérique.

Autres informations

• Accessibilité : ne convient qu’aux enfants ayant l’habitude de tels chemins et dénivelés
• Itinéraire : A1 sortie 79 Gossau, ensuite traverser Herisau puis Appenzell et suivre Wasserauen
• Coordonnées point de départ : WGS 84 (lat/lon) 47.28650, 9.42933
• Parking : gratuit
• Balisage du chemin : très bien balisé ; suivre d’abord Seealpsee, puis au lac, Altenalp, puis Äscher
• Restauration : restaurant Äscher ou Ebenalp (vers le téléphérique) ; pas de place de pique-nique, mais possibilités au bord du lac ; bancs sur le chemin remontant d’Äscher à la téléphérique (mais beaucoup de passage)
• Panorama : voir descriptif
• Faune/flore : des marmottes se sont fait entendre mais nous ne les avons pas vues. Flore préalpine avec par exemple des campanules

Cartes

Le Col de la Balisa

Situation

Données techniques

Altitude de départ : 1’171 m
Altitude maximale : 1’411 m
Dénivelé positif : 642 m
Durée totale : 4 h 10 min ( 3h 10 sans le tour du lac)
Distance totale : 13.5 km (10 km sans le tour du lac)
Difficulté : moyen-difficile (facile techniquement)

Commentaire général

Nos fidèles lecteurs auront remarqué notre attirance pour les cols. Cette ballade vous permet de passer du val de Charmey gruérien et francophone au Lac Noir situé dans le district de la Singine qui est germaphone. Cette randonnée est modulable ; selon votre état de forme ou celle de vos enfants, vous pouvez faire un aller-retour jusqu’à la buvette de la Balisa ou jusqu’à Schwarzseebad ou alors la totale.

Descriptif de la randonnée

Nous suivons le chemin en gravillons pour arriver à un pont en bois qui permet de traverser le ruisseau des Echelettes (lorsque le débit n’est pas important, vous pouvez traverser à gué).

Il faut suivre l’indicateur jaune et emprunter un chemin en cailloux dont le revêtement a été stabilisé. Si vous avez regardé la carte vous aurez constaté que les courbes de niveau sont serrées, donc la pente est rude. 

Le chemin devient forestier puis à travers prés et la pente s’adoucit. Suivre l’indication « La Balisa /Lac Noir ».

A notre droite, les Dents Vertes bien reconnaissables

Depuis le chalet de Grattavache Dessous le chemin est carrossable.

Vous rencontrerez trois montées assez pentues avant d’arriver à la buvette Alp Balisa en 50 minutes).

La descente vers le Lac Noir continue sur le même chemin avec des tronçons en forte déclivité après le chalet Unter Recardets. Joli point de vue sur le lac.

et le Kaiseregg

Arrivés à Schwarzseebad (45 minutes depuis la Balisa)

Nous avons pris à gauche direction l’hôtel Bad (trottoir asphalté) et avons remarqué une place de grillades (avec deux feux, du bois et des couverts avec tables et bancs).

Avant l’hôtel, prendre à droite direction le lac (longer le mini-golf). Tronçon bien agréable avec de nombreux bancs et un observatoire à oiseaux.

Nous retournons le long de la route sur 300 m jusqu’au restaurant Gypsera, puis nous empruntons le chemin en gravillons qui longe le lac. Joli coup d’œil sur le Breccaschlund et à droite les Recardets.

Nous pouvons deviner le col de la Balisa qui se trouve dans l’anse du milieu.

Une belle place de jeux ravira les enfants.

C’est la plus belle partie du tour du lac (qui également faisable avec une poussette). Au poste « die schwarze Kuh » du sentier des sorcières, bancs et place de grillades sont à disposition.

Après une légère montée le long du camping, nous bouclons le tour (environ 1 heure). Une petite heure pour remonter jusqu’à la Balisa, puis une descente de 35 minutes et nous sommes de retour au point de départ.

Autres informations

• Accessibilité : techniquement facile, mais le dénivelé et la durée doivent être pris en compte. Nous avons croisé des enfants de 6-10 ans qui faisaient la traversée.
• Itinéraire : A12/E27 Sortie No 4 Bulle ; prendre la H189 ; à son terme, prendre direction Charmey/Jaun ; avant le pont permettant d’arriver à Charmey, prendre à gauche direction Cerniat/La Valsainte. Suivre jusqu’au couvent puis continuer toujours tout droit ; à la fin de la route asphaltée, prendre une route en gravillons sur 300 m.
• Coordonnées point de départ : WGS 84 (lat/lon) 46.65181, 7.22492
• Parking : au croisement de la route en gravillons et d’une route privée asphaltée, vous trouverez une grande place ; gratuit
• Balisage du chemin : chemin bien balisé et facile à suivre
• Restauration : buvette Alp Balisa et divers restaurants au Lac Noir. Mais le plus attrayant est un pique-nique au bord du lac qui offre plusieurs emplacements
• Panorama : voir descriptif
• Divers : autour du lac, vous trouverez différents postes du sentier des sorcières ; ils raviront les petits et les plus grands. Deux WC sont également à disposition.

