La Crête du Jura, étape 3 entre le Chasseral et la Vue des Alpes

Situation

Données techniques

Altitude de départ : 1’550 m
Altitude maximale : 1’557 m
Altitude minimale : 869 m
Dénivelé positif/négatif : 691 m /956 m
Durée totale : 5 h 20
Distance totale : 18.8 km
Difficulté : difficile

Commentaire général

Hormis le 1er kilomètre, cette étape se déroule en terres neuchâteloises. 4 parties bien distinctes, tout d’abord une longue descente, puis un plat dans la patrie de Didier Cuche avant de remonter jusqu’au Mont d’Amin. Jusqu’à l’arrivée, ce sera une descente en pente douce. Avec pour points d’orgue la bien préservée Combe Biosse, la campagne et la forêt jurassienne et le point de vue de l’arrivée.

Descriptif de la randonnée

Ambiance automnale au Chasseral.

Cap sur la Vue des Alpes par la Combe Biosse.

Nous empruntons le chemin caillouteux qui descend en direction de la route asphaltée.

Nous partons à gauche vers la Métairie de Dombresson.

Après celle-ci, il faut un peu deviner le chemin à travers le pâturage

qui n’est parfois qu’une trace avec peu d’indicateurs jaunes.

Nous sommes dans la Combe Biosse qui est une réserve naturelle

avec des tronçons de sentier étroit traversant une forte pente.

Nous croisons et recroisons le cours d’eau qui est à sec en cet automne.

Le chemin est recouvert d’un bon tapis de feuilles qui cache des cailloux roulant sous les semelles et mettant à rude épreuve les articulations.

Mais le coin est vraiment magnifique.

À la sortie nous attend cette fontaine agrémentée de quelques personnages.

Une longue montée sur un chemin forestier en pente douce

précède la descente qui nous amène au village d’origine de Didier Cuche, le Pâquier. Bon, il y a encore du chemin …

Nous longeons la route sur le trottoir

et l’abandonnons pour une petite route de campagne direction le Côty avec cette demeure dont l’encadrement de porte date de 1701.

Nous traversons un pâturage avec cette belle vue sur la campagne

puis montons dans la forêt sur un sentier qui se laisse un peu deviner.

S’ensuivent 2 kilomètres sur une route forestière

pour rejoindre le lieu-dit Blanche Herbe.

Après avoir dépassé une dernière exploitation agricole, le sentier entre dans une forêt et la pente se redresse fortement.

Au loin, l’antenne du Chasseral.

Nous avons croisé un chamois descendant une côte très escarpée. Un virage à 180 degrés et nous repartons direction ouest ; succession de petites montées

pour rejoindre le sommet du Mont d’Amin avec ses places de pique-nique.

Nous poursuivons à travers pâturages

et arrivons juste à côté de l’hôtel de la Vue des Alpes actuellement fermé.
Voici le programme de la prochaine étape, Noiraigue par le Mont Racine et la Tourne.

Autres informations

• Accessibilité : ne convient pas aux enfants
• Itinéraire : Autoroute A5, sortie no 19 Le Landeron ; aller direction le centre de la localité, puis au rond-point suivre Le Chasseral. Direction Lignières

puis Nods ; avant cette localité, prendre à gauche ; la route est étroite et les croisements de véhicules parfois compliqués. Continuer jusqu’à l’hôtel
• Coordonnées point de départ : WGS 84 (lat/lon) : 47.12724, 7.04609
• Coordonnées point d’arrivée : WGS 84 (lat/lon) : 47.07265, 6.86970
• Balisage du chemin suivre Vue des Alpes
• Restauration : deux métairies sur le parcours, quelques bancs, sinon des rochers pour le pique-nique
• Parking : gratuit à l’arrivée
• Divers : WC au départ et à l’arrivée

Cartes

Au-dessus de Fleurier, le chapeau de Napoléon

Situation

Commentaire général

Un des incontournables du Val-de-Travers ; nous voulions faire le parcours traditionnel à partir de Buttes et nous avons découvert cette randonnée faite par Terre et Nature. Côtoyer l’Areuse, voir sa source puis monter à travers pâturages et forêt jusqu’au sommet nous ont convaincus.
La forme du sommet rappelle le chapeau de l’empereur d’où son nom.

