Bretaye – Col de la Croix – Lac des Chavonnes – Bretaye

Situation

Données techniques

Altitude de départ : 1’805 m
Altitude maximale : 1’936 m
Dénivelé positif/négatif : 430 m
Durée totale : 3h20
Distance totale : 11.7 km
Difficulté : moyen

Commentaire général

Cette randonnée offre de superbes panoramas et une magnifique vue notamment sur le Mont Blanc, les Dents du Midi, le Muveran, l’Argentine, les Diablerets puis de l’autre côté du Pic Chaussy jusqu’à la Tour d’Aï. Nous avons également découvert les pyramides de gypse au col de la croix.
Et le tout sur des chemins de randonnées balisés de couleur jaune sauf la montée et la descente de l’Encrène.

Descriptif de la randonnée

Depuis le parking du Roc d’Orsay, un panneau jaune vous indique le chemin direction le centre de Villars-sur-Ollon. Aller jusqu’à la gare et prendre le joli train à crémaillère qui vous conduira à Bretaye.

Vers le restaurant vous trouvez un premier indicateur jaune, nous allons suivre la direction du Col de la Croix en passant par Ensex.

Nous prenons la direction de Villars sur une route goudronnée que nous quittons peu après la station de départ du télésiège du Grand Chamossaire en suivant une route carrossable qui part à gauche.
Nous avons une superbe vue sur le massif du Mont Blanc.

Sur les Drus et le massif de l’Aiguille Verte, de droite à gauche

Et les Dents de Morcles, la Dent Favre et le Grand Muveran de droite à gauche

Au premier plan, l’Arête de l’Argentine

Le chemin alterne de légères descentes avec des remontées dans un cadre de forêts et de pâturages.

Il faut bien suivre les indicateurs, nous quittons la route pour un sentier qui est un raccourci. Après avoir traversé une forêt, à proximité d’Ensex, le chemin monte à gauche dans un pâturage et nous arrivons vers un petit groupe de chalets et d’écuries.

Avant le dernier bâtiment, ceux qui veulent raccourcir la randonnée peuvent prendre un chemin qui monte à gauche pour rejoindre Encrène. Nous poursuivons tout droit, toujours la même direction.

Nous suivons le chemin de terre qui va nous amener à flanc de côteau au col de la Croix.

Arrivés au parking, vous pouvez emprunter un des nombreux sentiers pour approcher les pyramides de gypse.

Nous avons emprunté un petit sentier avec quelques marches en face du parking pour pouvoir consulter un panneau expliquant notamment la formation des pyramides de gypse.

Le gypse est soluble à l’eau. Il faudrait plutôt parler d’entonnoirs car ces pyramides proviennent de la dissolution du gypse. Ce sont les reliefs résiduels entre les entonnoirs.

Deux bancs très bien placés offrent un beau point de vue lors de la pause.

Un étroit sentier caillouteux et très pentu (pas recommandé pour les enfants)

permet de s’approcher des rochers

Nous revenons sur nos pas et prenons à droite un petit sentier qui rejoint le chemin emprunté pour l’aller ; si vous ne le trouvez pas, il faut redescendre jusqu’à la route et un indicateur jaune vous donnera la bonne direction. Il nous faudra 1h30 environ pour rejoindre le lac des Chavonnes

Le sentier monte à travers un grand pâturage (et à l’occasion un troupeau de vaches).

La pente se raidit sur la dernière partie de la montée, nous sommes sur un chemin de randonnée de montagne.

A notre droite Meilleret que nous connaissons plutôt en version hivernale. Comme indiqué, le chemin de la descente est mauvais ; de plus il est humide et donc glissant.

Nous le quittons sans regret pour la route carrossable qui nous permet de rejoindre la Perche puis sur une route goudronnée qui remonte jusqu’au lieu-dit Vy Boveyre. Très belle vue sur Leysin (tour d’Aï et le Mayen)

Puis sur le lac des Chavonnes.

Il faut descendre à travers le pâturage et longer le lac pour arriver à l’auberge du même nom et sa terrasse bien tentante dominant le lac.

Le retour à Bretaye se fait sur une route carrossable. Vous verrez tout d’abord le Lac Noir, puis le lac de Bretaye et quelques jolis chalets.

Autres informations

• Accessibilité : La descente de l’Encrène direction la Perche était glissante et le chemin en mauvais état. Sinon le reste de la randonnée est à la portée des enfants
• Itinéraire : Autoroute A9/E27, sortie no 17 Aigle/Ollon ; après Chesières, avant le temple, prendre à droite et rejoindre le parking du bas du télécabine du Roc d’Orsay
• Coordonnées point de départ : WGS 84 (lat/lon) :46.32180, 7.07353
• Parking : gratuit et illimité au bas de la télécabine du Roc d’Orsay ; coordonnées : WGS 84 (lat/lon) : 46.30178, 7.05199
• Balisage du chemin : très bien balisé
• Restauration : quelques bancs disponibles sur le chemin ; buvette au col de la Croix ou le restaurant magnifiquement situé au bord du lac des Chavonnes
• Panorama : voir le descriptif
• Astuce : si vous désirez éviter les frais du train Villars-Bretaye, vous pouvez commencer votre randonnée au parking du col de la Croix, coordonnées WGS 84 (lat/lon) : 46.32425, 7.12695
• Divers : place de jeux, bancs, tables et eau potable sont à disposition à Bretaye de même que des WC ; vous trouverez également des toilettes à la place de parc du col de la Croix.