Cartes

Jaunpass – Saanenmöser par le Hundsrügg

Situation

Données techniques

Altitude de départ : 1’504 m
Altitude maximale : 2’047 m
Dénivelé positif : 638 m
Dénivelé négatif : 877 m
Durée totale : 4 h 10
Distance totale : 14.4 km
Difficulté : moyen – difficile (techniquement facile, mais durée et dénivelé à prendre en compte

Commentaire général

Le cadre de cette randonnée est magnifique ; arrivés sur la crête, vous avez à votre droite les Gastlosen et les Satelspitzen et de l’autre les Alpes bernoises, le tout dans un écrin de verdure familier de nos Préalpes. Mais il faut la mériter la Hundsrügg (l’échine du chien), donc s’échiner à la montée …

 

 

 

 

Descriptif de la randonnée

Le panneau jaune nous invite à prendre une route asphaltée (direction Hundsrügg).

Nous l’avons suivie jusqu’au point 1721 Oberenegg (45 minutes de marche). Mais il y a des possibilités de couper les épingles de la route, des flèches jaunes vous le proposent à plusieurs reprises.

Un petit coup d’œil derrière nous pour apercevoir, direction Schwarzsee, le cirque du Breccaschlund et l’imposant Gros-Brun (Schopfenspitz à gauche).

Il faut continuer de suivre les directions Hundsrügg/Bire sur une route carrossable. Après un virage, ne pas manquer le panneau jaune à gauche, partiellement masqué par des branches et monter à droite. 

 

 

 

 

Depuis la cabane de l’Oberenegg, nous aurons un chemin de montagne, en principe en terre, avec quelques passages avec des pierres.

Nous apercevons au loin une croix qui marque le point d’altitude 1926 et le début de la crête.

Courtes descentes et montées alternent dans un magnifique décor de rhododendrons.

Pour les enfants, deux petites difficultés, un bref passage rocheux et quelques marches hautes dans une montée.

Et nous voici au pied de la dernière grosse montée, on aperçoit le poteau indicateur marquant le sommet (1 h 15 depuis le point 1721).

Une pause s’impose, pour pleinement profiter de la vue sur les Alpes bernoises
(Mönch, Jungfrau, Blumlisalp …) 

 le glacier de la Plaine Morte

 le Grand Combin

 le Mont-Blanc

à votre droite, les « Dolomites fribourgeoises » (les Gast et les Sattel , la Hochmatt en second plan, puis la Wandflue (de droite à gauche)

 les Dents de Ruth et de Savigny à gauche


Et encore, ce jour-là des remontées nuageuses gênaient un peu la vue … Le panorama est absolument magique, c’est le moment de faire chauffer votre application Peakview pour reconnaître les sommets alentours.

La descente comporte deux-trois passages nécessitant de la prudence avec les enfants (passages en pierres, le long d’une forte pente).

Nous cheminons à travers pâturages, peu de marques de balisage, mais chemin bien visible avec le chalet de Bire en ligne de mire.

Au terme d’une descente assez raide,

nous prenons à droite direction le chalet de Bire.

Le chemin a été refait suite à un éboulement, il est correct, mais avec un tronçon à flanc de coteau dans une forte pente.

Au chalet Bire (40 minutes depuis le sommet), nous avons pris l’option la plus longue, soit 1 h 40 et nous ne l’avons pas regretté.

Après une courte montée, nous marchons à flanc de coteau sur un joli chemin avec une belle vue sur les montagnes et la plaine du Saanenland.


 

 

 

 

 

 

Après une trentaine de minutes, nous arrivons au chalet de Wildeneggli, puis le chemin devient une route carrossable en gravier, en partie bétonnée et pour finir asphaltée.

Nous suivons les panneaux jaunes qui nous font quitter la route à deux reprises pour emprunter des sentiers plus sympathiques, le premier pas toujours clair à travers un pâturage,

puis le second à travers la forêt,

et, après la traversée du ruisseau, nous remontons sur une route, il nous reste 300 m avant d’arriver à la gare. Nous avons fait ce dernier tronçon en une petite heure.

Autres informations

• Accessibilité : possible pour des enfants qui ont l’habitude de telles randonnées.
• Itinéraire : A12/E27 sortie no 4 Bulle
• Transports : A Bulle, prendre le bus TPF pour le Jaunpass (avec changement à Kappelboden ; au Jaunpass, arrêt Restaurant. A Saanemöser, prendre le train MOB jusqu’à Montbovon puis les TPF jusqu’à Bulle
• Coordonnées point de départ : WGS 84 (lat/lon) 46.59141, 7.33728
• Parking : à Bulle, parkings payants ; idem au Jaunpass
• Balisage du chemin : chemin très bien indiqué ou alors bien visible
• Restauration : pas de buvette, ni de bancs ; donc pique-nique où l’on veut
• Panorama : tout le long du chemin sur la crête
• Flore/faune : bosquets de rhododendrons (dont la floraison commençait, mi-juin et gentianes alpines

 

 

 

 

 

 

 

 

Cartes


Le bisse d’Ergisch (vallon de Tourtemagne)

Situation

Données techniques

Altitude de départ Ergisch : 1’086 m
Altitude maximale : pt 1’770 m
Dénivelé positif/négatif : 682 m
Durée montée : 1 h 45 jusqu’à Alpetjini ;
Durée descente : 2 h 30 soit 1h jusqu’à Wängersteg et 1 h 30 jusqu’à Ergisch.
Total : 4 h 15
Distance totale : 12.2 km
Difficulté : moyen-difficile (chemin, dénivelé et durée)

Commentaire général

Les bisses valaisans offrent de très belles randonnées. Celui-ci est moins connu que ceux de Nendaz par exemple et la nature est restée très sauvage. Cette randonnée en boucle est peu pratiquée, les promeneurs rencontrés se contentant souvent de faire l’aller-retour le long du bisse.

