Circuit autour du chalet du Lapé dans le Petit-Mont

Situation

Données techniques

Altitude de départ : 1’388 m
Altitude maximale : 1’844 m
Dénivelé positif/négatif : 490 m
Durée totale : 2 h 45
Distance totale : 9.3 km
Difficulté : facile-moyen

Commentaire général

La région des Gastlosen était le jardin d’Erhard Loretan qui fut le 3ème alpiniste à avoir gravi les 14 sommets de plus de 8000 m. Elle est bien connue pour ses parois calcaires très prisées par les amateurs de grimpe.
La vallée du Petit Mont offre de belles possibilités de randonnée avec notamment la Hochmatt qui figure également sur notre site. Nous vous proposons de découvrir un autre aspect cette vallée bien préservée autour du magnifique chalet du Lapé avec de superbes points de vue tous azimuts.

Descriptif de la randonnée

Au parking du Petit Mont, pt 1390, nous prenons la direction Le Lapé en empruntant une route goudronnée (indication Col de la Hochmatt) ;

de gauche à droite, la Wandflue, les dents du Zuckerspitz, la Dent de Ruth et la Dent de Savigny ;

et derrière nous les Gastlosen et les Sattels

Nous passons devant le beau chalet du Schänis

Il faut continuer toujours tout droit sur la route carrossable jusqu’au chalet du Lapé et prendre le chemin qui part à gauche en sa direction (trait rouge) et qui n’est pas balisé.

Après 100 m, nous reprenons à gauche une trace dans le pâturage (traits rouges)

qui devient une route carrossable. Ce chemin n’est pas enregistré comme itinéraire pédestre, donc il n’est pas balisé ; mais il est très simple à suivre.

Se succèdent replats et montées avant d’arriver au chalet de Fregina Devant récemment reconstruit.

A l’angle gauche du chalet une marque rouge-blanche

et nous retrouvons le chemin de randonnée de montagne qui longe une zone légèrement boisée en direction du chalet du Pralet.

Quel cadre sympathique et reposant

La montée se poursuit avec deux secteurs très humides et boueux.

Derrière nous, beau point de vue sur la Hochmatt et le Cheval Blanc

Le chemin zig-zague entre sapins et rochers et

devant nous la dernière bosse sur un sentier assez dégradé.

Au sommet, un panneau indicateur nous donne la direction du chalet ;

une pause méritée nous permet d’admirer cette magnifique vue

l’imposante Dent de Savigny (sentier T4/T5 non balisé pour aller au sommet ),

le cirque du Vanil Noir et des Bimis,

puis les Dents de Folliéran et Brenleire et le Vanil du Croset.

Une sente peu visible mais marquée nous amène au chalet du Pralet.

La descente se fait sur une route carrossable.

En prenant un peu de recul, respectivement en ouvrant l’angle de vision, magnifiques points de vue sur
les Pucelles, la Corne Aubert et la Dent de Combette

la Dent de Combette qui fait l’objet d’une randonnée sur le site

les Ciernes Picat, direction Château-d’Oex

la vallée du Gros Mont et le Jeu de Quilles

Vers le chalet de la Gueyre, magnifique dégagement

Poursuivre la route carrossable direction Chalet du Soldat/Petit Mont

Arrivés au chalet du Lapé, nous retrouvons l’itinéraire emprunté pour l’aller et nous retrouvons le parking.

Autres informations

• Accessibilité : possible pour des enfants ayant l’habitude de tels chemins et dénivelés. Pas de difficultés techniques
• Itinéraire : A12/E27 Sortie no 4 Bulle ; suivre l’indication Charmey-Jaun. A Im Fang, prendre à droite la route Klein Mungstrasse jusqu’à son terme
• Coordonnées point de départ : WGS 84 (lat/lon) : 46.57546, 7.24954
• Parking : gratuit, en nombre limité ; il y a encore un autre parking 50 m plus loin

• Balisage du chemin : voir le descriptif, car nous suivons également des sentiers non répertoriés comme pédestres
• Restauration : pas de possibilité
• Panorama : voir descriptif
• Divers : depuis le chalet de la Gueyre, il est possible d’aller dans la vallée du Gros-Mont, compter 1 h 30 aller-retour. Le magnifique chalet du Lapé a été construit en 1742 ; il est un des deux seuls chalets du canton de Fribourg coiffés d’un toit à la Mansart (2 pans).

Cartes

Le tour du Rocher des Rayes et de la Dent de Combette

Situation

Données techniques

Altitude de départ : 1’561 m
Altitude maximale : 2’019 m
Dénivelé positif/négatif : 520 m
Durée totale : 2 h 40
Distance totale : 6.5 km
Difficulté : moyen-difficile vu certains passages techniques

Commentaire général

Poursuivant notre découverte du Pays d’En haut, nous vous proposons une randonnée pas très longue, mais offrant un panorama superbe sur les Préalpes fribourgeoises, vaudoises et bernoises, avec des passages techniques dans une nature très préservée de la verdoyante vallée de la Manche et ses chalets d’alpage.

 

Descriptif de la randonnée

Après avoir admiré le beau chalet de la Raye du Baillif,

le totem des randonnées nous invite à suivre une route goudronnée qui monte.

Sur notre gauche, au centre et de gauche à droite, le Rubli, le Rocher Plat et la Gummfluh.

Arrivés à la Montagne aux Mange, l’indicateur placé devant le chalet donne la direction.

En fait, le chemin part derrière le chalet, mais il est facile à retrouver (marque rouge-blanche sur le rocher).

Nous sommes partis pour un dénivelé de 330 m sur 1.8 km. Le sentier traverse une forêt

et devient plus rocheux ; bien suivre les marques

Nous traversons un ancien mur de pierres sèches

et la pente se redresse

avec des passages rocheux assez raides.

Petite pause au point 1’923 avant la dernière montée dans la pente herbeuse.

De gauche à droite, le Vanil Carré, le Gros Perré, la Pointe de Paray et le Vanil de l’Ecri

En haut de la pente,(à votre droite le sommet des Rochers des Rayes), sortez du chemin à gauche et du sommet d’un petit monticule, vous avez une vue splendide des deux côtés.

L’itinéraire continue à travers le pâturage avec au fond la Dent de Combette

Nous devons ensuite traverser une forte pente pour contourner la Dent par le Nord.

Il y a un ou deux passages plus délicats à aborder avec prudence.

Derrière nous les Rochers des Rayes

et devant, la Hochmatt et le Cheval Blanc et à droite, les  Dent de Savigny et de Ruth.

Après une petite descente assez raide en lacets et nous longeons la paroi rocheuse.

Vue arrière

La descente se poursuit sur un sentier étroit avec 3 passages équipés de chaînes

Nous contournons un dernier escarpement rocheux

et débouchons dans un vaste pâturage avec une trace peu distincte

mais marquée par des piquets.

pour arriver au lieu-dit Pertet à Bovets et prendre la direction de la Manche.

Nous n’avons vu que plus tard qu’il existait un chemin plus direct qui descendait vers le chalet de Combette mais non indiqué sur la carte (il vient de la droite).

Il faut poursuivre direction Les Rayes/Pont de la Manche

sur un sentier à flanc de côteau.

A notre gauche le sommet des Rodomonts

et à notre droite, les deux sommets que nous avons contournés.

Sur un chemin bien marqué,

nous arrivons au chalet de Raye au Sex, longer la clôture direction un petit bois

Au prochain chalet, descendre dans le pâturage (marques sur le poteau et un rocher, le sentier est peu visible) ;

Au joli petit chalet,

nous sommes prenons la route asphaltée sur 200 m pour rejoindre notre point de départ.

Autres informations

• Accessibilité : ne convient ni aux enfants ni aux personnes sensibles au vertige
• Itinéraire : depuis Château-d’Oex, rouler direction Rougemont. A Flendruz, avant le passage à niveau, prendre à gauche direction Le Crêt, La Manche.

Suivre la route de la Manche (rester sur la gauche)

• Coordonnées point de départ : WGS 84 (lat/lon) : 46.51969, 7.20401
• Parking : gratuit, le long de la route ou vers un chalet après entente avec le teneur d’alpage

• Balisage du chemin : suivre d’abord Rocher des Rayes puis la Manche; bien suivre le sentier, respectivement le marquage rouge-blanc qui est parfois un peu effacé
• Restauration : aucune possibilité ni de bancs ; mais il y a suffisamment de places dans les pâturages pour le pique-nique
• Panorama : voir le descriptif

• Flore

Campanules à feuilles rhomboïdales

Cynorrhodons

Campanules à feuilles rondes

Chardon argenté

Gentianes printanières

Gentiane de Clusius

Gentianes d’Allemagne

Menthe à longues feuille

• Divers : randonnée à faire par chemins secs

Cartes

 

Circuit dans la vallée de Muggio

Situation

Données techniques

Altitude de départ : 598 m
Altitude maximale : 686 m
Dénivelé positif/négatif : 475 m
Durée totale : 2h 45
Distance totale : 8.9 km
Difficulté : facile-moyen

Commentaire général

Petite escapade dans la vallée la plus méridionale de la Suisse sur un itinéraire peu fréquenté ; forêts, châtaigneraies, moulin à eau, jolis villages avec leur cachet d’antan et qui ont conservé leurs traditions vous raviront certainement.

Descriptif de la randonnée

Du parking, il faut descendre direction la route cantonale et la longer durant 200 m

puis prendre à gauche direction Casima

en suivant l’ancien sentier muletier (qui conduit également au moulin de Bruzella).

Toujours la même direction et à gauche, nous empruntons un sentier de randonnée de montagne en descente

avec des tronçons bien pentus et assez directs

qui nous amène sur un pont pour traverser la Breggia. Après la descente, voici la montée en lacets dans la forêt

qui rejoint une petite route pour arriver à Casima

Joli village avec ses rues avec un revêtement en pierres rondes ; nous avons croisé le boulanger qui dépose le pain chez ses clients dans un sac en toile blanc.

Direction Muggio en passant par l’alpage de Tur

Bel avancement en façade

Un beau chemin empierré mène au cimetière de la localité ;

Profitez du joli point de vue sur la vallée. Nous sommes sur un bon sentier forestier

et traversons un fossé ombragé

avant une brève montée pour rejoindre l’alpage de Tur

Sur une route forestière, nous gardons le même cap

et passons à côté de la chapelle San Giovanni mentionnée dès 1582

Par une route asphaltée, nous descendons rapidement vers la rivière Breggia que nous retraversons pour remonter de l’autre côté de la vallée

et rejoindre le joli village de Muggio. Joli point de vue sur les sommets environnants dont le Monte Generoso tout à droite

Voici les indications pour la suite

A Cabbio, nous avons également visité le village et avons pris la route montant à gauche.

 

Voici un joli passage.