Cartes

Le Tour de la Palette des Diablerets

Situation

Données techniques

Altitude de départ : 1’681 m
Altitude maximale : 2’270 m
Dénivelé positif et négatif : 500 m
Durée totale : 2 h 45
Distance totale : 8.5 km
Difficulté : facile-moyen

Commentaire général

Superbe vue sur les Alpes vaudoises et bernoises depuis le sommet, flore diversifiée, très joli cadre avec les lacs de montagne, bref tous les ingrédients sont réunis pour une belle sortie. C’est un incontournable dans une région qui est riche en randonnées. 

Descriptif de la randonnée

Vers l’auberge, nous trouvons un premier panneau indicateur. Nous avons décidé de faire la randonnée dans le sens contraire que proposé, soit suivre la direction col de Voiré.

Un coup d’œil sur ce qui nous attend, la Palette avec le joli lac Retaud à ses pieds.

Nous débutons sur un joli sentier de montagne qui domine le joli lac avec un beau point de vue sur l’Oldehorn et le Sex rouge.

Nous quittons une route carrossable pour un chemin de montagne,

et traversons une forêt, seul point d’ombre lors de la montée. La pente se redresse puis nous abordons une montée régulière avant un replat après travers un pierrier. La déclivité s’accentue au 2ème kilomètre avant d’atteindre le Col de Voiré et le joli petit lac dans la combe.

Au col prendre à gauche, direction col des Andérets

sur un sentier pierreux

et nous arrivons au chalet Vieux. Il reste encore une jolie grimpée pour atteindre le sommet.

Une route carrossable avec une petite montée sur sa dernière partie nous amène au col des Andérets. Nous avons une vue sympa sur le lac d’Arnon pris dans son écrin vert de forêts dominé par l’Arnehore tout à gauche.

Au col, l’indicateur jaune nous donne la direction. Le chemin balisé débute 50 m. plus bas ou 50 m avant le col (flèche rouge) mais on le rejoint facilement.

Le chemin est terreux et raviné, mais il est possible de monter à côté.

Une approche tranquille avec encore une grosse plaque de neige à mi-juillet avant d’attaquer la dernière montée qui demande quelques efforts

Récompensés par le panorama qui s’offre à nous; le Mont Brun et la Gstellihorn de droite à gauche

Au fond à droite, le Wildhorn et tout à gauche le Spitzhorn

En second plan, à droite, l’imposant Mont d’Or et le Gros Van

La Cape au Moine, la Pare et le Tarent de droite à gauche

La fameuse passerelle en face de nous

Nous redescendons au col par le même chemin puis empruntons une route carrossable avant de prendre un petit sentier qui nous permet de couper une longue courbe décrite par la route.

Nous arrivons vers la buvette de la Marnèche et voyons la Palette sous un autre angle.

Il nous reste 1.5 km en pente régulière pour rejoindre le lac Retaud.

Autres informations

  • Accessibilité : possible pour des enfants ayant l’habitude de ce type de sentiers et de dénivelé
  • Itinéraire : A9/E27/E62 sortie no 17 Aigle, suivre Les Diablerets puis le col du Pillon ; arrivé au col, prendre la direction du Lac Retaud
  • Coordonnées point de départ : WGS 84 (lat/lon) :46.35843, 7.19895
  • Parking : gratuit avant l’auberge
  • Balisage du chemin : Suivre Col de Voiré, puis Col des Anderets, la Palette, la Marnèche/Isemau et enfin lac Retaud
  • Restauration : nous avons profité des places de pique-nique et grillade au bord du lac Retaud ; sinon buvette de la Marnèche ou auberge du lac Retaud
  • Panorama : voir descriptif
  • Flore typique des Préalpes, bien diversifiée

Gentiane printanière

Gentiane acaule (il y en a des champs)

Rhododendrons

Bluet

Géranium des bois

Aspérule ?

Ciboulette sauvage

  • Divers : WC disponibles à la station de départ du télécabine Glacier 3000

Cartes

 

Les Monts Chevreuils

Situation

Données techniques
Altitude de départ : 1’378 m
Altitude maximale : 1’479 m
Dénivelé positif : 413 m
Durée totale : 2h40 ; montée 1h05, descente 1h35
Distance totale : 9.8 km
Difficulté : facile-moyen

Commentaire général
Cet hiver, nous sommes allés en raquettes au sommet des Monts Chevreuils et cette randonnée nous avait beaucoup plu ; voici la version estivale. Pâturages, pentes douces, chalets d’alpage et très joli coup d’œil, bref les ingrédients d’une jolie sortie sont réunis. Seul bémol, la part assez importante de chemins asphaltés.

Descriptif de la randonnée
Laissant le téléski de la Lécherette dans notre dos, prendre immédiatement le chemin à droite qui monte direction la chapelle. Au terme de la route goudronnée

Prendre le sentier pédestre à gauche, le panneau indicateur est caché par les arbres.

Sentier, chemin carrossable et nous retrouvons la route asphaltée. Après un parc sur notre droite, nous trouvons l’indicateur suivant

Nous allons suivre l’indication Monts Chevreuils. Il faut suivre la route sur 1.5 km, puis prendre à droite, direction le chalet des Mossettes.

Selon le panneau jaune vers ce chalet, il reste 25 minutes pour atteindre le sommet.
Il faut continuer la route asphaltée qui part à gauche et ne pas se laisser tenter par un sentier dans le pâturage qui part à droite et mène à la cabane des Monts Chevreuils.

Profitez de la magnifique vue sur le lac de l’Hongrin dominé par la Pointe d’Aveneyre.

Poursuivez jusqu’au chalet de la Chuantse, le sommet est devant vous (trace dans le pâturage).

Deux brèves montées assez raides et vous y voici avec deux bancs bienvenus pour une pause.