Données techniques

Altitude de départ : 744 m
Altitude maximale : 1’165 m
Dénivelé positif/négatif : 445 m /445 m
Durée totale : 3 heures
Distance totale : 10.2 km
Difficulté : moyen

Descriptif de la randonnée

À l’entrée du parking, voici le premier indicateur ; nous allons suivre St-Sulpice puis Haut de la Tour.

Départ le long de la route cantonale

et de l’Areuse.

Prendre à gauche

pour arriver à St-Sulpice.

Après la traversée de la rivière,

continuer direction Haut de la Tour.

Nous remontons le cours d’eau

jusqu’à sa source.

Elle apparaît au pied de cette falaise. L’eau qui part du lac des Taillères et de la région de la Brévine fait un voyage de 12 jours pour réapparaître.

Et voici la brillante description qu’en fait Jean-Jacques Rousseau.

Après avoir admiré la source, revenir à cet indicateur jaune et prendre le chemin montant, même cap.

Petite grimpée à travers une belle forêt

puis nous retrouvons l’asphalte.

À la sortie de la forêt, prudence lors de la traversée de la route cantonale, une bande piétonne est disponible sur le côté droit.

Au lieu-dit Haut de la Tour, entre deux bâtiments, monter à gauche ; le tronçon que nous allons emprunter n’est pas balisé avec les panneaux jaunes, mais est facile à suivre.

La route agricole part en direction de la forêt.

À l’entrée du bois, la pente se redresse;

il faut toujours rester sur l’axe principal

et se diriger vers la maison sise à la Corbière.

Un chamois broutait tranquillement dans le pré.

Poursuivre sur la route agricole qui monte gentiment

puis à plat jusqu’à ce croisement ; prendre à gauche

et se diriger vers l’importante exploitation agricole située Chez Juvet.

Nous retrouvons l’itinéraire balisé ; direction Chapeau de Napoléon

Désormais sur un chemin agricole, bien suivre les indicateurs ;

il faut traverser un grand pâturage

avant de rejoindre un nouveau chemin agricole qui nous amène à la ferme Chez le Banderet.

Nous longeons ensuite la forêt sur un chemin endommagé par les machines avant d’entrer dans le bois.

Agréable sentier forestier

puis nous entamons la descente direction le chapeau.

Marches sécurisées par des chaînes

et nous arrivons à l’édifice autrefois restaurant et maintenant manufacture de montres. Une petite déception, la parcelle est entièrement grillagée et ne permet plus d’accès.

Mais le point de vue sur tout le Val-de-Travers est magnifique.

Départ pour l’ultime et abrupte descente pour Fleurier.

 

Le sentier n’est pas large et est rocheux, donc il faut rester attentif.

Des escaliers ont été taillés pour permettre le passage d’un escarpement.

Les passages plus compliqués sont bien sécurisés par des chaînes.

Nous rejoignons une route forestière

et à la sortie du bois, il faut traverser la route et prendre tout droit à travers pré

le sentier avec des marches en bois pour retrouver notre point de départ.

Autres informations

• Accessibilité : nous estimons que la descente depuis le chapeau à Fleurier est compliquée pour de jeunes enfants et la déconseillons. Une alternative serait de descendre par Saint-Sulpice, mais nous ne l’avons pas testée.
• Itinéraire : Autoroute A5 direction Neuchâtel, sortie no 2 Yverdon -Ouest puis Sainte-Croix ; au col des Etroits direction Fleurier ; à ce rond-point de cette localité, prendre à gauche Pontarlier-Neuchâtel

le parking est situé après la voie de chemin de fer.

• Coordonnées point de départ : WGS 84 (lat/lon) : 46.90326, 6.57719
• Parking : gratuit sis Rue de la Place d’Armes,

• Balisage du chemin : suivre st-Sulpice, Haut de la Tour, Chapeau de Napoléon et enfin Fleurier
• Restauration : peu de bancs, mais rochers ou billons font l’affaire pour le pique-nique
• Flore :
Gentianes printanières

Pensées des Alpes

• Divers : pour les gourmands, glaces de la ferme famille Schopfer, Rue du Château 8, 2112 Môtiers

Cartes

Le long du lac de Neuchâtel entre Auvernier et Chez-le-Bart

Situation

Données techniques

Altitude de départ : 432 m
Altitude maximale : 449 m
Dénivelé positif/négatif : 80 m
Durée totale : 3 h 10
Distance totale : 13.7 km
Difficulté : facile-moyen ; aucune difficulté technique

Commentaire général

Notre 200ème randonnée a pour cadre le beau pays de Neuchâtel. L’occasion de découvrir le lac, principalement sur des chemins proches de la rive à travers des bois ou longeant des domaines viticoles. Hormis une certaine affluence vers la jolie Pointe du Grain, nous avons profité du reposant bruit des vagues et de jolis coins. De plus cet itinéraire peut être fréquenté presque toute l’année.
Un petit bémol, le long secteur asphalté de 5 km entre le Petit-Cortaillod et le port de Bevaix, respectivement un gros kilomètre le long de la route cantonale peu avant l’arrivée.