Ensuite, il faut redescendre direction l’osteria, suivre à flanc de côteau avant de traverser la route cantonale et prendre à droite

un large sentier

et nous arrivons au moulin qui fonctionne certains jours (indications sur place ou Internet). Lorsqu’il est ouvert, vous pouvez y acheter de la farine de polenta artisanale produite sur place.

C’est un des bras de la Breggia

qui amène l’eau nécessaire pour faire tourner la roue.

D’anciennes meules sont exposées.

Une petite demi-heure

sur le chemin forestier qui monte de façon régulière et que nous avons emprunté en partie le matin et nous retrouvons le centre de Bruzzella.

Autres informations

• Accessibilité : possible pour des enfants qui ont l’habitude de marcher sur des sentiers de montagne avec dénivelé ; 1 km après le départ, descente pentue qui nécessite de l’attention
• Itinéraire : Autoroute A2, sortie Mendrisio, suivre Morbio superiore /Muggio
• Coordonnées point de départ :  Bruzella, WGS 84 (lat/lon) : 45.88152, 9.03546
• Parking : gratuit à côté de l’église

Un autre est à disposition à l’entrée du village, à gauche
• Balisage du chemin : bien indiqué ; suivre d’abord Casima, ensuite Muggio, puis Cabbio, respectivement le moulin et Bruzella
• Restauration : En dessus de Mendrisio, à Tremona, nous avons découvert le joli Grotto Grassi, sa cuisine locale faite maison, sa terrasse sous les arbres et la vue sur le lac ; accès en voitures par une ruelle du village très étroite.
• Panorama : voir descriptif
• Divers : A Morbio Inforiore se trouve la géoparc « Gole della Breggia » ; renseignements auprès du Point Info situé à l’entrée. Vous trouverez le musée ethnographique de la Vallée de Muggio à Cabbio.

Cartes

La cabane Laemmeren

Situation

Données techniques

Altitude de départ : 2’340 m
Altitude maximale : 2’508 m
Dénivelé positif : 387 m
Durée totale : 2 h 45 (1 h 30 montée, 1 h 15 retour)
Distance totale : 8.8 km
Difficulté : moyen vu le passage équipé

Commentaire général

Nous vous proposons une randonnée à faire en matinée et qui vous laisse libre choix pour l’après-midi, par exemple, le tour du Daubensee (6 km en 1 h 45) un aller-retour à Schwarenbach (2 h 15) ou alors détente aux bains thermaux (Bürgerbad). Pour vous donner envie, un panorama d’une quinzaine de 4000 depuis la terrasse du restaurant, beau point de vue sur le Wildstrubel et son glacier, une jolie cabane bien rénovée et un paysage minéral typique du Valais.

Descriptif de la randonnée

Au point de départ, face à nous, le Wildstrubel (Mittelgipfel) et son glacier ; à droite, le Rote Totz.

Un peu en dessous de l’arrivée du téléphérique, un totem bien fourni et l’indication pour notre destination du jour.

Nous suivons d’abord une route carrossable

pour arriver à une intersection ; nous avons choisi le chemin sud car il longe la petite rivière Lämmerendalu et le sentier est sans relief.

Vous pouvez ensuite soit prendre le tunnel (bien baisser la tête, la hauteur est parfois réduite) ou prendre à gauche le sentier qui passe en-dessus.

Peu après, la rivière nous offre cette jolie cascade.

Au loin, nous apercevons la cabane sur un petit massif rocheux.

Un long tronçon plat de 2.5 km se présente à nous.

Nous n’avons pas traversé la rivière au premier pont malgré l’indication jaune (contradiction avec le tracé sur map.geo)

mais avons continué tout droit

et avons emprunté le second pont.

Arrivés vers le panneau jaune, la montée commence

sur un sentier de montagne caillouteux.

Le petit lac du Lämmeren avec en arrière-plan le Rinderhorn et à sa gauche, son petit frère.

Après quelques lacets, nous attaquons la partie plus délicate, avec un chemin taillé dans le rocher

qui longe le massif ; il est équipé de cordes et de chaînes fort utiles.

Le sentier est étroit et il faut faire preuve d’attention

Quelques derniers lacets serrés et pentus et nous arrivons vers la cabane. A notre gauche, le glacier du Lämmeren (comme la rivière, le lac et la cabane).

Vous avez également la possibilité d’aller jusqu’au pied des deux glaciers.

De nombreux cairns ont été édifiés à proximité de la cabane.

Petite pause sur l’accueillante terrasse de la cabane où vous trouverez des mets simples mais bons (röstis, tartes notamment).

Nous faisons le retour par le même chemin. Le tronçon équipé est plus délicat à la descente qu’à la montée. Arrivés en bas, vous pouvez choisir le chemin nord qui va direction du lac de Lämmeren et traverser la rivière plus tard (que nous vous conseillons)

ou revenir par le même chemin.

Autres informations

• Accessibilité : Le passage équipé nécessite de l’attention, surtout à la descente et n’est pas adapté aux enfants
• Itinéraire : Itinéraire : A9/E62 jusqu’à Sierre, puis route cantonale jusqu’à Susten, puis prendre la direction Leukerbad ; le téléphérique se trouve en dessus du village, direction le sommet de la Gemmi
• Coordonnées point de départ : WGS 84 (lat/lon) : 46.38368, 7.62521
• Parking : payant, au départ du téléphérique de la Gemmi
• Balisage du chemin : facile à suivre car bien marqué
• Restauration : un pique-nique au bord du Daubensee, relaxation assurée ;
restaurant du Wildstrubel, à l’arrivée du téléphérique avec une magnifique terrasse et deux tableaux de panorama
• Panorama :
De gauche à droite, le Schilthorn et le Balfrin, puis la petite pointe au second plan, le Nadelhorn, le Hohberghorn, le gros massif du Dom et le Täschhorn

La pointe Dufour toute blanche, le Brunegghorn, le Bishorn et le Weishorn

Derrière le glacier, le Schalihorn, la pointe du Zinalrothorn et l’Ober Gabelhorn

Et bien d’autres que nous vous laissons découvrir.
• Flore :
Gentiane ?

Aconit Napel

Gentiane d’Allemagne

Campanules à feuilles rondes

• Divers : le seul bémol, l’aller-retour en téléphérique coûte CHF 36. -par personne pour ceux qui n’ont pas le Magic Pass. Faites les photos du panorama 4000 le matin car en fin de journée, souvent des nuages bourgeonnent. WC disponibles aux remontées mécaniques

Cartes

St-Luc – Hôtel Weishorn – St-Luc

Situation

Données techniques

Altitude de départ : 2’184 m
Altitude maximale : 2’344 m
Dénivelé positif/négatif : 325 m / 832 m
Durée totale : 2 h 45
Distance totale : 9.5 km
Difficulté : facile-moyen 

Commentaire général

Bien sûr, l’endroit est très connu donc très fréquenté. Mais, il faut bien faire quelques concessions pour bénéficier d’un tel panorama ! De plus, en version aller-retour, elle peut être faite par un très large cercle de randonneurs y compris les enfants. Et le village de St-Luc, moins médiatisé que Grimentz mérite une petite flânerie. Vous l’aurez compris, nous avons été séduits.

Descriptif de la randonnée

D’un des parkings du funiculaire, vous devrez marcher entre 350 et 500 m pour rejoindre la station de départ. Puis en 5 minutes de transport, vous rejoindre la station d’arrivée de Tignoussa qui est notre point de départ.

Prenons le temps d’admirer face à nous, le Bishorn, le Weisshorn et le Zinalrothorn.

Puis le Cervin, l’Obergabelhorn, la Dent Blanche et le Grand Cornier

Magique ! Au loin, l’hôtel Weisshorn

Nous débutons sur une route carrossable qui alterne passages boisés, traversée de ruisseaux qui descendent en cascade et tronçons plus ouverts.

A partir du Chiesso,

ce sera un bon sentier de montagne qui commence à monter direction l’hôtel ;

le panorama direction la plaine est plus ouvert et nous voyons les glaciers de Tsanfleuron (les Diablerets) et de la Plaine Morte.

Nous nous sommes rapprochés des 3 sommets.

Arrivés à l’hôtel Weisshorn, voici l’indicateur pour la descente.

Mais, d’abord une visite au joli jardin alpin

et une pause sur la terrasse avec vue sur Grimentz au fond de la vallée, dominée par le Diablon, Sasseneire, les Becs de Bosson et tout à droite le Roc de la Tsa.

Le sentier descend en zig-zag à travers de grandes étendues de rhododendrons

puis nous entrons dans une belle forêt de mélèzes et pins pour une longue descente.

Il y a quelques passages un peu plus pentus mais sans difficulté particulière. Il faut se montrer attentif à la signalisation, notamment quitter une route carrossable pour un chemin à gauche (marque au sol).

Ensuite, poursuivre à droite sur un sentier forestier, il manque l’indication St-Luc.

Après avoir traversé le torrent des Moulins (place de pique-nique à droite),

nous avons choisi de suivre l’indicateur jaune sur un chemin montant à droite (sentier des cascades) plutôt que la route asphaltée nous amenant directement au parking.

Au croisement de la route de la Mounta avec celle du funiculaire, prendre à gauche pour rejoindre le parking. Nous avons choisi de continuer tout droit pour visiter le village.

Autres informations

• Accessibilité : possible pour les enfants, mais le dénivelé de la descente est important ; une variante, faire l’aller-retour de l’arrivée du funiculaire à l’hôtel Weishorn
• Itinéraire : A9/E62, sortie no 29 Val d’Anniviers; suivre jusqu’à Vissoie, puis à gauche direction St-Luc; à l’entrée de cette localité, prendre à droite, parkings du funiculaire
• Coordonnées point de départ : WGS 84 (lat/lon) : 46.22931, 7.60968
• Parking : Coorronnées : WGS 84 (lat/lon) : 46.21878, 7.60646 ; en été, parking gratuit
• Balisage du chemin : bien indiqué à une exception (voir descriptif). Suivre hôtel Weisshorn, puis St-Luc ; à proximité du funiculaire, revenir direction le parking
• Restauration : une place de grillades avant le Prilet

et une place de pique-nique juste avant ce restaurant ; le plus bel emplacement, la terrasse de l’hôtel Weishorn
• Panorama : de toute beauté ; points de vue à l’hôtel Weishorn et au départ du funiculaire
• Divers : Pour prendre en compte le chemin du parking au funiculaire (350 m), nous avons indiqué l’arrivée au funiculaire ; profitez de visiter le village, vous découvrirez de très jolis endroits

Une place de jeux très originale est en construction à l’arrivée du funiculaire

Cartes

La Laitemaire en boucle

Situation

Données techniques

Altitude de départ : 1’220 m
Altitude maximale : 1’678 m
Dénivelé positif/négatif : 470
Durée totale : 2 h 10 (montée 1h 20, descente 50 minutes)
Distance totale : 7 km
Difficulté : moyen

Commentaire général

Ce petit sommet boisé qui domine Château-d’Oex avait attiré notre attention il y a quelque temps. Nous pensions y avoir un joli point de vue. Et bien nous n’avons pas été déçus. Comme nous n’avons rencontré aucun randonneur, c’était un vrai havre de paix.