Vue sur la chaîne des Vanils

Le Rocher du Midi et les Salaires

Le Pic Chaussy

Ensuite, nous retournons sur nos pas et revenons au chalet de la Chuantse et suivons l’indication Buvette des Monts Chevreuils sur un chemin carrossable.

En quelques minutes, nous y arrivons.

Nous repartons sur un sentier peu marqué qui passe à droite d’un poteau métallique, puis le chemin entre dans un petit bois.

Nous traversons des pâturages, en partie sur des planches car le terrain est marécageux

Et arrivons au chalet des Mossettes. Il faut suivre l’indication Les Moulins/Rodovanel sur un chemin caillouteux/herbeux

puis après être passé entre deux bâtiments sur un petit sentier.

Nous apercevons bien sur notre gauche le sommet des Monts Chevreuils (à droite sur la photo)

La cabane et les anciennes remontées mécaniques qui passent devant rappelant le passé de cette station de ski aux magnifiques pistes.

Le chemin est marqué par des poteaux

Et il faut suivre les indications jusqu’à la grande ferme du Fenil aux veaux et suivre les Moulins.

Nous revenons sur une route asphaltée.

L’indication La Lécherette est à nouveau présente.

Quitter la route en prenant un chemin carrossable à droite (panneau jaune) qui devient un sentier

qui nous ramène sur la route empruntée le matin

Et au point de départ.

Autres informations
• Accessibilité : possible pour des enfants ; tenir compte du dénivelé et de la distance
• Itinéraire : Autoroute A9/E27 sortie 17 Aigle/Les Mosses. Suivre Les Mosses et continuer jusqu’à La Lécherette, parking du téleski
• Coordonnées point de départ : WGS 84 (lat/lon) 46.41991, 7.10670
• Parking : gratuit ; toilettes à disposition
• Balisage du chemin : jaune (et noir), chemin de randonnée. Il faut parfois chercher un peu
• Restauration : de mi-juin à mi-septembre à la Cabane des Monts-Chevreuils ; 2 bancs sont à disposition au sommet
• Panorama : magnifique ; au sommet, des Préalpes fribourgeoises aux Préalpes vaudoises en passant par les Dents du Midi.

Cartes

Le Col de Jable

Situation

Données techniques
Altitude de départ : 1’347 m
Altitude maximale : 1’883 m
Dénivelé positif : 558 m
Dénivelé négatif : 768 m
Durée totale : 3h 20 (1h40 jusqu’au col, 1h40 pour la descente)
Distance totale : 10.8 km
Difficulté : moyen (descente difficile)

Commentaire général
Après avoir relié Château-d’Oex à L’Etivaz par le col de Base, nous désirions faire la version Saanenland – L’Etivaz, par le col de Jable. Bien nous en a pris car nous avons découvert de magnifiques paysages dans un cadre calme puisque nous n’avons rencontré que 2 autres randonneurs.

Descriptif de la randonnée
Le panneau de randonnées situé au départ nous donne toutes les indications nécessaires.

Notre randonnée commence par un secteur de 1 km sur route asphaltée, puis sur route en gravillons. Il faut bien suivre les indications Col de Jable. Nous avons un magnifique coup d’œil sur la Gummfluh.

Prendre ensuite le chemin mixte pierre/terre/racine qui monte à gauche dans la forêt avec certains passages pentus, parfois un peu glissants.

Arrivés à Wilde Bode, profitez d’une pause pour admirer la vue.

Après le chalet, nous avons suivi la voie la plus courte, soit par la route. Il est possible d’emprunter un chemin de montagne qui monte à droite direction le Trittlisattel.

Au fond, dans l’anse, nous devinons  le col de Jable

qui se précise à force que nous approchons.

Après le chemin carrossable, il faut suivre la route asphaltée durant 1.3 km pour rejoindre le beau chalet d’Inners Läger avec ses sonnailles pendues devant la façade.

Nous empruntons ensuite un chemin qui monte à travers les pâturages (suivre Bergweg) et qui va se transformer en une simple trace à l’approche du col.

A notre droite, les pointes de Sur Combe.

Arrivés au col, nous découvrons le magnifique mur de Jable qui est en pierres sèches et à l’époque encore en reconstruction.

Magnifique vue sur les Préalpes

Et peu après le col, sur le glacier des Diablerets et à gauche l’Oldenhorn

Et sa passerelle

Le chemin en terre traverse quelques éboulis qui nécessitent un peu d’attention. Au fond, le chalet Gros Jable et son petit transport de matériel par câble.

Contre le mur du chalet, un nouvel indicateur, nous suivons L’Etivaz 1h20 minutes.

Jusqu’au chalet du Petit Jable, le chemin est bon, puis dès l’entrée de la forêt, il devient rapidement difficile. Quelques courts tronçons avec une forte déclivité,  un chemin très étroit et traversant de très fortes pentes, racines, petits cailloux roulant sous les semelles, passages de pierriers, bref non seulement les bâtons sont indispensables, mais également une attention de tous les instants.

Au plan au Lare, nous avons suivi l’indication L’Etivaz par le sentier.

En cette chaude journée, l’ombre apportée par la forêt était bien agréable. Arrivés au-dessus de L’Etivaz, nous descendons directement dans le pâturage pour rejoindre le village.