Descriptif de la randonnée

À la gare d’Auvernier, voici le premier indicateur.

Partir dos au lac et longer le parc, puis vers le kiosque, revenir direction le lac

et suivre ensuite le Sentier du Lac direction Petit Cortaillod

Beau mélange de teintes du lac.

Première mention du but du jour.

Un vent nord-est agitait l’eau.

Après la plage de Boudry, nous entrons dans les terres et passons l’Areuse.

Après la traversée d’un champ, continuer toujours tout droit à la Poissine (il manque un indicateur).

Commence alors un très long secteur goudronné. Nous franchissons le Vivier 

et arrivons vers les anciennes usines de câbles de Cortaillod et son magnifique parc réservé aux employés.

Nous traversons le Petit-Cortaillod qui compte quelques magnifiques demeures malheureusement cachées au regard des passants par de hauts murs. Lac d’un côté, vignes de l’autre agrémentent les 2 km pour rejoindre la Pointe du Grain.

Accès direct au lac par une longue plage ; vu les nombreuses places de parc existantes, l’endroit doit être très fréquenté en saison.

Même programme jusqu’après le port de Bevaix.

Peu avant, l’intéressant écomusée de la pêche et des poissons (ouvert le dimanche d’avril à octobre de 14h à 17h) avec de nombreux panneaux extérieurs.

Nous quittons sans regret l’asphalte pour retrouver le vert des prés.

À la jonction avec une petite route, prendre à gauche direction lac (il manque un indicateur);

Un espace a été créé pour passer à côté du portail,

et, se diriger ensuite vers un grand bâtiment (indicateur jaune contre la façade).

Très joli parcours à travers une zone humide

et la forêt parfois dense.

Ne pas manquer l’indicateur qui nous fait monter à droite

pour rejoindre la route cantonale (attention lors de la traversée, il n’y a pas de passage piétons à cet endroit).

Nous la côtoyons sur plus d’un kilomètre et la dernière partie est protégée par une barrière en bois

Descente direction le lac pour la dernière partie.

Nous côtoyons des baraques de pêcheurs

avant de rejoindre l’arrivée.

Autres informations

• Accessibilité : possible pour des enfants, adapter la distance à leurs possibilités respectivement envies
• Itinéraire : Autoroute A5 direction Neuchâtel, sortie No 4 Vaumarcus/Gorgier ; puis sortie no 5 direction Gorgier ; au centre, prendre direction parking/débarcadère

• Coordonnées point de départ : WGS 84 (lat/lon) : 46.97438, 6.87888
• Parking : gratuit 6 heures au port de Chez-le-Bart

• Balisage du chemin : suivre Sentier du Lac, direction Petit-Colombier puis Chez-le-Bart
• Restauration : de nombreux bancs sur le parcours ainsi que des espaces aménagés dans les ports ou vers les plages

• Divers : Pour se rendre au point de départ, prendre d’abord le bus postal de Chez-le-Bart, Arrêt Poste, jusqu’à Boudry Gare ; puis le train Littorail direction Neuchâtel jusqu’à Auvernier Gare

Cartes

Le long de la Thielle et du lac de Neuchâtel entre Cressier et St-Blaise

Situation

Données techniques

Altitude de départ : 436 m
Altitude maximale : 464 m
Dénivelé positif/négatif : 90 m / 60 m
Durée totale : 2 h 45
Distance totale : 11.6 km
Difficulté : facile-moyen ; aucune difficulté technique

Commentaire général

Randonner au bord d’un canal puis d’un lac, voici un joli programme qui de plus est praticable presque toute l’année. Et le village de Cressier construit sur un site romain mérite une visite, avec son centre villageois et ses vieilles demeures ainsi que son château; le tout dans un magnifique cadre, entouré de vignes.

Descriptif de la randonnée

À la gare CFF de Cressier, voici le panneau indicateur. Nous allons suivre la direction Pont de Thielle/Marin.