Descriptif de la randonnée

Nous débutons notre randonnée au point 1’226 indiqué sur la carte ;

le sens de la randonnée a été déterminé par le plus long parcours pour la montée pour atténuer un peu la pente ; revers de la médaille, à la descente …  Départ sur la route asphaltée

jusqu’au chalet des Ciernes Charbon ; l’indicateur nous invite à prendre à droite

un chemin carrossable qui traverse ensuite un bois

et devient un simple sentier qui rejoint un grand pâturage.

Nous rejoignons la route du départ que nous suivons brièvement pour prendre à droite une route d’alpage.

La vue est déjà magnifique, par exemple de gauche à droite, la Dent de Combette et les Rochers des Rayes.

Un peu plus haut, nous découvrons la Hochmatt et le Cheval Blanc en arrière-plan à gauche des sommets de la photo précédente.

La pente se redresse et la route monte en lacets jusqu’au chalet de Soupla Dessus. Désormais, nous empruntons un sentier de montagne peu visible et qui suit la clôture sur la gauche.

Sur un petit plateau, nouvelle pause pour admirer les sommets. Le Vanil de l’Ecri, le Vanil Noir, la Tour de Dorena et la Dent des Bimis

Le Vanil Carré, le Gros Perré, sur Pra et la Pointe de Paray.

Désormais, nous nous concentrons sur le sentier car il est étroit et traverse de fortes pentes (prudence avec les enfants)

Une nouvelle traversée d’un bois et nous sortons sur un grand pâturage avec l’indicateur suivant;

en quelques minutes, nous rejoignons le sommet.

La vue est réduite par les sapins, mais le coup d’œil est magnifique ; de l’Eiger au Rubli en passant par Wispiele, puis les Préalpes vaudoises, les Dents du Midi, les sommets de Leysin et les Préalpes valdo-fribourgeoises.

Même chemin pour la descente et nous suivons la direction Les Granges/Château-d’Oex.

Depuis ce point, un petit sentier terreux et assez pentu nous amène à un chalet et à une bifurcation ; continuer direction le Mont d’Haut/Château-d’Oex

sur un chemin forestier mixant terre et cailloux

avec deux tronçons à forte déclivité et glissants.

Au chalet de Grand Combe, une trace part à flanc de côteau

pour rejoindre une route d’alpage

avec ce beau panorama:

Le Rubli, le Rocher à Pointes, le Rochet Plat, la pointe de la Videmanette, la Gummfluh notamment

Depuis le chalet des Chiets, une route asphaltée nous amène de façon assez directe à notre point de départ.

Autres informations

• Accessibilité : possible pour des enfants ayant l’habitude des chemins de montagne et de tronçons de montée et descente raides
• Itinéraire : traverser la localité de Château-d’Oex en direction de Rougemont (ne pas prendre la route d’évitement) et 400 m après la gare, prendre à gauche la Route du Mont

Il faut suivre uniquement cette route (donc à droite)

puis le panneau indicateur Le Mont d’en Haut ;

à une fourche, prendre à droite (toujours la route du Mont, la route partant tout droit a un autre nom.


• Coordonnées point de départ : WGS 84 (lat/lon) : 46.48432, 7.14723
• Parking : pas de places de parc officielles ; une possibilité dans le virage après le chalet des Ciernes Charbon, dans le virage ;

ou s’adresser au propriétaire de ce chalet car il y a des places privées
• Balisage du chemin : bien indiqué, suivre d’abord La Laitemaire ; en redescendant du sommet, suivre brièvement Les Granges/Château-d’Oex puis le Mont d’Haut/Château-d’Oex
• Restauration : rochers et creux du feu sommaire au sommet
• Panorama : voir descriptif
• Flore
Callune

Bugrane rampante

Cartes

Le bisse d’Ayent

Situation

Données techniques

Altitude de départ : 1’779 m
Altitude maximale : 1’319 m
Dénivelé négatif : 460 m
Durée totale : 3 h
Distance totale : 11.6 km
Difficulté : facile-moyen ; voir remarques sous accessibilité

Commentaire général

Quel magnifique panorama au départ de cette randonnée avec les sommets enserrant le lac de Tseuzier.

Le bisse d’Ayent a été construit en 1442 et traverse les communes d’Ayent et de Grimisuat. C’est une très belle ballade entre le barrage et les Mayens d’Arbaz ; elle peut aussi se faire par temps chaud car elle est bien ombragée. Et surtout, le parcours historique a été reconstitué au lieu-dit Torrent-Croix avec le bisse en bois accroché à la paroi rocheuse. C’est très spectaculaire.

Descriptif de la randonnée

Nous avons garé la voiture vers l’étang de la Tourbière et avons pris le bus pour aller au lac de Tseuzier qui est notre point de départ.

Sur la route du barrage, l’indicateur jaune nous invite à descendre à gauche

pour suivre une route carrossable sur 900 m

qui devient alors un sentier de montagne

avec l’un ou l’autre passage plus délicat sur des petites parties du chemin qui ont été détériorées.

Nous longeons ensuite la paroi rocheuse, une corde fait office de main courante.

Parfois, un petit muret borde le sentier.

600 m après l’arrêt du bus de Samarin, nous arrivons à la prise d’eau où le bisse est mis en eau.

Nous arrivons à l’endroit le plus spectaculaire avec la reconstitution du bisse accroché le long de la paroi rocheuse.

De nombreux éboulements causèrent de gros dégâts à cette partie du bisse dans les années 1800. Le bisse fut même interrompu durant 7 ans. Dès lors, en 1831, il fut décidé de créer une galerie longue de 95 m

qui est aujourd’hui éclairée.

Au milieu de la galerie, une petite niche percée dans la paroi permet de voit de plus près la partie reconstituée.

Il faut continuer de suivre l’indication Bisse d’Ayent. Â la Forniri, il y a possibilité de rejoindre Anzère.

Comme indiqué, rester sur la gauche du bisse, le sentier de droite est un parcours sportif.

Nous quittons à regret notre bisse pour suivre une route asphaltée sur 300 m et rejoindre la place de parc vers l’Etang de la Tourbière à proximité de l’arrêt de bus du Café du Lac ;

juste en-dessus, l’Etang long.

Autres informations

• Accessibilité : Il y a quelques passages étroits le long des rochers. Pour les éviter, il est possible de commencer la randonnée à Samarin (arrêt du bus)

ce que nous recommandons vivement pour les personnes souffrant de vertige ainsi que pour les enfants ; à partir de ce point, c’est une randonnée facile
• Itinéraire : Autoroute A9/E62, sortie No 27 Sion Est ; suivre d’abord Ayent, puis Arbaz ; traverser la localité et continuer direction Anzère jusqu’à l’arrêt de bus postal « Café du Lac »
• Coordonnées point de départ de la randonnée : WGS 84 (lat/lon) : 46.34650, 7.43547 ; coordonnées départ du bus, arrêt café du lac : WGS 84 (lat/lon) : 46.28076, 7.38222

• Parking : gratuit vers l’étang de la Tourbière, soit celui du bas
• Balisage du chemin : suivre l’indication  » bisse d’Ayent  » ; toujours rester sur le côté gauche du bisse 
• Restauration : plusieurs bancs et tables de pic nic sont à disposition sur le parcours, ainsi qu’autour de l’étang de la Tourbière; restaurants au départ et à l’arrivée
• Divers : le bisse est en eau seulement depuis la prise d’eau située à Samarin et ce durant la période du 1er juin au 30 septembre ; il figure sur le billet de CHF 100.-. Sur le site d’Anzère Tourisme, vous trouverez l’horaire du bus qui n’est actif qu’en période estivale. Des WC sont à disposition 50 m en dessus de l’arrêt du bus du départ

Cartes

La cascade Sprutz à Mürren

Situation

Données techniques

Altitude de départ : 1’639 m
Altitude maximale : 1’815 m
Dénivelé positif/négatif : 375 m
Durée totale : 2 h 15
Distance totale : 6.7 km
Difficulté : facile-moyen ; la descente depuis le restaurant Spilbodenalp requiert de l’attention ; chemin étroit traversant de fortes pentes et racines apparentes ; vers la cascade, le chemin est humide, mais bien aménagé (câble et marches)

Commentaire général

Nos dernières randonnées dans la région datant un peu, nous avons décidé d’y revenir car les possibilités sont multiples et les paysages magnifiques. Et pour cette première, nous n’avons pas été déçus. Un panorama magique, une chouette cascade et un joli village avec des jardins potagers bien entretenus, rien n’y manquait. Et nous avons profité de voir la région comme indiqué sous le point Divers.

Descriptif de la randonnée

De Lauterbrunnen, nous avons pris le téléphérique pour Grütschalp, puis l’antique train pour Mürren. Lors de ce dernier tronçon, il faut vraiment avoir des places côté vallée pour admirer la vue.

A la sortie de la gare, un panneau jaune avec de nombreuses directions. Il faut suivre Schilthornbahn, nous avons choisi le chemin du bas

L’Eiger et le Mönch sont vraiment impressionnants.

Un peu à côté le Breithorn et le Tschingelhorn au centre de la photo

Après la station de départ du téléphérique pour le Schilthorn, nous suivons les indications jaunes sur une route goudronnée

et trouvons pour la première fois l’indication de Spilboden.

Au bout de 1.5 km, deux chemins sont possibles pour aller à la cascade. Aux enfants et aux personnes moins sûres d’elles, nous vous recommandons le sentier qui part à gauche.

Nous avons poursuivi sur la route asphaltée, en prenant la direction de droite. Après le passage sous un téléski, c’est une route en gravillons qui nous attend. A votre droite, le Schilthorn.

Prendre à gauche un petit sentier et nous traversons le Schiltbach

A proximité de l’auberge, nous voyons pour la première fois l’indication de la cascade Sprutz

En arrière-plan du restaurant, à gauche le Schilthorn et à droite le Birg qui abrite la station intermédiaire du téléphérique.

Nous suivons le sentier indiqué, en face de nous le Silberhorn et en arrière-plan, la Jungfrau.

L’indication « Prudence » figure sur les panneaux.

Racines, tronçons humides, sentier assez raide traversant de fortes pentes, il faut effectivement être attentif.

Mais c’est une petite merveille qui nous attend.

Et le panorama avec le filtre de l’eau

Marches en bois, câble et barrières sont bien utiles pour faciliter le premier tronçon de la remontée

Nous sommes à nouveau sur sentier forestier, mais avec moins de racines et moins en zigzag que le versant opposé. Il faut désormais suivre l’indication Mürren.

Après la forêt, nous traversons un pâturage. Deux tableaux expliquent les ascensions du Gspaltenhorn

et du Wetterhorn.