Descriptif de la randonnée

Nous commençons par un petit tour dans le joli village d’Ergisch. A 50 m du parc, nous repérons une flèche jaune indiquant le chemin à suivre sur une petite route goudronnée ; nous continuons tout droit en croisant une route plus importante et un panneau indicateur portant notamment la mention d’Adlerpfad nous invite à monter à droite. Nous retrouvons rapidement le goudron et il faut être attentif car un panneau nous indique de prendre à droite un petit sentier qui nous amène au chemin des étudiants. Il s’agit s’un agréable chemin forestier avec une pente régulière.

Nous arrivons à la chapelle St Antoninius qui nous invite à la prière (voir inscription vers l’autel) ou la réflexion.

3 bancs nous permettent de profiter confortablement de la vue dégagée sur la plaine et la rive droite. 

Encore un petit effort et nous voici au point le plus haut; joli coup d’œil sur le Bishorn tout à gauche.

S’amorce alors une descente parfois raide avec un chemin pouvant être étroit et glissant qui nécessite de la prudence, notamment avec des enfants. Les bâtons sont fort utiles.

Au bout d’une heure, nous traversons les eaux tumultueuses de la rivière Turtmänna  

sur la passerelle de Wägerstäg

Le chemin s’écarte alors rapidement de la rivière et nous arrivons à une pension (Hübschweidi).Après un court tronçon sur la route, soit prendre le premier chemin qui nous fait revenir en arrière puis longer la rivière, ou alors le second chemin qui est moins marqué.
Tous deux nous amènent à retraverser la rivière grâce à une petite passerelle.

Nous arrivons alors dans le vif du sujet soit le chemin longeant le bisse. Attention, le sentier est parfois très étroit, avec des rochers saillants et une très forte déclivité du côté aval .

Certains passages sont équipés de main-courantes. Mais le chemin est vraiment magnifique, sauvage, alternant rochers et passages en forêt. 

Nous quittons le bisse avec regrets peu avant l’arrivée au village.

Autres informations

• Accessibilité : compte tenu du dénivelé et la durée de la randonnée, peu adapté pour les enfants. Faire preuve prudence le long du bisse et lors de la descente depuis Alpetjini;
• Itinéraire : A9/E62 sortie Sierre est ; suivre Simplon/Brig ; traverser Leuk et à Turtmann, prendre direction au 2ème rond-point à droite direction Ergisch
• Coordonnées point de départ : WGS 84 (lat/lon) 46.29326, 7.71462
• Balisage du chemin : Au départ et après la 1ère traversée de la rivière, être attentif aux panneaux indicateurs
• Parking : Gratuit à l’entrée du village, durée illimitée
• Restauration : il n’y a pas de buvette sur le parcours, donc ce sera le pique-nique. Par contre, le restaurant du village offre une agréable terrasse ombragée pour une boisson fraîche selon vos goûts à l’arrivée
• Panorama : Au point 1770 m, superbe vue sur le Bishorn, le Weisshorn et le glacier de Turtmann
• Divers : les chiffres indiqués sur les extraits de carte permettent de mieux comprendre l’itinéraire. Le parcours est presque intégralement dans la forêt donc possible par temps chaud.

Cartes

Ciernes Picat – Dorena – Ciernes Picat

Situation

Données techniques

Altitude de départ : 1’164 m
Altitude maximale : 1’912 m
Dénivelé positif/négatif: 735 m env.
Durée montée : 2 h soit 1 h 20 jusqu’au point 1687 en dessus du chalet de Paray Dorena, puis 40 minutes jusqu’au point 1’912
Durée descente : 1 h 45
Durée totale : 3 h 45
Distance totale : 9.8 km
Difficulté : moyen -difficile ; randonnée exigeante tant par le dénivelé, le temps de marche et le dernier tronçon de la descente

Commentaire général

Le Pays-d’en-Haut offre de multiples possibilités de randonnées et surtout de retrouver des endroits calmes et préservés dans un cadre magnifique tel celui proposé ici.

Descriptif de la randonnée

Nous commençons notre course sur la route goudronnée que nous avons empruntée ; puis un indicateur nous invite à prendre un chemin à droite direction Paray Dorena. La pente se redresse rapidement et l’ombre offerte par la forêt est bienvenue. Après des efforts soutenus, nous voici au chalet de Béviau d’en Haut. Bien suivre le fléchage et continuer de monter, ne pas se laisser distraire par un chemin qui part à plat.

Le chemin est plus étroit mais assez bon et il serpente dans la forêt 

que nous quittons peu avant d’arriver au chalet de Paray Dorena. 