Il faut d’abord emprunter le passage sous les voies du chemin de fer

puis suivre la route qui enjambe l’autoroute.

Vue globale de Cressier

Nous arrivons vers la vielle Thielle et sa nature préservée.

Une longue rectiligne

et nous rejoignons le sentier du lac; direction inchangée (Zihlbrücke)/sentier du lac.

Le canal sert de trait d’union entre les lacs de Neuchâtel et Bienne

et voici la route qui le longe.

Le château de Thielle fut construit au13ème par Berchtold de Neuchâtel pour protéger le passage de la Thielle. Il fit partie intégrante de la ligne de fortifications érigée contre les Bourguignons. Après avoir notamment servi de prison, il passa en mains privées en 1861. Il a été profondément rénové dans la 2ème moitié du 20ème siècle.

Nous passons sous le pont de la Thielle.

Reflets en eau calme.

La route devient un sentier ; nous quittons le canal et longeons les voies du BLS

avant de passer dessous ; toujours le même cap, sentier du lac.

Juste après, il faut prendre la route à gauche (indicateur sur le poteau)

et nous quittons l’asphalte sans regret pour une voie forestière.

Arrivés à la Têne, il reste une heure de marche.

L’itinéraire va alterner passages au bord du lac et à l’intérieur des terres.

et permet de jolies photos.

Le début du canal de la Thielle.

Sentier boueux mais dans un cadre bien préservé et à proximité du lac vers le lieu-dit Sur les Tertres.

Au plus près du lac le long d’une magnifique propriété.

Nous approchons du port de Saint-Blaise ;

direction gare BLS.

Au 3ème ponton, prendre à droite et passer sous les voies.

Il faut continuer tout droit et traverser la route cantonale ;

après 100 m. prendre à gauche et au prochain giratoire, prendre la route qui monte.

Un dernier passage sous-voies

et une ultime montée pour rejoindre la gare CFF de Saint-Blaise.

Retour en train à notre point de départ

Autres informations

• Accessibilité : possible pour des enfants, éventuellement raccourcir la distance en partant de Cornaux ou en s’arrêtant à Marin
• Itinéraire : Autoroute A5, sortie no 18 Corneaux puis suivre Cressier jusqu’à la gare CFF
• Coordonnées point de départ : WGS 84 (lat/lon) : 47.05240, 7.04006
• Parking : gratuit à côté de la gare

• Balisage du chemin : suivre Pont de la Thielle/sentier du lac jusqu’au port de St-Blaise ; puis voir descriptif
• Restauration : de nombreux bancs le long du canal ou du lac

Cartes

Les Hauts -Geneveys – La Vue des Alpes

Situation

Données techniques

Altitude de départ : 1’016 m
Altitude maximale : 1’333 m
Dénivelé positif/négatif : 430 m
Durée totale : 2 h 30
Distance totale : 8.8 km
Difficulté : facile-moyen ; aucune difficulté technique

Commentaire général

Nous aimons bien le Jura, ses verts pâturages, ses forêts et qui offre de nombreuses possibilités de randonnées. En voici une qui conviendra aux enfants avec une motivation particulière, le toboggan de la Vue des Alpes ; avant d’y arriver, il y a quand même un peu de montée …

Descriptif de la randonnée

Au départ, nous retrouvons l’indicateur de randonnées. Nous partons direction la Vue des Alpes

sur une route asphaltée avant de bifurquer à droite

et traverser un pâturage.

Commence une bonne montée sur un chemin puis sentier forestier avec un dénivelé de 200 m sur une distance d’un km.

Le revêtement est assez caillouteux

jusqu’à un pâturage vers le chalet de la Baume.

Nous poursuivons à flanc de côteau

avec le Chasseral devant nous.

Après la ferme de la Grognerie,

restez attentifs au balisage car il y a quelques embranchements. Pour une petite pause …

La pente se redresse un peu et nous découvrons quelques œuvres d’art

comme cette « Êre des cloches ».

Nous voici arrivés à la Vue des Alpes avec à ses pieds le lac de Neuchâtel.

Traversez la place de parc en restant sur la gauche (suivre voie révolutionnaire autocollant vert)

et prendre brièvement la route qui va direction Tête de Ran

qu’il faut abandonner pour une route caillouteuse qui part à droite

direction Prés de Suze.

Après l’agitation de la Vue des Alpes, nous retrouvons le calme et la verdure.