Une dernière traversée sur un bon sentier forestier

et nous retrouvons la route asphaltée de l’aller avec le village en toile de fond.

L’Eiger et ses impressionnantes faces

Pour le retour à la gare, nous avons choisi le chemin du haut.

Autres informations

Accessibilité : pour les enfants et des personnes moins entraînées, nous recommandons de prendre le chemin du bas et de faire un aller-retour ; prendre à gauche direction générale Griesalp notamment

• Itinéraire : A8 sortie no 25 Lauterbrunnen/Grindelwald ; suivre Lauterbrunnen jusqu’au parking
• Coordonnées point de départ : WGS 84 (lat/lon) ; 46.56387, 7.89699
• Parking : payant de la gare de Lauterbrunnen 
• Balisage du chemin : chemin bien indiqué ; comme la cascade n’est pas indiquée en destination sur les panneaux de randonnée, bien suivre le descriptif
• Restauration : plusieurs bancs à disposition pour le pique-nique avec un décor de rêve (les Alpes en face de nous) ; restaurant d’alpage Spilbodenalp
• Panorama : magnifique point de vue à Grütschalp sur les 3 grands (Eiger, Mönch et Jungfrau) ou durant le parcours en train

• Divers : nous présentons volontairement une randonnée plus courte que d’habitude afin que vous puissiez combiner avec la visite des nombreuses cascades de la vallée, entre Lauterbrunnen et Stechelberg (gratuit)

ou le très beau site de la cascade de Trümmelbach (payant). Vous pouvez également redescendre à pieds à Grütschalp, station d’arrivée de la téléphérique, distance de 4.4 km, dénivelé positif/négatif de 90 m/240 m), durée de 1 h 10.

Promenez-vous un peu dans le village, vous y découvrirez de jolies choses.


Cartes

Le tour de la Braye

Situation

Données techniques

Altitude de départ : 1’216 m
Altitude maximale : 1’629 m
Dénivelé positif/négatif : 432 m
Durée totale : 2 h 10
Distance totale : 7 km
Difficulté : facile-moyen

Commentaire général

Paradis des skieurs jusqu’en 2019, la version estivale du domaine skiable permet d’avoir une autre approche de la région avec jolis points de vue. Cette randonnée familiale devrait réjouir chacun ; pour les enfants, l’intéressant sentier didactique des fourmis et une dizaine de fourmilières, pour les plus grands, une superbe vue sur les Préalpes Valdo-fribourgeoises dans un cadre très vert typique de la région avec une jolie flore.

Descriptif de la randonnée

Nous suivons la direction La Montagnette par le lieu-dit Sur le Grin

 et prenons le sentier qui longe la forêt et traverser le pâturage pour arriver au chalet la Braye d’en Haut.

Après le chalet, nous empruntons la route asphaltée sur 1.5 km en direction du chalet Sur le Grin.

Au loin, nous distinguons l’arrivée du télésiège et le restaurant de la Braye, au lieu-dit la Montagnette.

Devant nous, l’imposant Rocher du Midi.

Une montée un peu pentue et nous arrivons au chalet Sur le Grin avec sa façade en tavillons décorée de sonnailles.

Un peu plus, haut, joli dégagement direction les Mosses et le Mont d’Or ; une route carrossable nous amène à l’ancien restaurant.

Prenons le temps d’admirer la magnifique vue sur les Préalpes, de la Pointe de Cray jusqu’aux Gastlosen

La descente commence sur un chemin caillouteux que nous abandonnons pour prendre à droite direction le téléski afin d’emprunter le chemin des fourmis (Rodosex).

Si vous désirez faire plus court, vous pouvez continuer le chemin caillouteux pour rejoindre le point de départ. Sinon descendre de façon directe dans le pâturage sous le téléski

avant de traverser la clôture et prendre un sentier forestier. Vous verrez plusieurs fourmilières.

Un passage un peu raide et en dévers avec cailloux et racines apparentes nécessite un peu d’attention.

A la sortie du pâturage, ne pas prendre direction la route, mais suivre le panneau jaune et le sentier à travers la forêt.

Nous traversons la route

pour arriver sur un tronçon un peu humide et boueux avant de poursuivre dans un pâturage

et rejoindre la route que nous suivons sur 700 m environ que nous quittons sans regret pour un sentier à travers un pâturage et nous arrivons à la ferme de la Crause;

200 m plus loin, nous rejoignons notre point de départ.

Autres informations

• Accessibilité : possible pour des enfants ;
• Itinéraire : Autoroute A9/E27 sortie 17 Aigle/Les Mosses. Suivre Les Mosses, Château-d’Oex ; pour ceux venant de Bulle, A12/E27 Sortie no 4 Bulle, suivre Château-d’Oex ; suivre direction Rougemont. Au lieu-dit les Granges, suivre l’indication Gérignoz (prendre à droite). A un carrefour, prendre la route qui monte à droite direction la Braye (ouest)
• Coordonnées point de départ : WGS 84 (lat/lon) : 46.46133, 7.14239
• Parking : gratuit ; limité à quelques places à gauche ou à droite du départ du télésiège


• Balisage du chemin : bien balisé ; pour la montée, suivre la Montagnette par le Grin et pour la descente, Pra-Perron par Rodosex
• Restauration : pas de possibilité sur l’itinéraire
• Panorama : voir descriptif
• Divers : depuis la Montagnette, nous suivons le sentier didactique des fourmis avec différents panneaux explicatifs

WC disponibles à la gare de Château-d’Oex
• Flore : par exemple

gentiane jaune

bleuet

Cartes

Le tour de la Tête de la Minaude

Situation

Données techniques

Altitude de départ : 1’103 m
Altitude maximale : 1’714 m
Dénivelé positif et négatif : 613 m
Durée totale : 2 h 35, 1 h 35 montée, 1 h  descente
Distance totale : 6.7 km
Difficulté : moyen

Commentaire général

Nature intacte et sauvage, un paysage à couper le souffle avec de magnifiques sommets, autant d’ingrédients qui en font une très belle randonnée ; nous l’avons faite mi-mai et une partie du chemin était encore enneigée vu que nous sommes sur un versant nord et à l’ombre des sommets. De plus, la flore était encore à ses balbutiements ; donc pas besoin d’être pressés d’y aller.

Descriptif de la randonnée

A notre point de départ, le traditionnel indicateur de randonnées ; nous allons suivre la direction La Pierreuse dans un premier temps.

Sur une route carrossable mais interdite à la circulation, nous entrons directement dans le vif du sujet avec une forte montée.

En face de nous, la Gummfluh, la Brecaca et le Biolet (de gauche à droite);

nous longeons le ruisseau de la Gérine qui dévale la pente.

Après 1.3 km, nous arrivons à une jonction. Nous avons choisi de monter par la droite en suivant la direction générale Col de Base alors que la majorité des randonneurs prenait à gauche.

Les avantages : moins de monde, une bonne partie de la montée sur la route carrossable, des secteurs moins pentus car le chemin fait une boucle et davantage d’ombre ce qui est agréable à la montée ; et le désavantage, une descente avec des tronçons plus raides. A vous de voir …
Le ruisseau nous apporte un peu de fraîcheur ; au fond, le col de Base.

à notre gauche, une belle cascade.

A la prochaine intersection, prendre à gauche direction La Pierreuse/Tour Tête de la Minaude

sur notre droite, le Rocher du Midi

Au chalet de la Plane, une petite pause pour admirer la Gummfluh (à gauche)

Fini la route carrossable, la dernière montée se fera sur un chemin de montagne

qui est heureusement très bien marqué rouge-blanc. Une partie du sentier est encore recouverte de neige et la montée se fait sur de grand névé.

Dans un environnement hostile, un sapin s’est fait une place au pied de la paroi rocheuse.

Magnifique mélange de couleurs, le bleu, le vert, le gris et le blanc.

Le chemin zig-zague entre les rochers, nous voici au plus haut point, endroit idéal pour un pique-nique dans un cadre grandiose.

Les bâtons de randonnées sont bien utiles pour la descente sur le sentier caillouteux.

En face de nous, la chaîne des Vanils avec la Pointe de Paray.

Après le chalet, nous retrouvons un sentier forestier et traversons un pâturage pour arriver au chalet Les Laissalets ; une plaque indique que le fameux fromage L’Etivaz y est fabriqué. 200 m plus loin, nous arrivons à l’intersection et terminons ainsi la boucle de la Tête de la Minaude. Nous reprenons le chemin emprunté le matin pour rejoindre notre point de départ.

Autres informations

• Accessibilité : possible pour des enfants plus âgés ayant l’habitude d’un tel dénivelé et de marcher sur des sentiers de montagne
• Itinéraire : Autoroute A9/E27 sortie 17 Aigle/Les Mosses. Suivre Les Mosses, Château-d’Oex ; pour ceux venant de Bulle, A12/E27 Sortie no 4 Bulle, suivre Château-d’Oex ; suivre direction Rougemont. Au lieu-dit les Granges, suivre l’indication Gérignoz (prendre à droite). A un carrefour, prendre la route qui monte le long du ruisseau la Gérine (indicateur pédestre jaune Col de Base) et non celle qui va direction Rougemont (est) ou direction la Braye (ouest)
• Coordonnées point de départ : WGS 84 (lat/lon) : 46.46116, 7.16942
• Parking : gratuit, mais limité à une dizaine de place

• Balisage du chemin : suivre d’abord la Pierreuse, puis Tour Tête de la Minaude, respectivement les marques rouges/blanches
• Restauration : une seule table de pique-nique à la Pierreuse, mais il y a suffisamment de rochers pour chacun
• Panorama : voir descriptif
• Flore :
• Gentianes printanières en dessus du chalet de la Plâne

Géraniums des bois


Cartes

Circuit de la Sarine à Hauterive

Situation

Données techniques

Altitude de départ : 573 m
Altitude maximale : 668 m
Dénivelé positif : 290 m
Durée totale : 2h 45 h
Distance totale : 11 km
Difficulté : facile-moyen

Commentaire général

Après avoir découvert les 3 rivières proches de Fribourg, les gorges du Gottéron, voici la dernière partie de la trilogie des randonnées consacrées aux rivières et cours d’eau proches de la ville de Fribourg. Une sympathique randonnée qui permet de découvrir de jolis aspects de la Sarine et qui peut être pratiquée du printemps à l’automne.

Descriptif de la randonnée

Depuis la place de parc de la STEP, nous revenons sur nos pas, traversons la route communale et avant le pont, prenons à droite en direction de la Sarine.

Nous empruntons un joli sentier forestier et, en saison, vous trouverez de l’ail des ours.

Observez la clôture, certains piquets ont des visages sculptés.

Au bout du chemin, nous prenons à gauche en suivant l’indication « La Tuffière/Posieux » et traversons la Sarine.

et traversons la Sarine.

Les berges offrent de belles places de pique-nique, voir sous autres information. Belles falaises typiques de molasse.