Autres informations

  • Accessibilité : du fait que la descente est difficile, cette randonnée n’est pas faite pour des enfants. Nous vous proposons une alternative indiquée sous la rubrique « notre préférence ».
  • Itinéraire : A12/E27, sortie no 4 Bulle ; suivre Château-d’Oex ; continuer jusqu’à la gare de Saanen et prendre la direction Chalberhöni ; avant les télésièges, après un petit pont, sur la droite, il y a un parking public gratuit.
  • Coordonnées point de départ : WGS 84 (lat/lon) 46.45549, 7.24200
  • Coordonnées point d’arrivée : WGS 84 (lat/lon) 46.42420, 7.14481
  • Parking : gratuit tant au départ qu’à l’arrivée
  • Balisage du chemin : bon ou chemin facilement visible ; du côté vaudois, les marques sont un peu effacées.
  • Restauration : au départ, restaurant Waldmatte ; à l’arrivée, café du Chamois (il faut goûter la rouelle de l’Etivaz) ; pas de bancs, ni de lieu de grillade, mais les pâturages sont suffisamment grands …
  • Panorama : voir descriptif
  • Faune/flore : à l’approche du col, arnica, chardon rouge et diverses fleurs de montagne

  • Notre préférence : faire un aller-retour Chalberhöni – Col de Jable ; aller un peu plus loin que le col pour bien profiter de la vue sur le glacier des Diablerets notamment. Les avantages : s’épargner la difficile descente sur l’Etivaz qui restreint le cercle des randonneurs, éviter le voyage en transports publics L’Etivaz-Saanen (1h15 environ) et le tronçon Saanen-Chalberhöni (1h15) dont une bonne partie est sur route asphaltée. La distance totale pour cette variante est de 10.4 km et la durée d’environ 3h. Un tronçon du chemin situé en-dessous de Wilde Bode nécessitera d’être attentifs aux enfants (cailloux, racine, humidité), sinon, la randonnée peut être qualifiée de facile-moyen.

Cartes

La Croix de Javerne – La Tourche

Situation

Données techniques
Altitude de départ : 1’593 m
Altitude Croix de Javerne : 2’097 m
Altitude maximale : 2’198 m (cabane)
Dénivelé positif et négatif : 633 m
Durée montée : 1h45
Durée descente : 1h15
Durée totale : 3 h
Distance totale : 7.3 km
Difficulté : moyen (facile techniquement ; tenir compte du dénivelé)

Commentaire général
Dans le cadre du verdoyant vallon de Javerne, nous vous présentons une très jolie randonnée qui vaut tant par son superbe panorama que sa magnifique flore alpine.

Descriptif de la randonnée
Juste avant un panneau d’interdiction de circuler, il y a un parking sur votre gauche qui est notre point de départ. Nous marchons d’abord sur une route asphaltée qui nous amène aux chalets de Javerne.

Un premier panneau jaune nous donne pour indication « La Tourche 1h45 » ; au hameau précité, un 2ème indicateur nous propose de passer soit par le vallon, soit par les crêtes. Nous avons choisi de monter par les crêtes et de redescendre par le vallon.

Nous suivons le sentier en terre et pierres qui part sur la droite

en nous frayant un passage entre de paisibles chèvres.

Le sentier qui alterne passages assez pentus et faux plats bénéficie souvent de l’ombre bienvenue des arbres. Au sortir du secteur boisé, nous avons un joli dégagement sur les Dents de Morcles et la Dent Favre à gauche.

Nous apercevons la Croix de Javerne, mais il reste un dénivelé de 250 m pour arriver à la Croix. Le chemin est correct, mais la pente devient plus sévère par endroits.

Mais lorsque nous y parvenons,

le spectacle qui s’offre à nos yeux est magnifique.
En premier plan le Lion d’Argentine, et derrière, les Pointes de Châtillon et Culan notamment.

Direction ouest (Lac Léman), Leysin et la Tour d’Aï, Tour de Mayen, puis Villars avec le Grand Chamossaire, Gryon et l’Alpe des Chaux ; direction Sud, la Cime de l’Est et la Tour Sallière

Et plus au fond, de droite à gauche, le Mont-Blanc, les Drus, les Grandes Jorasses, l’Aiguille Verte, le Glacier du Trient et les Aiguilles Dorées par exemple

Et nous poursuivons notre chemin avec en toile fond les Dents de Morcles. Une descente et de courtes montées nous amènent à la cabane.

Prenons le temps de regarder le verdoyant vallon de Javerne que nous allons emprunter à la descente.

Mais il ne faut pas se contenter de regarder seulement ce magnifique panorama. Il faut également regarder la très belle flore qui nous accompagne tout au long de la crête. Quelques exemples :

Aster

Gentiane printanière

Pensée

Tant la terrasse de la cabane que la salle à manger avec ses grandes baies vitrées nous offrent une superbe vue.

Karine, l’accueillante et dynamique gardienne concocte des petits plats simples et bons. Et dès mi-septembre, elle met les petits plats dans les grands pour présenter un excellent repas chasse revisité chaque année (https://www.cas-st-maurice.ch/tourche/ rubrique programme, le menu est présenté). Vous découvrirez quelques jolis vins valaisans qui accompagnent bien ce repas. 

Nous retournons ensuite sur nos pas jusqu’au panneau indicateur qui nous invite à descendre dans le vallon par un sentier plus ou moins bon.

Vous croiserez peut-être le sympathique gardien du troupeau dont les quelques 800 moutons paissent dans les pâturages environnants. Puis le chemin bordé de plants de gentiane

nous amène en pente douce à Javerne.