Nous continuons sur ce chemin jusqu’à cette intersection, il faut monter à gauche

direction Tête de Ran

sur un chemin agricole.

Toujours poursuivre à gauche, même but.

L’itinéraire monte en pente douce vers un petit bois 

puis nous passons sous les câbles d’un téléski. Au fond l’auberge de Tête de Ran. Le sentier est moins visible, il faut viser le pylône de la ligne électrique

sur lequel figure une marque jaune.

Devant nous le sommet de Tête de Ran.

Nous nous dirigeons vers la route asphaltée que nous allons emprunter sur 400 m ;

À Tête de Ran, il ne reste plus qu’une bonne demi-heure pour retrouver notre point de départ (suivre les Hauts-Geneveys).

Nous commençons notre descente sur une route asphaltée puis en terre en direction d’un téléski.

Devant nous une partie du Val de Ruz.

Il faut continuer sur une route forestière et ensuite sur un sentier qui part à gauche.

Ce tronçon assez caillouteux peut ne pas convenir aux enfants ;

il est possible de rester sur la route forestière qui rejoindra l’itinéraire après une épingle à cheveux. Un peu plus loin, vous avez le choix entre un sentier en terre qui longe la route alpestre ou celle-ci. Il faut continuer tout droit direction Parc des Gollières et ignorer l’indication montrant à droite les Hauts-Geneveys.

En 5 minutes, nous retrouvons le parking.

Autres informations

• Accessibilité : possible pour les enfants, pas de difficulté technique ; prendre en compte le dénivelé et la distance
• Itinéraire : autoroute A5, sortie no 12 Neuchâtel-Vauseyon puis suivre la no 20 en direction de la Chaux-de-Fonds ; prendre la sortie Malvilliers ; continuer direction la Vue des Alpes ; après avoir laissé le village des Hauts-Geneveys à notre droite, tourner à gauche ; à droite le parking des bus, à votre gauche le parking voiture

• Coordonnées point de départ : WGS 84 (lat/lon) : 47.04959, 6.86993
• Parking : gratuit ; nombre de places limité

• Balisage du chemin : très bien balisé, suivre d’abord la Vue des Alpes, Prés de Suze, Tête de Ran, les Hauts-Geneveys et enfin parc des Gollières
• Restauration : places de pique-nique à Tête de Ran et à 50 m du départ vers le refuge des Gollières ;

• Panorama : la Vue des Alpes porte bien son nom, encore faut-il que la visibilité le permette …

• Flore :
Rosiers des chiens

Renouées à fleurs roses

Centaurées des montagnes

• Divers : WC disponibles à la Vue des Alpes ; depuis le restaurant, possibilité de monter au sommet de Tête de Ran, 25 minutes aller-retour

Cartes

Circuit au lac des Taillères

Situation

Données techniques

Altitude de départ : 1’045 m
Altitude maximale : 1’122 m
Dénivelé positif/négatif : 250 m
Durée totale : 3 h.
Distance totale : 13 km
Difficulté : facile-moyen

Commentaire général

Connu pour être une grande patinoire naturelle l’hiver (il mesure 1.9 km de long et 100 m de large), le lac des Taillères en version estivale a également beaucoup de charme. Entre forêts de sapins, pâturages ainsi que les fermes typiques, il apporte une touche de bleu rappelant des paysages nordiques. Le chemin qui longe sa rive sud-ouest est souvent au plus près du lac.
Un petit bémol, le nombre de secteurs asphaltés.

Descriptif de la randonnée

Au parking se trouve l’indicateur suivant ; prendre direction « le lac », respectivement « Sur le Pont » en empruntant le trottoir qui longe la route cantonale

puis à gauche une petite route asphaltée. Le lac s’était mis aux tons d’Halloween.

Il fait office de miroir pour les fermes situées sur l’autre rive.

Le goudron laisse rapidement sa place à un petit sentier parfois tout au bord de l’eau

voire si proche qu’il faut faire un petit détour pour ne pas se retrouver les pieds dans le lac.

C’est le plus beau secteur de toute la randonnée. Et voici le lac vu de l’autre extrémité.

Nous traversons un terrain un peu marécageux pour arriver à la ferme située « Sur le Pont ». A proximité une fromagerie qui fabrique notamment du Gruyère.

Il faut brièvement longer la route cantonale, puis la traverser pour suivre la direction « Le Bredot » sur une route asphaltée.