Un peu après, regardons cette magnifique ferme avec des armoiries peintes sur la façade et l’année de construction de la bâtisse, soit 1758.

Le chemin monte en pente régulière avec un joli passage en chemin creux.

Vers la ferme de Pra-de-Villard (qui commercialise ses propres produits), suivre  une petite route goudronnée avant de bifurquer à droite sur une route forestière; puis un sentier nous amènera vers la route cantonale et le pont de la Tuffière qui comporte un trottoir.

Du pont, joli point de vue sur la Sarine.

Soyez prudents, particulièrement avec les enfants, car après le pont, il n’y a qu’une bande pédestre le long de la route sur une centaine de mètres;

Vers les maisons, prendre la descente à droite qui va nous amener à un joli sentier forestier qui longe la rivière.

Arrivés à proximité de Posieux, le chemin remonte ; nous avons dépassé la moitié de la randonnée, un banc s’offre à nous pour une pause. Un panneau jaune nous indique le temps jusqu’à l’abbaye.

Par un joli sentier longeant la rivière nous parvenons au passage le plus spectaculaire, d’abord entre les rochers

puis carrément au pied des falaises et le long de l’eau.

Et voici un joli tronçon avec de beaux galets qui mettent à mal nos chevilles.

Le sentier forestier qui lui succède alterne montées et descentes.

Et nous arrivons à l’abbaye par son porche d’entrée

pour découvrir un monde de silence et les magnifiques couvents et églises.

Rejoignant  alors le premier pont emprunté, nous revenons sur nos pas par le sentier forestier qui longe la rivière et l’abbaye pour retrouver notre point de départ.

Autres informations

• Accessibilité : possible pour des enfants, mais prendre en compte la distance
• Itinéraire : autoroute A12/E27, sortie No 6 Matran, suivre Posieux/ Grangeneuve, puis abbaye d’Hauterive
• Coordonnées point de départ : WGS 84 (lat/lon) : 46.76923, 7.11825
• Parking : gratuit ; depuis l’abbaye d’Hauterive, continuer de descendre ; avant le pont, prendre à gauche direction STEP ; un autre parking est à disposition de l’autre côté de la Sarine à 200 m

• Balisage du chemin : uniquement sentier pédestre, panneaux jaunes ; suivre d’abord « la Tuffière/Posieux puis « Abbaye d’Hauterive
• Restauration : plusieurs possibilités de pique-nique le long de la rivière ; tenir compte des avertissements concernant une possible brusque montée des eaux ; quelques bancs ; pas de place de grillade.
• Divers : à l’abbaye, vous trouverez un petit magasin de produits faits par les moines ou d’autres monastères

Cartes

Les gorges du Gotteron

Situation

Données techniques

Altitude de départ : 537 m
Altitude maximale : 685 m
Dénivelé positif/négatif : 230 m
Durée totale : 2 h 30
Distance totale : 9.6 km
Difficulté : facile – moyen

Commentaire général

Découvrir le centre historique de Fribourg, avoir de magnifiques points de vue sur la vieille ville de Fribourg (« la Basse ») et flâner le long du bucolique ruisseau du Gottéron sont les ingrédients de cette très jolie randonnée. Pour les fans de sports, le club de hockey qui porte le même nom a été fondé par des jeunes de « la Basse » et la patinoire se trouvait sur la place des Augustins transformée aujourd’hui en parking.

Descriptif de la randonnée

Notre randonnée commence au Nord du Pont couvert de Berne et nous trouvons les indications suivantes.

Nous suivrons le sentier no 269 pour rejoindre Ameismüli. Nous suivons le ruisseau du Gottéron et traversons l’ancien mur d’enceinte de la ville sur une route asphaltée.

Le cours d’eau est bordé d’imposantes falaises en molasse.

Vous découvrirez également de belles demeures bien conservées.

Soyez rassurés, vous ne rencontrerez pas le redouté dragon du Gottéron qui hantait les lieux, sauf sous forme sculptée.

Notre itinéraire continue sur un sentier forestier

avant de traverser le ruisseau à quelques reprises sur des passerelles.

La vallée est assez humide et de petits cours d’eau descendent à même la falaise.

Le cours d’eau change régulièrement d’aspect du fait de la lumière, de chute ou de l’étroitesse de son lit.

Au bout d’une heure, à Ameismüli, nous quittons le Gottéron en suivant l’indication 269 et Bourguillon.

Le sentier en escaliers part à droite et monte dans la forêt

et continue en traversant de grands champs

 

sur des chemins plus ou moins marqués. Mais le balisage est clair.

C’est ensuite la traversée de la forêt du Tannholz sur un chemin forestier parfois boueux.

Après un tronçon sur une route gravillonneuse, nous arrivons dans un quartier de villas de Bourguillon. L’indicateur jaune nous fait quitter la route pour un sentier bien plus agréable

et arrivons au centre du village. Comme indiqué, vous pouvez également commencer votre randonnée à cet endroit.

Nous longeons brièvement la route cantonale et prenons à gauche direction « Lorette » ; nous quittons ainsi le sentier balisé no 269.

Après un grand quartier de villas, nous arrivons à la porte de Bourguillon, construite en pierres de taille et en moellons. C’est le verrou supérieur de la Maigrauge située au sommet de Lorette.

Pause obligatoire à la chapelle de Lorette et de son promontoire d’où vous avez un superbe point de vue sur le quartier du Petit-St-Jean enserré dans la boucle de la Sarine

et sur la Grand-Rue côté falaise et la cathédrale.

Descente sur le beau chemin pavé de Lorette

pour rejoindre la place de la Planche-Supérieure ; nous n’avons pas suivi l’indicateur jaune qui fait un raccourci pour arriver au pied de la place et sommes restés sur la route pavée.

Nous poursuivons par le chemin de la Planche-Supérieure pour arriver au Pont du Milieu tout en nous arrêtant pour lire les inscriptions sur la façade du bûcher

et nous arrivons au quartier du Petit-St-Jean puis au Pont couvert de Berne puis à notre point de départ.

Pas de dragon, mais une gigantesque toile d’araignée.

Autres informations

• Accessibilité : possible pour des enfants, tenir compte de la distance. Bien surveiller les enfants sur certains tronçons.

• Itinéraire : A12/E27 sortie no 8 Fribourg Nord, suivre centre, traverser le pont de la Poya; au bout du pont, prendre à droite, puis la première à droite, la route du Stadtberg avant un garage; descendre jusqu’au bord de la Sarine, rejoindre la route des Neigles puis la rue de Forgerons; parquer soit dans cette même rue ou traverser le pont couvert de Berne et il y a un grand parking à droite
• Coordonnées point de départ : WGS 84 (lat/lon) : 46.80460, 7.16945
• Parking : payant sauf le dimanche
• Balisage du chemin : suivre « Gorges du Gottéron » no 269

A Bourguillon suivre « Lorette » ;

de la Planche supérieure, rester sur la piste piétons de la route en direction du pont couvert (pont de Berne)
• Restauration : trois places de pique-nique,

de nombreux bancs et la Pinte des trois canards et sa terrasse

• Panorama : voir descriptif
• Divers : il est possible de commencer cette randonnée à Bourguillon, derrière la chapelle, parking gratuit ; place de jeux et WC à proximité

Cartes

Le tour des trois rivières

Situation

Données techniques

Altitude de départ : 614 m
Altitude maximale : 643 m
Dénivelé positif : 290 m
Durée totale : 2 h 45
Distance totale : 10.5 km
Difficulté : facile-moyen

Commentaire général

Si presque tout Fribourgeois sait que la Sarine traverse la ville de Fribourg, peu  savent que les rivières la Glâne et la Gérine rejoignent la Sarine à proximité de Fribourg. Quelle belle surprise que cette randonnée qui nous permet de découvrir des espaces sauvages à proximité de la ville et longer ces 3 rivières. Et tout cela avec un nombre restreint de secteurs asphaltés.

Descriptif de la randonnée

Laissant le parking derrière nous, il faut traverser la route cantonale ; prudence car les véhicules peuvent rouler à 80 km/h, mais la visibilité est bonne.

Un petit sentier

nous amène à un chemin forestier.

Direction Ste Apolline

et arrivée le long de la Glâne qui fait un bizarre virage en épingle ;

Nous la traversons sur un joli point en pierres

puis nous la longeons  tantôt sur la route, tantôt sur un sentier. La rivière prend ses aises

et nous la quittons un peu avant qu’elle ne rejoigne la Sarine. Par un chemin assez pentu nous rejoignons le pont de la Glâne.

Après avoir suivi le trottoir le long de la route cantonale,

l’itinéraire part à droite avant le pont sur la voie de chemin de fer sur  un joli sentier le long des voies CFF à travers un quartier résidentiel. Nous arrivons rapidement sur une autre portion de sentier bien sécurisé

qui surplombe la Sarine.

Nous arrivons ensuite vers l’ancienne chocolaterie Villars et à notre gauche se trouve l’intéressant jardin botanique.

Juste avant le pont de Pérolles, il faut prendre à droite le chemin en marches qui nous amène au bord de la Sarine

que nous traverserons grâce à une très bonne passerelle.

La Sarine est bien calme, troublée uniquement par une famille de canards.

Une nouvelle montée s’annonce et longeant les piliers du pont de Pérolles, nous apercevons différentes voies de grimpe. Arrivés à la route cantonale pour Marly que nous longeons sur 200 m, nous partons direction un quartier résidentiel avec un très joli parc et plusieurs installations de jeux qui réjouiront les enfants.

Nous rejoignons une route communale et après les bâtiments d’une entreprise de génie civil, il faut suivre un sentier à gauche à travers la forêt. Si vous désirez raccourcir la randonnée, vous pouvez continuer tout droit sur la route communale.

Très joli point de vue sur les Préalpes bernoises.

Un joli sentier forestier

va nous amener au bord de la 3ème rivière, la Gérine

sur le sentier des berges de la rivière.

Après avoir rejoint la route communale précitée, nous traversons la Gérine, puis la Sarine

et de la passerelle, nous voyons bien la petite Gérine rejoindre la grande Sarine

Une dernière montée à travers la forêt et nous retrouvons notre point de départ.

Autres informations

• Accessibilité : possible pour des enfants tout en tenant compte de la distance ; il est aussi possible de faire une partie du parcours en aller-retour.
• Itinéraire : autoroute A12/E27, sortie No 6 Matran, suivre Villars-sur-Glâne sans y entrer ; au 4ème rond-point depuis la sortie d’autoroute, prendre à droite direction le pont de la Glâne, le traverser ; le parc se situe à 200 m à gauche
• Coordonnées point de départ : WGS 84 (lat/lon) : 46.78294, 7.12366
• Parking : gratuit, sur la droite en allant direction Fribourg, 300 m avant le pont de la Glâne

• Balisage du chemin : très bien indiqué ; suivre l’indication sentiers de l’eau, tour des trois rivières

• Restauration : aucune possibilité directement sur le chemin ; place de grillade après le pont de Sainte-Apolline, le long de la Glâne, sur la droite ;

et sous le pont de Pérolles, également.
• Panorama : à différents endroits, joli point de vue sur les Préalpes fribourgeoises et bernoises ; voir descriptif
• Divers : au fond de Pérolles, le chemin longe le jardin botanique qui mérite une visite. A plusieurs emplacements, des bancs sont à disposition. 300 m après le départ, il y a une tour d’observation pour la faune

16 tableaux didactiques présentant par exemple la faune et la géologie sont à disposition tout le long du chemin.