Autres informations
• Accessibilité : techniquement facile, il faut tenir compte du dénivelé ; convient donc aux enfants habitués à de telles randonnées.
• Itinéraire : A9/E27 sortie no 19 Bex ; traverser Bex et continuer sur la route de Gryon ; prendre à droite direction route des Plans. Avant d’entrer dans le village des Plans-sur-Bex, suivre à droite l’indication Javerne
• Coordonnées point de départ : WGS 84 (lat/lon) 46.23527, 7.06360
• Parking : gratuit, le nombre de places est limité ; sinon trouver une place le long de la route.
• Balisage du chemin : balisage clair, sinon le chemin est facilement visible
• Restauration : cabane de la Tourche ; petite restauration à Javerne (tartes et fromages)
• Panorama : voir le descriptif

Cartes

Le Tour de l’Argentine

Situation

Données techniques
Altitude de départ Plan de la Roche : 1’423 m
Altitude maximale Col des Esserts : 2’016 m
Dénivelé : 819 m
Durées : 1h jusqu’au Roc du Châtelet, puis 1h jusqu’à sur Champ, puis1h35 col des Essets ; 30 min Anzeindaz, 40 minutes jusqu’à Solalex
Durée totale environ 4h45
Distance totale : 13 km
Difficulté : difficile

Commentaire général
Situé dans une région très connue des Préalpes vaudoises, le tour en boucle de l’Argentine est certes un classique, mais également une très belle randonnée, exigeante et intéressante.

Voici le Lion d’Argentine vu du côté Solalex

Et au fond, le Miroir

Descriptif de la randonnée
Notre randonnée débute par une montée régulière sur un chemin forestier; attention, après le passage du pont, dans une clairière, prendre à gauche. Il faut bien suivre les marques rouges et blanches inscrites régulièrement.

A l’approche du roc du Châtelet, le chemin est en terre noire, très humide ; il devient glissant. La présence de chaînes permet l’accès mais demande une certaine attention. A gauche les Perris Blancs et au fond le passage de la 1ère arrête

Au bas du cirque des Perris blancs et jusqu’à la Motte, le sentier devient plus facile. Nous franchissons alors la première arrête du Lion d’Argentine qui nous domine.

Le chemin devient plus étroit et nécessite de la prudence ; il présente quelques passages parfois aériens ou en dévers et la pente herbeuse traversée est forte ; puis nous arrivons à la deuxième arrête.

Nous profitons pour faire une pause et jouir de la magnifique vue sur le Grand Muveran et le vallon de Nant.

La descente nécessite quelque attention du fait de la présence de gravillon qui roule sous les semelles ou des bouts de chemin emportés. 

Il faut bien rester sur la gauche puis partir direction Les Etroits dans un environnement verdoyant. La traversée d’une plaine verte sert d’approche au col des Essets. Nous voyons l’autre versant moins connu de l’Argentine.

La montée au col à travers quelques éboulis et pierriers nécessite de nouveau quelques efforts.
Après une petite halte, nous repartons pour une partie plus facile, la descente sur Anzeindaz par un bon chemin. Nous y faisons notre pause de midi avant de poursuivre sur Solalex par le sentier de montagne que nous avons préféré à la route. Puis nous prenons la route asphaltée pour arriver au parking situé un peu plus bas.

Autres informations
• Accessibilité : Cette randonnée n’est pas adaptée aux enfants s’ils ne sont pas habitués à de telles randonnées ; elle est destinée aux marcheurs expérimentés, vu sa durée, le dénivelé et certains passages.
• Itinéraire : A9/E27/E62, sortie 17 Aigle puis suivre Villars-sur-Ollon – Gryon ou sortie 19 Bex  puis suivre Gryon – Solalex
• Coordonnées point de départ : WGS 84 (lat/lon) 46.28485, 7.13387
• Balisage du chemin : chemin bien indiqué et se reporter au descriptif
• Parking : Parc gratuit au plan de la Roche en dessous de Solalex
• Restauration : buvette Anzeindaz ou Refuge Giacomini (voisins); sinon pique-nique sur le parcours, il y a suffisamment de rochers …
• Panorama : sur le parcours, l’Argentine, les Muveran notamment

Les pointes de Châtillon et le Culan

• Divers : Nous recommandons de faire la randonnée dans ce sens, soit faire le roc du Châtelet à la montée, vu le terrain humide et glissant à certains endroits.

Cartes

L’Hongrin

Situation

Données techniques
Altitude de départ : 797 m
Altitude maximale : 1’503 m
Dénivelé : 850 m
Durée montée : 4 h 10 dont 3 h jusqu’au barrage
Durée descente : 1h20’
Durée totale : 5 h 30
Distance totale : 20.1 km
Difficulté : difficile en prenant en compte la durée, la distance et le dénivelé

Commentaire général
C’est l’envie de remonter le cours de l’Hongrin jusqu’au barrage qui a été à l’origine de cette randonnée. Vous découvrirez de magnifiques paysages, la verdure bien connue de la Gruyère et du Pays d’Enhaut. Un point négatif est la proportion importante de tronçons goudronnés. Si cela ne vous heurte pas, vous allez au-devant d’une belle randonnée peu pratiquée.

Descriptif de la randonnée
Depuis la gare de Montbovon, nous prenons tout d’abord la direction de Château-d’Oex et rapidement empruntons la première route à droite, celle de la Cuvigne. Nous allons devoir absorber 300 m de dénivelé sur le goudron avec peu de zones ombragées. Il ne faut pas suivre les panneaux jaunes indiquant la direction d’Allières.

Juste avant le chalet de la Cuvigne Devant, suivre le panneau jaune qui vous invite à prendre à droite puis à gauche.

Nous avons une très belle vue sur la Dent de Jaman et Rochers de Naye (de gauche à droite).

et une bonne vision du vallon que nous allons remonter

Attention, après le chalet, le chemin n’est pas visible, mais les panneaux indicateurs nous sont d’une aide précieuse. Nous amorçons une légère descente pour arriver au Point 988 qui fait mention du barrage de l’Hongrin. Il faut alors suivre une route carrossable, puis au Point 1094 prendre la route forestière direction Corjon. Cette partie est bien ombragée ce qui est appréciable lorsque le soleil déploie tous ses rayons. Nous voici au point 1040 Perray-Derrey avec mention d’une durée de parcours d’une heure 30 jusqu’au barrage.