Au lieu-dit Le Barthélémy,

continuez direction la Brévine sur la route ; l’orientation du panneau indique plutôt un chemin montant dans le pâturage donc ne pas se laisser abuser.

Nous quittons l’asphalte pour un pâturage

divisé par un mur de pierres qu’il faut longer

avant de remonter vers un petit groupe de maisons. Le sentier est bien marqué.

Après la ferme de l’Ecrenaz, nous n’avons pas suivi l’indicateur jaune (route asphaltée) mais nous avons emprunté un chemin agricole qui part perpendiculairement à la route à travers prés.

Nous reprenons la route asphaltée et à notre droite le village de la Brévine avec en premier plan, la belle demeure La Bonne Fontaine.

Après la traversée d’un quartier résidentiel, nous retrouvons le pâturage sur 350 m (viser la petite maison)

et nous prenons la direction du centre du village en passant par la zone d’activités sportives ; dernière indication,  » Lac des Taillères ».

C’est le tronçon le moins agréable car il longe la route cantonale, d’abord sur un trottoir,

et ensuite sur les bas-côtés et ce sur 400 m environ.

Attention lors de la traversée de la route cantonale pour suivre désormais une trace puis un chemin à travers pâturage.

Puis le chemin monte à gauche à travers la forêt (trait rouge)

 

et continue à flanc de côteau alternant pâturages et bois.

Arrivés à l’indicateur

descendre à droite sur le chemin assez humide qui nous ramène au parking

avec une belle vue du lac et un poteau électrique mal positionné …

Autres informations

• Accessibilité : possible pour les enfants ; nous avons prévu un raccourci qui réduit la distance à 8 km
• Itinéraire : Autoroute A1/A9/E23/E25 direction Neuchâtel ; échangeur d’Yverdon (No 24)  autoroute A5 direction Yverdon Ouest ; prendre la sortie No 2 Yverdon Ouest et suivre Sainte-Croix ; à la sortie de cette localité, suivre Fleurier qu’on traverse puis suivre La Brévine ; au centre de ce village prendre la direction Lac des Taillères
• Coordonnées point de départ : WGS 84 (lat/lon) : 46.97189, 6.58838
• Parking : gratuit

• Balisage du chemin : suivre la direction Sur le Pont, puis le Bredot et enfin la Brévine ; et c’est le retour Lac des Taillères
• Restauration : de nombreux bancs le long du lac avec des creux du feu ; sinon, sur le parcours, quelques bancs ou des rochers feront l’affaire pour le pique-nique
• Panorama : le lac …
• Divers : WC à disposition au départ

Cartes

Variante avec le raccourci

Le Mont Racine depuis Tête de Ran

Situation

Données techniques

Altitude de départ : 1’329 m
Altitude maximale : 1’439 m
Dénivelé positif/négatif : 450 m
Durée totale : 3 h
Distance totale : 10 km
Difficulté : moyen

Commentaire général

Le Jura est un petit paradis pour les randonneurs; de très nombreuses ballades, souvent accessibles au plus grand nombre sont possibles sur une longue période du fait de l’altitude.
Pâturages avec leurs murs de pierres.

Et cerise sur le gâteau, le panorama est magnifique même si en ce jour d’automne, la visibilité était un peu réduite

Descriptif de la randonnée

Notre randonnée du jour fait partie du Chemin des Crêtes du Jura (sentier no 5).

Une montée assez raide nous attend (dénivelé de 90 m sur une distance de 350 m)

sur un chemin caillouteux/rocheux

qui nous mène au sommet de Tête de Ran.

Un peu de répit avec une légère descente qui nous permet de découvrir les remontées mécaniques (vue arrière)

et nous empruntons un sentier forestier mixte roche/terre, humide et un peu glissant.

Au sortir de la forêt, vers Pouet-Carré,

depuis la bosse, à droite du chemin, on peut voir la ville de la Chaux-de-Fonds.

Légères descentes et montées à travers pâturages le long de la crête

avant de « plonger »  vers les Grandes Pradières Dessus;

et nous apercevons au fond le sommet du jour.

Nous suivons le mur de pierres qui délimite les pâturages avant de le traverser et de commencer la montée vers le Mont Racine d’abord à droite du mur

puis à gauche.

Et nous y voici

Pause panorama

Et les photos reflètent mal la réalité.
Pour ceux qui choisissent l’alternative (voir sous Divers), continuer direction Grande Sagneule

avec la traversée d’un mur que nous avons supposé à but militaire.