Nous sommes les premiers randonneurs et trois marmottes filent se cacher.
Nous suivons la direction donnée par l’indicateur situé au-dessus du chalet soit les Marindes/Pra-Jean (Charmey). Une route carrossable qui nous amène au chalet de Dorena. Nous sommes au pied des Vanils et de la tour de Dorena.

C’est une voix féminine chantant du yodle qui nous accueille. Les teneurs d’alpage sont justement en train de faire chauffer le lait au feu de bois dans un chaudron en cuivre pour le transformer en délicieux fromage de l’Etivaz. Ce fromage n’est fabriqué que selon la méthode décrite et uniquement à l’alpage.

Le pré est couvert de fleurs jaunes et oranges qui lui donnent un aspect impressionniste. Ne pas prendre le sentier à plat, mais celui qui part amont et qui est marqué rouge-blanc. Un dernier effort et nous voici au point le plus élevé. Le paysage qui s’offre à nous est vraiment magnifique.

La descente commence gentiment avec quelques dalles rocheuses plates respectivement le passage de dévaloirs qui nécessitent un peu de prudence.

Nous voici bientôt au point 1770, au pied des Bimis. Les chamois n’étaient pas au rendez-vous. Suivre l’indication Ciernes Picat et la descente commence en pente douce avec un ou deux passages dans des herbes hautes. Arrivés à un surplomb, la pente devient parfois plus raide et le chemin étroit. Cela nécessite de la prudence en particulier avec les enfants. Au fond du vallon, un nouveau panneau jaune nous indique la direction. Suivre d’abord un petit chemin agréable le long du ruisseau puis la route carrossable. Vous trouverez deux tables et bancs pour le piquenique sinon simplement au bord du ruisseau.

Autres informations

• Accessibilité : uniquement pour enfants entraînés ; voir sous la rubrique difficulté
• Itinéraire : A12/E27 Sortie no 4 Bulle, suivre Château-d’Oex ; poursuivre sur la route de contournement de cette ville direction Rougemont; avant le hameau de Flendruz, prendre la route à gauche, suivre Les Ciernes Picat . Traverser le hameau de Ciernes Picat, continuer tout droit environ 300 m et traverser un pont.
• Coordonnées point de départ : WGS 84 (lat/lon) 46.50775, 7.16916
• Parking : après le pont, il y a des places de parc; ce sera notre point de départ et d’arrivée
• Balisage du chemin : sentier bien indiqué, suivre le descriptif
• Restauration : il n’y a pas de possibilité sur l’itinéraire. Nous aimons beaucoup le gruyère bio de la laiterie des Moulins, respectivement le restaurant sis à-côté qui sert des mets de qualité
• Panorama : au point 1912, Les Gastlosen et la Wandfluh à l’est, les sommets du Wildstrubel et des Diablerets au sud malheureusement dans les nuages le jour de notre escapade.
• Faune/flore : marmottes, belle diversité florale dans les prés ; des chamois selon les guides

Cartes

Le Pic Chaussy

Situation

Données techniques

Altitude de départ : 1’630 m
Altitude sommitale : 2’351 m
Dénivelé positif/négatif : 721 m
Durée montée : 1 h 50 par les Petits-Lacs
Durée descente : 1 h 20
Durée totale : 3 h 10
Distance totale : 6.6 km
Difficulté : moyen – difficile

Commentaire général

Aux plus âgés qui ont eu la chance de dévaler les pentes enneigées du Pic Chaussy, ce sommet rappellera de superbes souvenirs. Et dire que la fermeture date déjà de 1987. A l’ancienne station de départ de la télécabine, vous trouverez encore un panneau présentant les pistes. Et bien découvrons la version estivale.

Descriptif de la randonnée

A peine avons-nous quitté le parking qu’un panneau nous indique la direction de droite avec un temps de montée de 2h10 pour le Pic Chaussy.  Nous empruntons un chemin caillouteux-terreux humide parfois raide qui nous amène à la buvette des Petits-Lacs à 1920m d’altitude.

Nous profitons de l’ombre matinale pour poursuivre notre montée sur un bon chemin parfois pierreux pour arriver à un collet sans nom Pt 2079 sur la carte. Une petite pause avant d’attaquer la dernière partie qui se montre parfois assez pentue, mais le chemin est tout à fait correct jusqu’au sommet. 

Il y a deux panoramas expliquant les sommets direction nord et sud. La vue est splendide.

Nous choisissons de descendre par le côté verdoyant direction le lac de Lioson.

dans lequel se reflètent arbres et montagnes. 

Il est possible de faire le tour du Lac avant de prendre le chemin carrossable pour revenir à notre point de départ.

Autres informations

• Accessibilité : randonnée accessible pour des enfants habitués de ce type de chemin et de ce dénivelé. Les bâtons sont bien utiles pour la descente
• Itinéraire : A9/E27 Sortie no 17 Aigle puis suivre Les Mosses ; arrivés au centre de ce village, prendre à droite direction Lioson d’en Bas
• Coordonnées point de départ : WGS 84 (lat/lon) 46.39221, 7.11776
• Parking : en dessus du chalet de Lioson d’en Bas
• Balisage du chemin : bien indiqué
• Restauration : Possibilité de se restaurer à l’auberge des Petits-Lacs, chez Grillon qui accueille des jeunes en difficulté ou l’auberge de Lioson, avec sa sympathique terrasse mais fort prisée. Ou simplement pique-nique au bord du lac.
• Panorama : au sommet, des bancs de pierre nous permettent de pleinement jouir de la vue qui est vraiment magnifique. Il y a tous les classiques, du Mont-Blanc au Wildstrubel et de l’autre côté du Moléson au Gantrisch.
• Divers : C’est une course assez fréquentée, il est préférable de partir tôt et en plus de bénéficier d’une bonne partie de la montée à l’ombre. Entre 9 h 15 et     10 h 15, vous pouvez assister à la fabrication du fromage au chalet de Lioson-d’en Bas.