Cartes

Margunet Parc National Suisse

Situation

Données techniques

Altitude de départ : 1’885 m
Altitude maximale : 2’328 m
Dénivelé positif et négatif : 460 m
Durée totale : 2 h 30 (montée 1 h 20, descente 1 h 10)
Distance totale : 6.8 km
Difficulté : moyen

Commentaire général

Cette randonnée est assez fréquentée car des gypaètes barbus y ont été relâchés. Elle offre également un magnifique point de vue au sommet. De plus, tant à la montée qu’à la descente, nous traversons une magnifique forêt de pins. Enfin, différents panneaux donnent des informations en 5 langues (dont le français) sur la faune et la flore. Seule déception, le jour de la randonnée, pas d’animaux …

Descriptif de la randonnée

 Au parking P 8, l’indicateur jaune donne les informations nécessaires.

Un bon chemin forestier bordé de pins nous amène au chalet de Stabelchod.

Nous arrivons dans un pâturage, pas signe de marmotte à notre grand regret et la pente augmente tout en étant régulière.

Nous traversons une forte pente où le terrain doit régulièrement glisser, mais le sentier demeure large.

Nous passons une première place de repos (d’où nous devrions voir les cerfs ou les chamois) et attaquons la dernière montée, il reste environ 200 m de dénivelé pour 900 m de distance. Le chemin fait des zigzags et après une petite dose d’efforts, nous sommes récompensés par le superbe paysage.

Le Piz dal Fuorn à gauche

De droite à gauche, le Piz Murtaröl, puis le Piz Umbrail.

On devine le chemin de la descente.

Un petit coup d’œil dans le rétroviseur pour voir le sommet de Margunet.

Le chemin est gravillonneux et les bâtons sont bien utiles.

Une planche, deux grosses pierres et voici un petit pont.

Nous retrouvons la belle forêt de pins

Avant d’arriver à un passage délicat, soit la traversée de la route. En effet, la route est rectiligne et les véhicules circulent vite.

Une dernière indication, il faut prendre à gauche et nous longeons la route pour revenir à notre point de départ.

Une dernière photo qui n’a rien à voir avec notre randonnée car prise en dessus de Pontresina mais qui est tellement belle que nous voulions la partager. De droite à gauche, la Bernina, le Pi Argient et le Piz Zupo et le Piz Palu.

Autres informations

• Accessibilité : Pas adaptée à des enfants ; passages pentus, premier tiers de la descente raide et gravillonneux
• Itinéraire : depuis Zernez prendre la direction de l’Ofenpass. Le P8, point de départ se situe un peu en-dessus du hameau d’Il Fuorn
• Coordonnées point de départ :
• Parking : gratuit ; il y a un arrêt de bus
• Balisage du chemin : sentier bien marqué
• Restauration : aucune possibilité ; pique-nique possible sur les aires de repos délimitées (nous sommes dans le parc national …)
• Panorama : Magnifique vue au sommet
• Faune : malheureusement, nous n’avons vu aucun animal si ce n’est un serpent traversant le chemin devant nos pieds. Un randonneur nous a dit avoir vu des chamois mais très éloignés
• Divers : magnifique forêt de pins ; la brochure fait mention d’une belle flore, mais ce n’était plus le cas en septembre. Il s’agit d’un sentier didactique avec de nombreux tableaux explicatifs.

Un petit bonjour aux deux randonneurs genevois rencontrés au sommet.

Cartes

 

Le Tour de la Palette des Diablerets

Situation

Données techniques

Altitude de départ : 1’681 m
Altitude maximale : 2’270 m
Dénivelé positif/négatif : 500 m
Durée totale : 2 h 45
Distance totale : 8.5 km
Difficulté : facile-moyen

Commentaire général

Superbe vue sur les Alpes vaudoises et bernoises depuis le sommet, flore diversifiée, très joli cadre avec les lacs de montagne, bref tous les ingrédients sont réunis pour une belle sortie. C’est un incontournable dans une région qui est riche en randonnées. 

Descriptif de la randonnée

Vers l’auberge, nous trouvons un premier panneau indicateur. Nous avons décidé de faire la randonnée dans le sens contraire que proposé, soit suivre la direction col de Voiré.

Un coup d’œil sur ce qui nous attend, la Palette avec le joli lac Retaud à ses pieds.

Nous débutons sur un sentier qui domine le joli lac avec un beau point de vue sur l’Oldehorn et le Sex rouge.

Nous quittons une route carrossable pour un chemin de montagne,

et traversons une forêt, seul point d’ombre lors de la montée. La pente se redresse puis nous abordons une montée régulière avant un replat après un pierrier. La déclivité s’accentue au 2ème kilomètre avant d’atteindre le Col de Voiré et le joli petit lac dans la combe.

Au col prendre à gauche, direction col des Andérets

sur un sentier pierreux

et nous arrivons au chalet Vieux. Il reste encore une jolie grimpée pour atteindre le sommet.

Une route carrossable avec une petite montée sur sa dernière partie nous amène au col des Andérets. Nous avons une vue sympa sur le lac d’Arnon pris dans son écrin vert de forêts dominé par l’Arnehore tout à gauche.

Au col, l’indicateur jaune nous donne la direction. Le chemin balisé débute 50 m. plus bas ou 50 m avant le col (flèche rouge) mais on le rejoint facilement.

Le chemin est terreux et raviné, mais il est possible de monter à côté.

Une approche tranquille avec encore une grosse plaque de neige à mi-juillet avant d’attaquer la dernière montée qui demande quelques efforts

récompensés par le panorama qui s’offre à nous; le Mont Brun et la Gstellihorn de droite à gauche

Au fond à droite, le Wildhorn et tout à gauche le Spitzhorn

En second plan, à droite, l’imposant Mont d’Or et le Gros Van

La Cape au Moine, la Pare et le Tarent de droite à gauche

La fameuse passerelle en face de nous

Nous redescendons au col par le même chemin puis empruntons une route carrossable avant de prendre un petit sentier qui nous permet de couper une longue courbe décrite par la route.

Nous arrivons vers la buvette de la Marnèche et voyons la Palette sous un autre angle.

Il nous reste 1.5 km en pente régulière pour rejoindre le lac Retaud.

Autres informations

  • Accessibilité : possible pour des enfants ayant l’habitude de ce type de sentiers et de dénivelé
  • Itinéraire : A9/E27/E62 sortie no 17 Aigle, suivre Les Diablerets puis le col du Pillon ; arrivé au col, prendre la direction du Lac Retaud
  • Coordonnées point de départ : WGS 84 (lat/lon) :46.35843, 7.19895
  • Parking : gratuit avant l’auberge
  • Balisage du chemin : Suivre Col de Voiré, puis Col des Anderets, la Palette, la Marnèche/Isemau et enfin lac Retaud
  • Restauration : nous avons profité des places de pique-nique et grillade au bord du lac Retaud ; sinon buvette de la Marnèche ou auberge du lac Retaud
  • Panorama : voir descriptif
  • Flore typique des Préalpes, bien diversifiée

Gentiane printanière

Gentiane acaule (il y en a des champs)

Rhododendrons

Bluet

Géranium des bois

Aspérule ?

Ciboulette sauvage

  • Divers : WC disponibles à la station de départ du télécabine Glacier 3000

Cartes

Unterems-Oberems, le sentier de l’ours

Situation

Données techniques

Altitude de départ : 1’000 m
Altitude maximale : 1’390 m
Dénivelé positif/négatif : 450 m
Durée totale : 2 h 45
Distance totale : 7.8 km
Difficulté : facile-moyen

Commentaire général

C’est dans la vallée forestière de Tourtemagne qu’a vécu le dernier ours du Valais d’où le sentier qui lui est dédié. Selon la légende, sa fin fut tragi-comique. En effet, les habitants lui auraient tendu un piège dans une grange en y attachant une chèvre. En y entrant, l’ours a fait tomber sur lui une poutre bien placée qui l’a assommé. Il a réussi à se rendre jusqu’à la rivière Turtmänna où il est décédé. L’essentiel de la randonnée est en forêt, donc agréable s’il fait chaud mais cela limite la vue.
A noter qu’à l’est, c’est la vallée de Zermatt et à l’ouest, c’est celle d’Anniviers.

Descriptif de la randonnée

Nous suivons la route goudronnée sur une centaine de mètre avant de trouver ce premier panneau indicateur en face du restaurant et de la poste.

Nous montons à gauche dans le village et suivrons désormais l’image de l’ours.

Le chemin traverse des prés avec une jolie déclivité

Et nous voyons des granges dont le bois a été brûlé par le soleil.

Un passage d’un escarpement se fait par une échelle et est bien sécurisé.

Puis la pente s’adoucit, mais il faut rester attentif aux racines et aux pierres. 

Un petit rafraîchissement est offert par une cascade coulant sur le toit d’un abri construit pour nous éviter la douche.

Pour les randonneurs qui voudraient abréger la randonnée, il est possible de couper après 3 km.

Nous arrivons près de la rivière Turtmänna qui est traversée par un pont en bois. Il est possible de partir sur le bisse d’Ergisch qui fait l’objet d’une autre randonnée sur le site.

La dernière partie de la montée est en moins bon état, avec notamment un passage où le chemin a été emporté; un petit passage est très étroit et traverse  une forte pente.

Un virage en épingle (indication de 35 minutes jusqu’à Oberems) et nous revenons plein Nord, d’abord sur un bon chemin forestier qui se rétrécit parfois, traverse des herbes hautes ou de jolis bois comme Toibu.

A la sortie des forêts, très joli point de vue sur le glacier du Petersgrat, à gauche, puis sur le Hohgleifen, le Stralhorn et le Bietschorn entre deux nuages qui domine le Lötschental.

Nous arrivons dans le très joli village d’Oberems avec une magnifique place de jeu et un espace Sagu et Mili dédié au travail des scieurs qui sera ouvert fin août 2019.

Le four du village avec ses bassins a été très bien rénové

Et vous verrez de beaux raccards, sans oublier la griffe de l’ours et son histoire déjà citée.

Sur les hauts du village, une autre place de jeux avec un espace pique-nique et notamment une tyrolienne.

Au milieu du village, avant l’église, nous descendons à droite sur une route

qui devient rapidement un sentier forestier en bon état.