Après un dernier pâturage, nous arrivons à la métairie et sa belle terrasse.

Reprenons la randonnée depuis le Mont Racine; retour sur nos pas et une grosse heure de marche pour rejoindre le point de départ.

Au fond, le Chasseral émerge péniblement de la brume automnale.

La dernière descente nécessite de l’attention en particulier pour les enfants.

Autres informations

• Accessibilité : possible pour des enfants par chemins secs ; une difficulté, la dernière descente depuis le sommet de Tête de Ran au parking
• Itinéraire : autoroute A5, sortie no 12 Neuchâtel-Vauseyon puis suivre la no 20 en direction de la Chaux-de-Fonds ; prendre la sortie les Convers direction la Vue-des-Alpes puis Tête de Ran
• Coordonnées point de départ : WGS 84 (lat/lon) : 47.05548, 6.85617
• Parking : gratuit vers l’hôtel

• Balisage du chemin : bien indiqué ou sinon, le chemin est facile à suivre
• Restauration : 3 espaces bancs/tables,

mais les très nombreux rochers vous accueilleront pour le pique-nique ; ayant fait le grand parcours, nous avons dégusté une très bonne cassolette de champignons à la Grande Sagneule
• Panorama : voir descriptif
• Flore

Cynorrhodon

Campanules à feuilles rondes

• Divers : Au départ, il y a une place de jeux et de pique-nique

• Alternative : Depuis le Mont Racine, vous pouvez continuer jusqu’à la Buvette Grande Sagneule (aller-retour 2.6 km, dénivelé 135 m et durée 45 minutes). Vous pouvez également partir de la Grande Sagneule, mais le parc est réservé aux clients de la buvette ; à discuter avec le tenancier ou à indiquer lors de votre réservation

Cartes

Les gorges de l’Areuse

Situation

Données techniques

Altitude de départ : 733 m
Altitude d’arrivée : 491 m
Dénivelé positif : env. 100 m; négatif: env 340 m
Noiraigue – Champ du Moulin : 1 h
Champ du Moulin – Gare de Boudry : 2 h
Durée totale : 3 h
Distance totale : 11 km
Difficulté : facile – moyen

Commentaire général

Par temps chaud, les gorges apportent toujours une fraîcheur bienvenue. Mais elles sont également intéressantes au printemps, lorsque le débit de la rivière est plus important.

Descriptif de la randonnée

Depuis la gare de Noiraigue, nous commençons par longer la voie de chemin de fer, puis la rivière sur un chemin goudronné.

Puis nous entrons dans le vif du sujet en empruntant le chemin bien indiqué. Prenez le temps d’admirer le paysage parfois rude, parfois calme.

Un joli pont en pierres voûté nous fait traverser l’Areuse et nous arrivons au Champ-du-Moulin où nous trouvons le musée joliment dénommé de la Morille, et ce jour une intéressante exposition sur les chauves-souris. A ce stade, possibilité de reprendre le train à la halte du même nom.

Nous retraversons la rivière et passons le long du restaurant très fréquenté de la Truite sur un chemin agréable. 

Mais nous voici bientôt dans la partie très intéressante des gorges avec de magnifiques points-de-vue, où nous voyons l’eau se tracer un chemin entre les roches.

Son parcours tumultueux devient plus calme à la fin du parcours et offre de magnifiques prises de vue.

Le chemin change régulièrement de rive dont une fois par une passerelle vestige de l’expo 02.

C’est lors de cette dernière partie que nous avons rencontré des passages glissants, certes souvent brefs mais nécessitant prudence pour éviter une chute.

Un agréable chemin forestier nous amène à la dernière usine électrique et à la route goudronnée. Une dernière traversée de la rivière et nous passons devant le café du Pont et sa terrasse bien tentante pour remonter jusqu’à la gare de Boudry sur la route, passage obligé mais peu agréable.

Autres informations

• Accessibilité : Le sentier est bien sécurisé et convient aux enfants ; il y a des passerelles, escaliers métalliques et des barrières de sécurités.