Cartes

La Lenk/Leiterli – Iffigenalp

Situation

Données techniques

Altitude de départ : 1’943 m
Altitude maximale : 2’381 m
Dénivelé : 494 m (positif) et 855 m (négatif)
Durée montée : 2 h 20 jusqu’au point 2381
Durée descente : 1 h 40
Durée totale : 4 h
Distance totale : 12.5 km
Difficulté : moyen-difficile

Commentaire général

Cette belle région qui nous est moins connue offre de multiples promenades. Les verdoyantes Préalpes bernoises ont un effet reposant avec ses pâturages bien entretenus.
Petite surprise, un panneau indique une durée de 5h15 alors que le site des remontées mécaniques indiquait 4h20. Cela dépend … de votre rythme de marche.

Descriptif de la randonnée

Après avoir admiré la curiosité du téléski à cloches, (les horaires de fonctionnement sont indiqués à la station supérieure),

nous empruntons un chemin également possible pour les poussettes. En 2018, nous avons constaté que le téleski a été remplacé par un piano à cloches.
Ce jour-là, les nuages jouaient à cache-cache avec les sommets, notamment le Wildhorn

Le chemin est plat et nous le quittons pour un sentier de montagne qui nous emmène en légère montée avec un ou l’autre raidillon au premier point, Stübleni. Un petit arrêt pour se mettre plein les yeux de ces verts pâturages et nous redescendons vers le petit col.
Le parcours monte à nouveau un peu, puis poursuit à flanc de coteau. Nous croisons quelques pacifiques génisses avant une montée jusqu’au Tungelpass.

Le temps d’une pause et de prendre des forces pour attaquer la difficulté principale. La pente du chemin humide et pierreux se redresse. 3 passages rocheux sont sécurisés par des chaînes ou des câbles.

Nous traversons l’un ou l’autre pierrier. A l’approche de Stigel, le rocher gris laisse à nouveau la place au vert.

Un coup d’œil dans le rétroviseur permet de visualiser le chemin déjà parcouru.

Notre regard se porte rapidement sur le bleu particulier de l’Iffigsee ; à droite, le chemin menant à la cabane Wildhorn.

En une trentaine de minutes nous arrivons au bord du lac; sur la gauche le point sommital vers le Tungelpass.

Lors de la descente, nous apercevons la belle cascade qui donne naissance au ruisseau Schwandy.

La descente se poursuit sur un chemin caillouteux nécessitant quelque précaution pour éviter une glissade. C’est un beau tableau mêlant l’eau, les rochers, les pâturages et des névés qui s’offre à nos yeux.

Arrivé à l’alpage de Groppi, nous rejoignons une route carrossable et en quelques minutes, nous arrivons au but, après avoir traversé le ruisseau du Schwandry sur une petite passerelle.

A faire dans le sens indiqué, ce qui permet de faire la dernière montée à l’ombre si vous êtes matinal ; de plus, depuis Tungelpass, la montée est en principe humide le matin et les passages délicats sont plus aisés à la montée qu’à la descente.

Autres informations

• Accessibilité : les passages les plus difficiles sont bien sécurisés par des chaînes ; ne convient qu’à des enfants habitués à des sentiers de montagne et à de longues marches
• Itinéraire : Bulle – Jaunpass – Boltigen ou A6/A8  Bern – Thun Sortie no 18  Zweisimmen – Boltigen puis La Lenk -Télécabine Leiterli
• Coordonnées point de départ : WGS 84 (lat/lon) 46.45314, 7.43760
• Parking : parking gratuit à la télécabine de Leiterli
• Balisage du chemin : sentier bien indiqué
• Restauration : le restaurant d’Iffigenalp offre une jolie terrasse, les mets sont de qualité, mais l’addition peut vite grimper ; l’Iffigsee offre de nombreuses places de pique-nique.
• Panorama : le dépliant disponible à la station de départ de la Lenk indique les chemins pédestres ainsi que les sommets que vous devriez voir (malheureusement, les nuages crochaient aux sommets le jour de notre randonnée).
• Divers : nous avons privilégié les transports publics, soit la télécabine à la Lenk et le bus depuis Iffigenalp (horaire). Même avec le demi-tarif, l’excursion demeure assez onéreuse. 