Nous rejoignons rapidement une route goudronnée qui longe l’Hongrin qui est réduit à l’état de ruisseau.

Puis, nous passons à côté de beaux chalets à toits de bardeaux

A partir du chalet la Vuichoude (pt 1102) la pente se redresse un peu.

La dent de Corjon se détache dans le ciel azur.

Il ne faut pas suivre l’indication col de Sonlomont, mais continuer la route jusqu’au barrage dominé au loin par la pointe d’Aveneyre.

Après une pause bienvenue, nous longeons le lac. Il ne faut pas prendre la première indication col de Sonlomont, mais la seconde. J’ai pris le premier chemin, et il n’y avait plus d’indication ni de chemin, et j’ai dû monter à travers un pâturage assez pentu. Une petite heure et nous voici au col.

Il nous reste à amorcer la descente, j’ai choisi le tracé le plus direct, le chemin était parfois escarpé, très caillouteux ou boueux, puis sur route goudronnée d’où une fin de randonnée moins intéressante.

Autres informations
• Accessibilité : techniquement, cette randonnée ne présente pas de danger particulier; mais compte tenu de la durée, du dénivelé et de la distance n’est en principe pas adaptée aux enfants
• Itinéraire : A12/E27 Sortie no 4 Bulle ; suivre l’indication Château-d’Oex et aller jusqu’à Montbovon (gare)
• Coordonnées point de départ : WGS 84 (lat/lon) 46.48590, 7.04254
• Parking : Possibilité de parquer des véhicules au départ ou à l’arrivée de la randonnée; gratuit
• Balisage du chemin : bien indiqué avec la réserve figurant dans le descriptif
• Restauration : Restauration aux Moulins (un restaurant et un tea-room boulangerie-confiserie); le pique-nique sur le chemin convient très bien
• Panorama : Au col, joli point de vue sur les Préalpes fribourgeoises et vaudoises et sur le Pays d’Enhaut

• Divers : Cette randonnée peut être faite en transports publics : train jusqu’à Montbovon et retour par le MOB depuis l’arrêt de la Chaudanne-Les Moulins. Le laitier des Moulins produit un très bon fromage Gruyère bio ainsi que d’autres produits tels le Mont-Chevreuil ou du beurre salé.

Cartes

Ciernes Picat – Dorena – Ciernes Picat

Situation

Données techniques
Altitude de départ : 1164 m
Altitude maximale : 1’912 m
Dénivelé : 735m env.
Durée montée : 2h soit 1h 20 jusqu’au point 1687 en dessus du chalet de Paray Dorena, puis 40 minutes jusqu’au point 1’912
Durée descente : 1h 45
Durée totale : 3h 45
Distance totale : 9.8 km
Difficulté : moyen -difficile ; randonnée exigeante tant par le dénivelé, le temps de marche et le dernier tronçon de la descente

Commentaire général
Le Pays-d’en-Haut offre de multiples possibilités de randonnées et surtout de retrouver des endroits calmes et préservés dans un cadre magnifique tel celui proposé ici.

Descriptif de la randonnée
Nous commençons notre course sur la route goudronnée que nous avons empruntée ; puis un indicateur nous invite à prendre un chemin à droite direction Paray Dorena. La pente se redresse rapidement et l’ombre offerte par la forêt est bienvenue. Après des efforts soutenus, nous voici au chalet de Béviau d’en Haut. Bien suivre le fléchage et continuer de monter, ne pas se laisser distraire par un chemin qui part à plat.

Le chemin est plus étroit mais assez bon et il serpente dans la forêt 

que nous quittons peu avant d’arriver au chalet de Paray Dorena. 

Nous sommes les premiers randonneurs et trois marmottes filent se cacher.
Nous suivons la direction donnée par l’indicateur situé au-dessus du chalet soit les Marindes/Pra-Jean (Charmey). Une route carrossable qui nous amène au chalet de Dorena. Nous sommes au pied des Vanils et de la tour de Dorena.

C’est une voix féminine chantant du yodle qui nous accueille. Les teneurs d’alpage sont justement en train de faire chauffer le lait au feu de bois dans un chaudron en cuivre pour le transformer en délicieux fromage de l’Etivaz. Ce fromage n’est fabriqué que selon la méthode décrite et uniquement à l’alpage.

Le pré est couvert de fleurs jaunes et oranges qui lui donnent un aspect impressionniste. Ne pas prendre le sentier à plat, mais celui qui part amont et qui est marqué rouge-blanc. Un dernier effort et nous voici au point le plus élevé. Le paysage qui s’offre à nous est vraiment magnifique.

La descente commence gentiment avec quelques dalles rocheuses plates respectivement le passage de dévaloirs qui nécessitent un peu de prudence.

Nous voici bientôt au point 1770, au pied des Bimis. Les chamois n’étaient pas au rendez-vous. Suivre l’indication Ciernes Picat et la descente commence en pente douce avec un ou deux passages dans des herbes hautes. Arrivés à un surplomb, la pente devient parfois plus raide et le chemin étroit. Cela nécessite de la prudence en particulier avec les enfants. Au fond du vallon, un nouveau panneau jaune nous indique la direction. Suivre d’abord un petit chemin agréable le long du ruisseau puis la route carrossable. Vous trouverez deux tables et bancs pour le piquenique sinon simplement au bord du ruisseau.