Arrivés à la place de grillades, nous suivons les marches et le chemin forestier en direction d’Unterems et non le Bärenpfad (route goudronnée).

Et nous revenons sur le chemin à travers prés emprunté à l’aller.

Autres informations

• Accessibilité : le chemin traverse est parfois étroit et traverse de fortes pentes ; il est aussi caillouteux ou rocheux et sur certains tronçons humides ; donc pas recommandé pour des enfants sauf ceux qui ont l’habitude de tels chemins de montagne.
• Itinéraire : A9/E62 sortie Sierre est ; suivre Simplon/Brig ; traverser Leuk et à Turtmann, prendre direction au 2ème rond-point à droite direction Unterems
• Coordonnées point de départ : WGS 84 (lat/lon) : 46.29165, 7.69737
• Parking : à l’entrée du village, à gauche ; gratuit mais limité à huit heures

• Balisage du chemin : suivre Bärenpfad ; depuis Oberems, nous avons suivi la direction Unterems
• Restauration : à 15 minutes d’Unterems, magnifique place de pique-nique avec place de jeux, creux du feu, tables et bancs, fontaine et WC.

• Panorama : Très belle vue depuis la terrasse du restaurant Emshorn à Oberems avec au milieu le Tschingelhorn qui culmine à plus de 3’500 m

Et, perdue dans l’océan de forêts, la chapelle St-Anton et le sommet de l’Ergischhorn

• Flore : quelques jolis œillets à la sortie du bois

• Divers : Vu que la végétation est assez envahissante, des pantalons longs sont recommandés pour éviter tiques et orties.

Cartes

Le tour du Lac de Montsalvens

Situation

Données techniques

Altitude de départ : 807 m
Altitude maximale : 983 m
Dénivelé positif/négatif : 300 m
Durée totale : 2 h 20
Distance totale : 8.6 km
Difficulté : facile-moyen

Commentaire général

Le lac de Montsalvens a été créé en 1921 suite à la construction du barrage du même nom. Il s’agit du premier barrage voûté européen à double courbure, horizontale et verticale. Un sentier a été aménagé et permet d’en faire le tour. Il vous permettra de découvrir un peu de la belle et préservée vallée du Motélon.

Descriptif de la randonnée

Il est possible de commencer cette randonnée à différents endroits. Nous avons choisi comme point de départ l’usine électrique à Charmey. Comme il y a peu de places de parc, une autre possibilité est de partir de la STEP.

C’est dans un cadre bucolique, les Préalpes aux doux contours, un ruisseau que nous commençons notre randonnée par un premier tronçon sur une route goudronnée.

Le sentier est balisé comme suit

Après la STEP, nous arrivons sur un sentier forestier, bien aménagé.

La Jogne se fraye un passage avant de rejoindre le lac. 

Il faut bien suivre les indicateurs précités et après une petite descente nous arrivons à la passerelle qui permet de traverser un bras du lac.

Joli mélange de couleurs entre le bleu du lac, le vert des forêts et le blanc du Moléson enneigé.

Le sentier alterne montées et descentes et est en bon état.

Sur votre gauche, l’imposante Hochmatt et devant vous, à gauche la Vudalla et au centre le Moléson.

Depuis le barrage, au centre, les Dents Vertes et à droite le Vanil de la Monse.

En une heure vous arrivez au barrage dominé par la Dent de Broc.

La place de grillades est située vers le bâtiment en haut à droite.

Le chemin surplombe le lac; des passerelles en bois ont été aménagées.

Au bout du lac, nous remontons la vallée du Motélon avec son joli ruisseau. Il faut toujours rester sur la gauche, le long du ruisseau jusqu’au moment où vous rejoignez la route goudronnée, vers le pont (30 minutes depuis le barrage).

Il ne faut pas suivre les indicateurs (Tour du Lac) qui vous invitent à partir à gauche et traverser le ruisseau car vous allez suivre la route goudronnée. Au contraire, il faut prendre à droite sur la route goudronnée qui monte en pente régulière. Vous arrivez à un premier croisement, il faut continuer de remonter le ruisseau jusqu’au prochain pont et là, il faut prendre la route forestière qui monte à gauche (direction Tour du Lac, La Monse, Charmey).

La pente se redresse et après avoir traversé un bois, nous arrivons sur un plateau et nous distinguons une chapelle et le beau chalet de la Monse sur notre gauche.

A notre droite, le Vanil de la Monse

L’indicateur jaune nous fait prendre à gauche, direction le chalet. Ensuite nous traversons un pré et nous arrivons sur un chemin forestier avec des secteurs assez pentus. Il est en partie sécurisé, mais prudence avec les enfants. Nous arrivons ensuite sur la route goudronnée qu’il faut suivre sur 200 m environ et nous arrivons à la déchetterie de Charmey. Une fontaine nous permet de nous rafraîchir. Le sentier nous ramène à notre point de départ en suivant la conduite forcée.

Autres informations

• Accessibilité : possible pour des enfants équipés de bonnes chaussures
• Itinéraire : A12/E27 sortie no 4 Bulle et suivre Charmey ; traverser le village et, après le parking de la télécabine, prendre une route à droite indiquée STEP
• Coordonnées point de départ : WGS 84 (lat/lon) : 46.61408, 7.16284
• Parking : gratuit, notamment, STEP ou usine électrique
• Balisage du chemin : suivre les indicateurs Tour du Lac, pour le surplus bien suivre le descriptif
• Restauration : quelques tables de pique-nique et bancs sur le parcours ; une place grillades est à disposition en surplomb du barrage, côté Bulle. Vous trouverez des plats régionaux en période hiver-printemps, au Creux du feu, en été, buvette chez Boudji ; réservation conseillée, en tout cas le weekend.
• Panorama : voir descriptif

Cartes

La Berra et le Cousimbert

Situation

Données techniques

Altitude de départ : 1’362 m
Altitude maximale : 1’719 m
Dénivelé positif : 483 m
Durée totale : 2 h 35 (1 h 10 jusqu’au Cousimbert, puis 40’ jusqu’à la Berra et 45’ minutes pour la descente)
Distance totale : 9.1 km
Difficulté : facile-moyen

Descriptif de la randonnée

Nous empruntons tout d’abord un chemin carrossable qui monte en pente douce jusqu’au gîte d’Allières.

Nous apercevons le sommet de la Berra.

Avant d’y arriver au gîte d’Allières, il faut prendre le chemin qui monte à droite dans la pente ;

après le téléski, il y a un premier secteur pentu puis un replat avant un nouveau tronçon assez raide.

Puis la pente s’adoucit et nous arrivons vers la station d’arrivée du télésiège mixte et un panneau jaune nous donne la direction à suivre.

Une grande place de jeux et de pique-nique fera le bonheur des enfants.

Nous continuons tout droit, laissant la buvette et sa terrasse tentante sur notre droite et empruntons un bon chemin.
Il faut suivre le sentier sur la gauche (et non le chemin direction Cousimbert des particuliers) qui nous amène au sommet du Cousimbert.

Table et bancs nous attendent pour une petite pause et pour profiter du panorama.

Nous revenons sur nos pas jusqu’à la buvette de la Berra et prenons un sentier à travers le pâturage qui monte assez directement vers le sommet bien visible avec son édifice en forme de pyramide.

Au sommet, de petits rochers font office de siège pour notre pause pique-nique avec un très beau panorama devant nos yeux. Deux tableaux présentent les différents sommets.
Nous redescendons par le même chemin que celui emprunté lors de la montée.

Autres informations

• Accessibilité : tout à fait faisable par des enfants ; possibilité de ne faire que le sommet de la Berra. Grande place de jeux à l’arrivée du télésiège mixte.
• Itinéraire : A12/E27 sortie no 4 Bulle ; suivre Charmey/Jaunpass ; avant d’arriver à Charmey (avant le pont), prendre à fauche direction Cerniat ; traverser le village et poursuivre direction couvent de la Valsainte ; après le couvent, prendre la route qui monte à gauche direction Les Botteys/Gite Allières

puis la première à gauche direction Botteys Gite Allières ; aller jusqu’au bout de la route asphaltée.
• Coordonnées point de départ : WGS 84 (lat/lon) 46.66079, 7.17432
• Parking : gratuit, nombre de places limitées
• Balisage du chemin : clair et facile à suivre
• Restauration : Pinte d’Allières et buvette la Berra ; grande place de pique-nique au pied de la Berra (vers l’arrivée du télésiège mixte) et une table au Cousimbert
• Panorama :
Depuis le sommet du Cousimbert, les Alpes bernoises avec notamment l’Eiger, le Mönch et la Jungfrau

Les Préalpes fribourgeoises

Depuis le sommet de la Berra
Le Lac de la Gruyère avec le Jura en arrière-plan

Les Préalpes fribourgeoises sous un angle différent


Le Mont-Blanc …
• Divers : il est également possible de monter du côté Lac de la Gruyère, La Roche, aller jusqu’au parking des remontées mécaniques (payant) ; vous pouvez emprunter les remontées mécaniques qui vous amèneront jusqu’au pied du sommet. 

Cartes

Les Monts Chevreuils

Situation

Données techniques

Altitude de départ : 1’378 m
Altitude maximale : 1’479 m
Dénivelé positif : 413 m
Durée totale : 2 h 40 ; montée 1 h 05, descente 1 h 35
Distance totale : 9.8 km
Difficulté : facile-moyen

Commentaire général

Cet hiver, nous sommes allés en raquettes au sommet des Monts Chevreuils et cette randonnée nous avait beaucoup plu ; voici la version estivale. Pâturages, pentes douces, chalets d’alpage et très joli coup d’œil, bref les ingrédients d’une jolie sortie sont réunis. Seul bémol, la part assez importante de chemins asphaltés.

Descriptif de la randonnée

Laissant le téléski de la Lécherette dans notre dos, prendre immédiatement le chemin à droite qui monte direction la chapelle. Au terme de la route goudronnée

Prendre le sentier pédestre à gauche, le panneau indicateur est caché par les arbres.

Sentier, chemin carrossable et nous retrouvons la route asphaltée. Après un parc sur notre droite, nous trouvons l’indicateur suivant

Nous allons suivre l’indication Monts Chevreuils. Il faut suivre la route sur 1.5 km, puis prendre à droite, direction le chalet des Mossettes.

Selon le panneau jaune vers ce chalet, il reste 25 minutes pour atteindre le sommet.
Il faut continuer la route asphaltée qui part à gauche et ne pas se laisser tenter par un sentier dans le pâturage qui part à droite et mène à la cabane des Monts Chevreuils.

Profitez de la magnifique vue sur le lac de l’Hongrin dominé par la Pointe d’Aveneyre.

Poursuivez jusqu’au chalet de la Chuantse, le sommet est devant vous (trace dans le pâturage).

Deux brèves montées assez raides et vous y voici avec deux bancs bienvenus pour une pause.