Peu après Stigel, un chemin partant latéralement dans la pente permet de rejoindre en 40 minutes la cabane Wildhorn

Le Col du Chamois: des Recardets au Breccaschlund

Situation (Région Lac-Noir/Schwarzsee)

Données techniques

Altitude de départ : 1’060 m
Altitude au col : 1’883 m
Dénivelé positif/négatif: 823 m
Durée montée : 2 h
Durée descente : 2 h
Durée totale : 4 h
Distance Totale : 9.4 km
Difficulté : moyen-difficile ; dénivelé important, quelques passages plus difficiles et temps de marche en font une randonnée assez difficile

Commentaire général

La région du Lac-Noir offre de multiples possibilités de randonnées, direction Cerniat, Charmey, Bellegarde ou le canton de Berne. Il y a bien sûr beaucoup de monde, essentiellement autour du charmant lac, mais on peut retrouver un peu de calme en s’en éloignant.

Descriptif de la randonnée

Nous quittons rapidement la route goudronnée en prenant à droite directement après la traversée du ruisseau Seewidbach. Nous suivons une route au revêtement caillouteux qui, peu après son entrée dans la forêt devient assez pentue. Des dalles de béton ajourées facilitent notre progression. Quelques petits tronçons plats offrent un peu de répit, mais la montée est constante.

Au bout d’une heure, nous voici au chalet-buvette Ober Recardets ; nous empruntons alors un sentier de montagne qui se faufile parfois à travers de hautes herbes. Au point 1590, profiter de la belle vue sur les Recardets que nous allons contourner.

ainsi que sur le Lac-Noir.

Nous poursuivons notre chemin en restant à gauche et laissons le chemin pour Charmey à notre droite. Du fait de notre montée matinale, le chemin mixte pierre et terre noire était glissant. 

Il monte ensuite en zigzag pour éviter deux éperons rocheux. A l’approche du col, la pente s’adoucit et on aperçoit le panneau indiquant le col du Chamois. Une pause bien méritée nous permet de profiter du panorama offert notamment sur la vallée de la Brecca.

Un chemin étroit, dans la pente, descend régulièrement avec un ou deux passages requérant un peu d’attention.

Après avoir passé les chalets de Brémingard et de Oberi Rippa, nous voici à la buvette Unteri Rippa et sa jolie terrasse bien tentante. Le petit chemin de montagne avec des cailloux roulant sous nos chaussures par endroit laisse place à une route carrossable avec des dalles ajourées. Poursuivant la descente, en partie en forêt, nous arrivons à une intersection où est mentionnée la buvette Hubel Rippa. Un petit détour de 5 minutes qui en vaut la peine. Puis en quelques minutes, nous voici de retour au point de départ.

Autres informations

• Accessibilité : pas appropriée pour les enfants sauf pour les habitués de randonnées de ce type (y compris le dénivelé et le temps de marche)
• Itinéraire : A 12/E27 sortie no 9 Düdingen, suivre Tafers puis Plaffeien – Lac-Noir ; aller jusqu’au bout de la route autorisée
• Coordonnées point de départ : WGS 84 (lat/lon) 46.66314, 7.27252
• Parking : après le restaurant Schwarzsee-Bad, parking payant à gauche avant le camping
• Balisage du chemin : bien indiqué et suivre le descriptif
• Restauration : 2 buvettes à la montée et 2 à la descente; la buvette Hubel Rippa sert des plats régionaux et très bons. De plus, la terrasse offre une magnifique vue sur le Lac-Noir
• Panorama : au col, magnifique panorama, du Jura avec le Lac de Neuchâtel au Moléson, la dent de Broc et les Alpes Bernoises. Nous avons également vue sur le Couvent de la Valsainte et la région de Cerniat, dominée par la Berra.

Au premier plan, le cirque du Breccaschlund.

Le Mont-Blanc encadré par les Préalpes fribourgeoises

• Divers : Depuis le col du Chamois, il est possible de rejoindre en 10 minutes le sommet de Patraflon qui offre un panorama encore plus ouvert. Mais le chemin est étroit et pentu.

Cartes

La cabane Hörnli

Situation

Données techniques

Utiliser la télécabine partant depuis Zermatt direction Schwarzsee
Altitude de départ : 2’583 m
Altitude de la cabane : 3’279 m
Dénivelé : 679 m
Durée montée : 1 h 45 à 2 h 15 selon le rythme
Durée descente : 1 h 30
Durée totale 3 h 15- 3 h 45
Distance totale : 9 km
Difficulté : moyen à difficile; prendre en compte l’altitude et le dénivelé

Commentaire général

Célébrissime Cervin et sa cabane très connue, un passage presque obligé. Cette renommée et un chemin très bien entretenu attirent bien sûr beaucoup de randonneurs. Hormis cet inconvénient, c’est un paysage tout simplement magique.

Descriptif de la randonnée

A la sortie de la télécabine, nous faisons une courte descente et un bon chemin nous amène à une première montée d’où nous dominons le lac.

Après 30 minutes nous voici à l’arrivée du télésiège de Hirli, pt 2775 ; possibilité de rejoindre Trockener Steg pour ceux que la montée effraieraient.
Une courte montée et nous empruntons des escaliers métalliques respectivement des passerelles.

Une main courante rend l’endroit bien sécurisé avec une attention particulière à apporter aux enfants. Puis la pente se redresse et une nouvelle montée nous attend ; quelque répit sur un chemin assez plat qui va nous amener à la dernière difficulté, mais non la moindre.

Nous pouvons deviner le sentier qui serpente dans l’impressionnante masse rocheuse qui se dresse devant nous.