Autres informations
• Accessibilité : uniquement pour enfants entraînés ; voir sous la rubrique difficulté
• Itinéraire : A12/E27 Sortie no 4 Bulle, suivre Château-d’Oex ; poursuivre sur la route de contournement de cette ville direction Rougemont; avant le hameau de Flendruz, prendre la route à gauche, suivre Les Ciernes Picat . Traverser le hameau de Ciernes Picat, continuer tout droit environ 300 m et traverser un pont.
• Coordonnées point de départ : WGS 84 (lat/lon) 46.50775, 7.16916
• Parking : après le pont, il y a des places de parc; ce sera notre point de départ et d’arrivée
• Balisage du chemin : sentier bien indiqué, suivre le descriptif
• Restauration : il n’y a pas de possibilité sur l’itinéraire. Nous aimons beaucoup le gruyère bio de la laiterie des Moulins, respectivement le restaurant sis à-côté qui sert des mets de qualité
• Panorama : au point 1912, Les Gastlosen et la Wandfluh à l’est, les sommets du Wildstrubel et des Diablerets au sud malheureusement dans les nuages le jour de notre escapade.
• Faune/flore : marmottes, belle diversité florale dans les prés ; des chamois selon les guides

Cartes

St-Saphorin – Cully avec variante Lutry

Situation

Données techniques
Altitude de départ : 394 m
Altitude maximale : 522 m
Dénivelé : 200 m env.
Durée montée : 50 ‘ jusqu’à Chexbres
Durée totale : 2h
Distance totale : 7.4 km
Difficulté : facile

Commentaire général
Depuis 2007, le Lavaux est inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco. C’est bien sûr un incontournable. Faites cette ballade à différentes périodes de l’année, vous pourrez ainsi voir l’évolution de la vigne.

Descriptif de la randonnée
C’est le croquignolet village de Saint-Saphorin qui marque le départ de notre promenade : maisons serrées les unes contre les autres, petites ruelles pavées en pentes ainsi que les vignes environnantes concourent à en faire un lieu magique.

Nous montons direction de l’église et prenons ensuite à droite en suivant la direction de Vevey.

En effet, la route goudronnée qui part à gauche et qui monte direction la vigne à Gilles est moins plaisante que le petit tunnel voûté puis les escaliers en pavés.

La pente est assez raide et il n’est pas rare qu’un chat vous accompagne, quémandant vos caresses.

A l’arrivée sur le chemin goudronné, prendre à gauche, plein ouest. Devant nous se déroulent les vignobles du Lavaux. Des bancs ou une tonnelle nous invitent à faire une pause pour admirer le paysage aussi beau à l’ouest qu’à l’est.

Un peu avant Chexbres, il faut prendre un chemin herbeux qui part à gauche direction Rivaz. Puis nous croisons la route communale Chexbres – Rivaz et continuons à flanc de coteau. Rapidement un petit chemin en escaliers qui se faufile entre les vignes s’offre à nous et nous amène dans le joli bourg de Rivaz. Empruntez la route sur 300 m et suivre les panneaux indicateurs qui nous feront obliquer à droite. Une petite descente puis la traversée d’un ruisseau et nous voici repartis pour une montée qui nous amène à un magnifique point de vue.

La vue est vertigineuse sur les vignes du Dézaley et le village de Treytorrens.

 

 

 

 

 

 

 

Palmiers et arbres offrent de l’ombre pour une pause qui peut être agrémentée d’un verre (ou d’une bouteille de blanc) qui sont en vente au cabanon tout proche.

Nous repartons direction Epesses et passons à côté des magnifiques bâtiments de l’Abbaye de la Ville de Lausanne qui donne son nom à un excellent vin puis à côté de la très belle demeure du Dézaley. Arrivés à Epesses, nous avons choisi de prendre à droite une montée qui nous amène au village. Ensuite, nous descendons sur la gauche pour quitter la route principale et passer par le cœur du village. Notre chemin nous ramène sur la route communale en général très fréquentée. Caveaux et caves accueillent volontiers le chaland.

Au lieu de continuer le long de la route nous menant à Riex, à la fin du village d’Epesses, nous descendons à gauche, direction lac. A la fin de la descente, nous nous retrouvons au bord de la route cantonale que nous allons longer. Des escaliers à votre gauche passent sous les deux ponts, routiers et ferroviaires et cheminent le long d’un ruisseau. Un petit effort et nous voici au bord du lac que nous longeons jusqu’au port.

Autres informations
• Accessibilité : tout à fait adaptée aux enfants ou aux personnes qui marchent peu
• Itinéraire : A9/E62 Sortie no 14 La Veyre/Vevey puis prendre direction Lausanne ou sortie no 13 Chexbres puis prendre direction Vevey jusqu’à St-Saphorin
• Coordonnées point de départ : WGS 84 (lat/lon) 46.47280, 6.79821
• Parking possible à l’entrée des deux localités
• Balisage du chemin : bien indiqué, suivre le descriptif
• Pour le retour à St-Saphorin, emprunter le RER Vaud
• Restauration : le restaurant La Cambuse situé à côté du camping vous permettra d’échapper à la foule du bord du lac et surtout, offre une très belle terrasse au bord du port, respectivement du lac. A côté, vous pourrez faire une sieste dans le gazon ou alors goûter aux joies de la baignade dans le lac (petites plages).
• Panorama : en dessus de Saint-Saphorin, vue sur les Alpes valaisannes, notamment Grand-Combin et le Catogne

Sinon, le long du parcours, sur le vignoble, le Léman et les Alpes françaises.
• Divers : Ne pas oublier de prévoir une pause apéritif dans votre programme et de déguster les vins de Lavaux (avec modération …)
• Ce jour-là, nous avons eu la chance d’assister à la parade des vieux bateaux de la CGN

Cartes

• Variante/complément
Pour ceux qui n’en ont pas assez, il est possible d’aller jusqu’à Lutry au lieu de descendre sur Cully.
Durée : 1h 45
Distance : 6.5 km
Dénivelé positif 140 m, négatif 225 m
Difficulté : Moyen (distance/durée); facile techniquement

A Epesses, il faut continuer en direction de Riex. A l’extrémité ouest du village, vous arrivez à un rond-point. Il faut suivre les indicateurs jaunes qui vous invitent à emprunter un chemin qui monte, direction nord. Après 10 minutes de marche, il ne faut pas manquer le fléchage inscrit sur la route et contre le mur qui nous amènent sur un petit chemin pour arriver au joli hameau de Chenaux que nous traversons par une courte descente.