 

 

 

 

 

 

Nous avons fait notre randonnée après deux jours de beau temps et pourtant le sentier était glissant et humide à certains endroits. Idem pour des escaliers faits en poutres en bois, donc prudence avec les enfants. Attention, lors de certains passages, un enfant pourrait fort bien glisser sous la barrière.
• Itinéraire : A5 Sortie no 7 Boudry ouest ; traverser le village et monter jusqu’à la gare
• Coordonnées point de départ : WGS 84 (lat/lon) 46.95474, 6.72293
• Balisage du chemin : bien indiqué
• Parking : Nous avons parqué la voiture à la gare CFF de Boudry (parking gratuit) puis pris le train pour Noiraigue (1 changement à Auvernier)
• Restauration : Possibilité de se restaurer au champ du Moulin, à côté du musée de la Morille ; mets simples et glaces. Il y a quelques tables de pique-nique ou alors possibilité de le faire au bord de la rivière. Après avoir terminé notre randonnée, nous sommes allés manger d’excellents röstis chanterelles ou jambon à l’auberge de la Grande Sagneule (environ 20 minutes en voiture).

Cartes

Le Creux du Van

Situation

Données techniques

Altitude de départ : 972 m
Altitude du sommet du Soliat : 1’463 m
Dénivelé : 550 m
Durée montée : 1 h 30
Durée descente : 1 h 15
Durée totale : 2 h 45
Distance totale : 9 km
Difficulté : facile – moyen

Commentaire général

C’est un très grand classique, mais un paysage qui nous ravit à chaque visite. Vu sa grande fréquentation et la possibilité d’arriver à proximité du sommet en voiture (restaurant du Soliat), il est impératif de commencer la randonnée tôt le matin pour pouvoir bien profiter du paysage.

Descriptif de la randonnée

Notre randonnée débute devant la Ferme Robert et il suffit de suivre les indicateurs jaunes. Le chemin forestier en pente douce nous amène d’abord à la Fontaine Froide (1126 m) puis nous choisissons le chemin marqué rouge et blanc dont la pente s’élève rapidement avec un ou deux passages où les bâtons sont bien utiles.

Le chemin devient assez direct dans la pente avec des passages de marches en pierre.

De temps à autre nous bénéficions d’une lucarne sur le cirque du Creux-du-Van.

Arrivé à la sortie de la forêt, il est possible de rejoindre la buvette du Grand Vy en 10 minutes. Sinon poursuivre à travers le pâturage et le spectacle devient à la fois grandiose et un peu inquiétant si l’on s’approche du bord. C’est le bon moment pour faire une pause pour admirer ce paysage et faire des photos.

Puis nous poursuivons direction le sommet du Soliat où le tableau du panorama est bien détérioré.

Nous retournons sur nos pas et traversons le mur de pierres sèches par un petit passage prévu à cet effet.

Nous restons sur le chemin parfois étroit le long du cirque, le coup d’œil sur le cirque est superbe.

Après avoir laissé le restaurant du Soliat à notre gauche, nous entamons la descente. Ce jour, nous avons rencontré de nombreux promeneurs qui montaient; le sentier 14 contours étant étroit, il faut faire preuve de fair-play pour croiser correctement. Le sentier descend régulièrement et nous amène en une heure à la ferme des Oeillons. Nous prenons alors une route forestière qui nous ramènera à notre point de départ.

Autres informations

• Accessibilité : possible pour des enfants ; la dernière partie de la montée dans la forêt est très raide et il faudra peut-être les aider. Surveillance accrue des enfants sur le chemin le long du cirque.
• Itinéraire : A1/E25, sortie 8 Areuse, suivre Bôle – Rochefort puis le Val de Travers jusqu’à Noiraigue ; depuis la gare, suivre Ferme Robert
• Coordonnées point de départ : WGS 84 (lat/lon) 46.94343, 6.73609
• Parking : parking à la Ferme Robert; attention, il est souvent très occupé
• Balisage du chemin : très bien indiqué
• Restauration : la Ferme Robert et son agréable terrasse, le Grand Vy et le Soliat ; à la ferme des Oeillons, il n’y a que des boissons.
• Panorama : depuis le sommet du Soliat ; aux extrémités du cirque
• Divers : Nous avons préféré faire la montée par le sentier du Single qui est assez pentu et la descente par le sentier des 14 contours dont la déclivité est plus douce. La montée et la descente sont dans la forêt, donc possible de faire cette randonnée par temps chaud.
A Noiraigue, vous trouverez une excellente Chocolaterie, la maison Jacot.
Se trouvent à proximité, les mines d’asphaltes à Travers et à Couvet, la maison Mauler qui fait des vins mousseux.

Cartes