C’est un chemin très bien entretenu, équipé parfois de cordes de fixes, d’escaliers en pierres ou en bois qui nous attend.

L’altitude et la très forte pente se font sentir. Le tempo ralentit au contraire du rythme cardiaque … De plus, il y a parfois des bouchons qui cassent votre rythme. En principe, on peut régulièrement croiser ou dépasser en étant prudent. Après une traversée d’un petit névé (merci les bâtons) et nous voici arrivés. 

La descente prend du temps vu le chemin et les nombreux croisements avec des personnes qui montent.

Autres informations

• Accessibilité : nous avons vu sur le chemin quelques enfants de 6 à 8 ans; nous ne savons pas s’ils sont arrivés à la cabane. L’altitude, le dénivelé et quelques passages plus critiques qui nécessitent une attention soutenue en font une randonnée réservée aux enfants habitués à de telles conditions. Avoir un bout de corde pour les sécuriser.
• Itinéraire : A9/E62 jusqu’à Sierre puis Visp – Täsch; puis rejoindre  Zermatt en train
• Coordonnées de point de départ : WGS 84 (lat/lon) 45.99196, 7.70907
• Parking : Täsch (payant et assez onéreux)
• Balisage du chemin : très bien indiqué
• Restauration : à la cabane ; grande et accueillante terrasse, service agréable et rapide.
• Divers : faire la randonnée par beau temps pour deux raisons : la vue et le chemin qui est glissant à la descente
• Panorama : les mots manquent pour décrire ce panorama extraordinaire, ou alors un seul : magique

Le Mont-Rose et la Pointe Dufour

à droite le domaine skiable et le glacier du Théodule, puis le Petit-Cervin, le Breithorn, Pollux, Castor et le Liskam

Pour avoir un très joli point de vue du sommet, aller jusqu’au bout de la terrasse, contourner la cabane et monter quelques escaliers en bois puis une courte montée et vous vous retrouvez enfin seuls (ou presque …)

Cartes

Tsermon

Situation

Données techniques

Altitude de départ : 1’165 m Altitude sommitale : 2’140 m
Dénivellation : 961 m
Durée montée : 2 h 30
Durée descente : 1 h 45
Durée totale : 4 h 15
Distance totale : 9.4 km
Difficulté : moyen-difficile, c’est une course exigeante (dénivelé et temps de marche)

Commentaire général

Un coup de cœur pour cette vallée du Motélon qui a su conserver son caractère sauvage, son authenticité et ses nombreux chalets d’alpage. Et elle offre de très nombreuses possibilités de randonnées. Mais où est Tsermon : c’est la montagne en forme de grosse bosse que nous apercevons à notre gauche lorsque nous allons de Bulle direction Montbovon.

Descriptif de la randonnée

Peu après le départ, voici le chalet du Patchalet (sur la carte le Paquialet); admirez le magnifique jardin potager et d’agrément. Il faut prendre la route caillouteuse à gauche qui monte assez fortement.

Nous avons une belle vue sur le cirque de Galère qui fait suite à la dent de Folliéran.

Lors de la montée, nous voyons bien la Dent de Bourgoz et toute l’arrête qui amène à son sommet.

En dessus du chalet de la Curarda, un poteau indicateur indique col de Bounavalette 1 h 45. La suite de la montée se fait sur un sentier de montagne à travers la forêt, sentier souvent humide et par endroits glissant. Au passage d’une épingle, prenez le temps de regarder le ruisseau qui descend à pic sur un lit de mousse verte.

Nous voici arrivés sur un plateau et nous laissons à notre gauche une étable pour nous diriger en direction du chalet d’alpage de Porcheresse. Un petit coup d’œil en direction de la vallée pour constater le dénivelé déjà fait.

Nous apercevons, au fond à gauche, le col de Bounavalette et sur la droite, on devine le sommet de Tsermon dont nous voyons la croix sur la photo suivante.

Nous poursuivons en direction du col de Bounavelette (on devine le poteau indicateur), le dernier tronçon est assez raide.

Vue sur le vallon de Porcheresse que nous avons emprunté pour arriver au col.

Nous poursuivons à droite (ouest) sur un chemin étroit à droite qui file à flanc de coteau. Au bout de 300 m, une trace part à droite (nord), dans la pente en direction du sommet ; elle n’est pas toujours très visible mais longe plus ou moins la crête.
Arrivés au sommet, nous pouvons transcrire nos impressions dans un livre conservé dans une bonne vielle gamelle militaire. La vue sur les Préalpes fribourgeoises est magnifique

Autres informations

• Accessibilité : pas adaptée pour des enfants sauf habitués à ce genre de randonnée. Le chemin ne présente pas de danger particulier hormis les éléments cités; bâtons recommandés.
• Itinéraire : A12/E27 sortie no 4 Bulle, puis H189 route de contournement, suivre Charmey-Jaun. A la sortie de Broc, prendre à droite direction le Motélon ; suivre la route goudronnée puis caillouteuse depuis la buvette jusqu’au chalet du Patchalet (circulation interdite par la suite).
• Coordonnées point de départ : WGS 84 (lat/lon) 46.56098, 7.14855.
• Parking : parking avant le chalet du Patchalet et un plus grand 100 m avant.
• Balisage du chemin : marqué jusqu’au col de Bounavalette ; puis plus d’indications.
• Restauration : buvette du Pralet ; plats régionaux ; accueil plus ou moins chaleureux.
• Panorama : au sommet, magnifique vue sur les Préalpes fribourgeoises (chaîne des Vanils p.ex.) et devant nous, les Merlas, devant à droite et le Vanil du Van derrière