Après avoir traversé la route cantonale, nous marchons à travers les vignes et découvrons quelques magnifiques demeures. Nous arrivons ensuite à Grandvaux et poursuivons notre chemin direction Aran. Le paysage est superbe et il y a une terrasse et des bancs qui nous invitent à en profiter pleinement.

Très belles demeures au mileu des vignes aux lieux dits Montagny et le Château.

Après avoir traversé un petit ruisseau, nous marchons quelques instants sur un mur de vigne aménagé en sentier. 

Une descente à forte pente et nous voici au hameau du Châtelard. Nous croisons à nouveau la route de la petite Corniche et longeons la voie de chemin de fer et un chemin en zigzag nous amène près de la tour Bertholo qui faisait partie du dispositif de défense de Lutry à l’époque du Moyen-Âge.

Nous quittons à regret les vignes pour arriver à Lutry dont les quais sont très agréables, de même que les terrasses de café, mais très fréquentés.
Remarque : le chemin est très bien marqué, il suffit d’être un peu attentif.

Cartes

Les Aiguilles de Baulmes

Situation

Données techniques
Altitude de départ : 1067 m la plus basse, 1020 m
Altitude maximale : 1559 m
Dénivelé : 566 m
Durée montée : 1h45 jusqu’au sommet
Durée descente : 1h45 (1h jusqu’au restaurant de Baulmes d’en haut et 45 minutes jusqu’au départ)
Durée totale : 3h30
Distance totale : 11 km
Difficulté : moyen

Commentaire général
Le Jura est un beau terrain de jeu pour les randonneurs. Il offre de multiples possibilités avec des niveaux de difficultés différents. Pâturages et forêts ont un effet relaxant garanti.

Descriptif de la randonnée
Dès la gare, vous trouverez des panneaux indicateurs ; nous traversons tout d’abord le hameau de la Sagne et nous retrouvons à une bifurcation comportant deux chemins différents avec les mêmes indications pour les Aiguilles-de-Baulmes ; nous avons choisi celui de droite qui indique également le col de l’Aiguillon. Nous empruntons alors un chemin forestier qui a une pente régulière.

Il faut bien suivre les panneaux jaunes et nous arrivons alors à un grand pâturage sans chemin. 

Il ne faut pas se laisser attirer par la route goudronnée en aval et rester du côté forêt.

Bientôt apparaissent un panneau jaune respectivement un bunker, vestige d’un temps passé rappelant également la proximité de la frontière.

L’indicateur jaune avant le bunker et à l’entrée de la forêt nous invite à emprunter un chemin dans la forêt assez escarpé, pierreux, avec des racines et humide (nous sommes côté Nord). La pente devient parfois raide et le sol glissant demande un peu d’attention. 

La forêt s’éclaircit indiquant que le but est proche. Au sortir, nous voici à la croix sommitale avec un magnifique panorama. 

Nous repartons en suivant les indications Mont-de-Baulmes ; d’autres chemins vous donneront l’indication Sainte-Croix/la Sagne. Le chemin est meilleur et s’approche parfois du bord des parois vertigineuses. Au milieu du parcours, un banc est bienvenu pour le pique-nique.

Avant d’arriver au restaurant, nous allons à la table panoramique située sur un petit promontoire (déconseillé à ceux qui souffrent de vertige de trop s’approcher de la barrière). Nous nous dirigeons ensuite vers le restaurant du Mont-de-Baulmes avec sa grande terrasse et son grand parking qui est un signe d’une fréquentation importante en saison.

Nous reprenons la route goudronnée sur 150 m et suivons les indications jaunes (prendre à gauche). Puis nous quittons le chemin de montagne pour prendre un chemin forestier qui est parfaitement indiqué. Nous avons choisi la direction La Sagne pour éviter un large contour du chemin indiquant Sainte-Croix. Il y a des portions de terrain glissant avant de retrouver la route goudronnée.

Autres informations
• Accessibilité : Possible pour des enfants pratiquant la randonnée. Le dernier tronçon de la montée est glissant, de même que le dernier de la descente. Sur la crête, une surveillance accrue des enfants est nécessaire ; il faut bien rester sur le chemin.
• Itinéraire : A5 Sortie no 2 Yverdon-Ouest, suivre Sainte-Croix
• Coordonnées point de départ : WGS 84 (lat/lon) 46.81968, 6.50036
• Parking : possible à la gare ou au terrain de football
• Balisage du chemin : chemin bien indiqué ; suivre le descriptif
• Restauration : Mont-de-Baulmes ; nous avons dégusté une excellente tarte au citron; pique-nique possible sur le parcours.
• Panorama :
Au sommet, vue sur le Suchet

Et à la table proche du restaurant précité, vue sur le sommet

Et les impressionnantes falaises.

• Divers : Faire la ballade dans le sens indiqué pour éviter une descente difficile depuis le sommet. Partir tôt, car l’endroit est très fréquenté, essentiellement par des promeneurs qui partent du restaurant (moins de dénivelé). A privilégier par temps sec ; vu que l’essentiel du chemin est en forêt, la randonnée peut aussi se faire par temps chaud. Les bâtons vous aideront tant à la montée que pour certains tronçons de descente.

Cartes