A gauche à droite, les Dents Vertes, puis les Recardets et au fond le Kaiseregg

• Faune/flore : une marmotte dans le vallon de Porcheresse

Cartes

Le col de Seron

Situation

Données techniques

Altitude de départ : 1’286 m
Altitude maximale : Col de Seron : 2’153 m
Altitude d’arrivée : La Marnèche : 1’762 m
Dénivelé positif : 895 m
Durée montée : 2 h 30
Durée descente : 1 h 10
Total : 3 h 40
Distance totale : 11.1 km
Difficulté : moyen-difficile (dénivelé/distance)

Commentaire général

Nous avons un faible pour les cols qui permettent de passer rapidement d’une vallée à une autre alors que le réseau routier  longeant les vallées ce qui engendre des détours. C’est aussi une occasion de penser à nos aïeux qui empruntaient ces voies plus courtes, mais plus vallonnées.

Descriptif de la randonnée

Le panneau d’interdiction (pt 1286 Chez les Henchoz) « réservé aux bordiers » marque le départ de notre randonnée. La route bétonnée monte légèrement pour atteindre le chalet de Pâquier Mottier où vivent en harmonie, chèvres, cochons et lapins. Juste après le chalet, un indicateur de sentier pédestre nous invite à prendre à droite (Pas de Saxième 1h10). Avant un petit bâtiment sur la droite, des marques rouges et blanches dans le pâturage nous indiquent  qu’il faut prendre un sentier à gauche qui est peu marqué. Le chemin s’élève gentiment, puis plus intensément à travers une forêt et nous rejoignons une route carrossable peu avant le chalet de la Molaire (pt 1528). Nous voyons parfaitement la Torneresse faire plusieurs contours dans la plaine que nous avons quittée.

La route présente parfois des secteurs pentus et continuons notre marche jusqu’au point 1761. Nous arrivons alors au chalet de Seron avec son toit en tavillons. Encore un petit effort et nous voici au lieu-dit Les Châteaux et son petit plateau.

Un panneau indicateur nous invite à suivre un sentier peu marqué montant droit dans la pente à travers rochers et massifs de rhododendrons. Devant nous, la Cape au Moine et le col vers le névé.

Le chemin monte gentiment avec des passages rocheux plus raides. Il faut bien suivre les marques rouge et blanche car le chemin se laisse parfois un peu deviner.

A l’approche du col, la pente se redresse et après quelques lacets, nous voici au point le plus élevé.

Après avoir pleinement profité de la vue, nous entamons la descente. Nous arrivons tout d’abord à une écurie au lieu-dit Arpille, puis le chemin continue à flanc de coteau. Le chemin est étroit et traverse une forte pente; dès lors, il faut faire preuve d’attention.

Nous rejoignons une route carrossable vers les chalets d’Isenau, puis il ne reste plus qu’à se laisser « glisser » sur la route carrossable pour arriver à notre but.

Autres informations

• Accessibilité : vu le dénivelé et la distance, pas adapté à des enfants;  lors de la descente, le chemin est tracé dans une forte pent, de plus, il est étroit. Dans ces passages, il faut redoubler de vigilance avec les enfants ou les encorder.
• Itinéraire : A9/E27, sortie 17 Aigle puis col des Mosses – L’Etivaz ou A12/E27, sortie no 4 Bulle, puis Château-d’Oex – L’Etivaz . A l’épingle à cheveu de l’Etivaz, prendre la route de gauche (en venant depuis Bulle) pour parvenir au point de départ. Nous avons utilisé deux voitures ; d’abord, nous avons déposé le premier véhicule dans le parking de la télécabine d’Isenau, puis nous avons rejoint l’Etivaz, jusque vers chez les Henchoz avec l’autre véhicule.
Il est possible de le faire avec les transports publics, le trajet Les Diablerets-L’Etivaz prend 1h 50 plus 60 minutes de montée pour rejoindre la voiture
• Coordonnées point de départ : WGS 84 (lat/lon) 46.42087, 7.17505
• Parking : le long de la route avant le panneau d’interdiction
• Balisage du chemin : bien indiqué, suivre le descriptif
• Restauration : une buvette et un restaurant à la Marnèche
• Panorama : durant la montée, sur les Alpes bernoises

 Depuis le col, splendide vue sur le massif des Diablerets

• Faune/flore : beaux pâturages à la flore diversifiée
• Divers : Il est conseillé de faire la randonnée par temps sec. Si vous arrivez tôt le matin au chalet de Seron, vous pourrez voir la fabrication du fromage de l’Etivaz selon la méthode traditionnelle (si les propriétaires sont d’accord …). Pensez à leur amener un petit présent … Après sa fabrication, le fromage de l’Etivaz est amené aux caves de la coopérative de l’Etivaz pour affinage. Une visite de la Maison de l’Etivaz vous permettra non seulement d’acheter directement aux producteurs mais également de voir un magnifique diaporama.

Cartes