Vue sur la chaîne des Vanils

Le Rocher du Midi et les Salaires

Le Pic Chaussy

Ensuite, nous retournons sur nos pas et revenons au chalet de la Chuantse et suivons l’indication Buvette des Monts Chevreuils sur un chemin carrossable.

En quelques minutes, nous y arrivons.

Nous repartons sur un sentier peu marqué qui passe à droite d’un poteau métallique, puis le chemin entre dans un petit bois.

Nous traversons des pâturages, en partie sur des planches car le terrain est marécageux

Et arrivons au chalet des Mossettes. Il faut suivre l’indication Les Moulins/Rodovanel sur un chemin caillouteux/herbeux

puis après être passé entre deux bâtiments sur un petit sentier.

Nous apercevons bien sur notre gauche le sommet des Monts Chevreuils (à droite sur la photo)

La cabane et les anciennes remontées mécaniques qui passent devant rappelant le passé de cette station de ski aux magnifiques pistes.

Le chemin est marqué par des poteaux

Et il faut suivre les indications jusqu’à la grande ferme du Fenil aux veaux et suivre les Moulins.

Nous revenons sur une route asphaltée.

L’indication La Lécherette est à nouveau présente.

Quitter la route en prenant un chemin carrossable à droite (panneau jaune) qui devient un sentier

qui nous ramène sur la route empruntée le matin

et au point de départ.

Autres informations

• Accessibilité : possible pour des enfants ; tenir compte du dénivelé et de la distance
• Itinéraire : Autoroute A9/E27 sortie 17 Aigle/Les Mosses. Suivre Les Mosses et continuer jusqu’à La Lécherette, parking du téleski
• Coordonnées point de départ : WGS 84 (lat/lon) 46.41991, 7.10670
• Parking : gratuit ; toilettes à disposition
• Balisage du chemin : jaune (et noir), chemin de randonnée. Il faut parfois chercher un peu
• Restauration : de mi-juin à mi-septembre à la Cabane des Monts-Chevreuils ; 2 bancs sont à disposition au sommet
• Panorama : magnifique ; au sommet, des Préalpes fribourgeoises aux Préalpes vaudoises en passant par les Dents du Midi.

Cartes

Andermatt – Wassen

Situation

Données techniques

Altitude de départ : 1’436 m
Altitude maximale : 1’436 m
Dénivelé positif : 107 m
Dénivelé négatif : 628 m
Durée totale : 2 h 30
Distance totale : 10 km
Difficulté : facile

Commentaire général

Magnifique région que ce massif du Gothard qui est la source de 4 fleuves, le Rhône, le Rhin, le Tessin et la Reuss. Le joli village d’Andermatt et sa région offrent en sus de la belle randonnée que nous vous présentons de multiples possibilités de balades. Et pour ceux qui aiment le faste, l’hôtel Chedi les comblera.

Descriptif de la randonnée

En août 2018, il y avait des travaux tant sur la route que sur le chemin. Les déviations sont bien indiquées. Dès lors, une fois les travaux terminés, il y aura quelques divergences avec ce descriptif.
De la gare, nous rejoignons la route cantonale et trouvons rapidement ce premier panneau qui nous donne toutes les indications.

Ainsi que le temps estimé de marche qui est largement compté.

Un tronçon désagréable nous attend dans la galerie couverte le long de la route. Comme indiqué, le chemin est en travaux et nous espérons que cette partie pourra être évitée.

Puis nous traversons la Reuss et abordons un chemin gravillonneux parfois pentu.

Nous avons une vue plongeante sur le Pont du Diable

Et les eaux tumultueuses de la Reuss qui se faufile dans les gorges de Schöllenen.

Nous traversons la montagne par un tunnel éclairé et arrivons 

En face du mémorial du général Souvorov.

Le chemin nouvellement aménagé est confortable avec une bande asphaltée et des à-côtés en cailloux/gravier. Le ruisseau de l’Ausser Teufelstal se jette dans la Reuss

Après avoir longé la faille dans la montagne.

Nous sommes en partie en dessus de la tranchée couverte de la route ou du train.

Puis nous abordons un chemin de montagne qui nous mène au pont de Häderli (construit en 1649), pont à 3 arches en dos d’âne dont une crue de la rivière a eu raison en 1987 et qui a été reconstruit conformément à l’original, très belle réussite.

La rivière a cette couleur typique des eaux glaciaires.

Après avoir emprunté des passerelles, nous arrivons sur la route asphaltée que nous suivons jusqu’à la gare de Göschenen et continuons pour arriver sur une route carrossable qui longe la voie ferrée.

 

Il faut bien suivre les panneaux jaunes, car il faudra quitter ce chemin (indicateur jaune) pour un chemin en escaliers qui passe sous la voie de chemin de fer.

Nous traversons divers ruisseaux grâce à de petites passerelles.

Cette jolie section est à travers forêt dans un paysage bucolique.

Cette partie compte quelques petits tronçons nécessitant de l’attention et de l’aide aux enfants.Nous rejoignons le hameau d’Hinter et Vordre Neiselen en passant à travers un pré

Et croisons de drôles de bêtes.

A Wattingen, nous voyons une très jolie demeure

Et une chapelle dont partie du toit couvre le chemin.

Avant  l’entrée de Wassen, nous arrivons sur une route asphaltée mais un indicateur jaune nous fait prendre à gauche et monter dans la forêt. Nous arrivons au musée cité ci-dessous, puis à la gare (aucun train ne s’y arrête) puis rejoignons la route principale jusqu’au centre de Wassen avec sa belle fontaine et ses nombreuses terrasses.

Autres informations

• Remarque : le chemin est ouvert de mai à fin octobre ; se renseigner auprès de l’office du tourisme d’Uri ; Téléphone : +41 (0) 41 874 80 00.
• Accessibilité : possible pour des enfants avec les remarques suivantes ; il y a quelques tronçons en gravillon avec une assez forte déclivité et une petite passerelle avec une seule main courante qui est suivi par un passage équipé d’un câble accroché le long du rocher.
• Itinéraire : par exemple, A2 sortie Göschenen, puis suivre Andermatt ;
• Coordonnées point de départ : WGS 84 (lat/lon) 46.63672, 8.59372
• Parking : payant à la gare ou un autre très grand parking un peu plus loin
• Balisage du chemin : très bien indiqué, suivre l’indication en vert 7, puis dès Göschenen, l’indication Wassen.
• Restauration : à Wassen, plusieurs restaurants. Une place de pique-nique après Göschenen.
• Points d’intérêt : dans l’ordre, l’Urnerloch, le pont du Diable (selon la légende, vu la topographie du terrain, seul le diable était capable de pouvoir y faire un pont) ; les gorges du Schöllenen que la Reuss dévale avec fracas ; le mémorial du général Souvorov ; le musée en plein air de la carrière Antonini au-dessus de la gare de Wassen.
• Divers : Pour retourner à Andermatt, il faut prendre le bus pour Göschenen (p. ex. arrêt poste à l’entrée du village dans le sens de la descente), puis le train.
• Pour nous rendre à Andermatt, nous avons choisi de monter par le Valais et faire une halte au lieu-dit Belvedere, peu avant le sommet du col de la Furka afin d’admirer la source du Rhône, le glacier du même nom et la grotte glaciaire. Pour rentrer, vous avez le choix entre la voie la plus rapide, soit l’autoroute par Lucerne ou, si vous avez le temps le Susten pour revenir par l’Oberland bernois (ou refaire la Furka et passer par le Grimsel).

Cartes

Le pont suspendu de Randa

Situation

Données techniques

Altitude de départ : 1’440 m
Altitude maximale : 2’089 m
Dénivelé positif et négatif : 726 m
Durée totale : entre 2 h 30 et 3 heures; montée:1 h 20 (indiqué 1 h 55), traversée du pont 10’, descente 1 h
Distance totale : 6 km
Difficulté : moyen (techniquement la montée n’est pas difficile ; par contre, tenir compte du dénivelé ; ne pas avoir le vertige, même si le pont bouge peu lors de la traversée ; la descente est plus compliquée, avec des passages difficiles ; être attentifs et bâtons requis).

Commentaire général

Depuis son ouverture en 2017, cela nous titillait d’emprunter la plus longue passerelle suspendue du monde avec ses 494m de long. Mais le vide de 85 m sous la passerelle ajourée qui est large de 60 cm peut en retenir plus d’un.

Il faut la mériter car la montée est dure, mais il y a de beaux points de vue sur certains sommets environnants.

Descriptif de la randonnée

A côté de l’Eglise, le panneau indicateur nous donne les indications nécessaires. Il faut suivre la direction Hauspil Hängebrücke.

Un autochtone assis sur le banc devant le panneau nous dit qu’en 1h10, nous serons à la passerelle.
Le ton est tout de suite donné par la montée assez raide sur le chemin pavé. Nous passons à côté de typiques raccards.

Puis nous entrons dans la forêt par un chemin mixte, pierreux et terreux avec parfois des racines. 

Sapins, arolles et mélèzes nous apportent une ombre bienvenue.

La pente est constante et parfois très raide et il n’y a pas de secteur plat hormis les 500 derniers mètres.
Nous avons un beau dégagement sur le Schaligrat et le Schaliggletscher.

Un poteau indicateur original nous annonce que nous sommes proches de notre but, la passerelle se trouve à 10 minutes.

L’ouvrage est vraiment impressionnant avec son arrivée Nord située plus haute que le départ Sud.

Et voici des photos prises du côté Nord

De droite à gauche, le Bishorn, le Weisshorn et le Schalihorn et leurs glaciers respectifs.

Pour la descente, nous suivons l’indication Randa Dorf.

Même type de chemin que la montée, mais avec quelques passages difficiles requérant toute notre attention et le soutien efficace des bâtons de randonnées.
Ne pas oublier de s’arrêter pour jeter un coup d’œil en arrière.

Il y a davantage de passages rocheux, parfois des marches ont été créées et sont bien utiles.

Arrivés presqu’en bas, nous distinguons la passerelle qui relie les deux rives du Dorfbächji.

Après la sortie de la forêt, nous avons également une très belle vue sur le Petit Cervin, le Breithorn et Pollux.

Et nous  voici de retour sur le chemin pavé emprunté au départ.

Autres informations

• Accessibilité : pas adapté aux enfants sauf ceux qui ont l’habitude de telles randonnées (dénivelé, passerelle et descente)
• Itinéraire : E62 jusqu’à Sierre puis route cantonale direction Brig ; tronçon autoroutier entre Susten et Gampel, suivre Zermatt ; Randa se situe juste avant le terminal de Täsch
• Coordonnées point de départ : WGS 84 (lat/lon) 46.10158, 7.78375
• Parking : petit parc payant situé plus haut que l’église; autre possibilité : à côté de la gare, parking couvert payant
• Balisage du chemin : très bien indiqué
• Restauration : aucune ; pique-nique possible à Hauspil ; Europahütte si vous faites la montée
• Panorama : voir descriptif
• Faune/flore : magnifique forêt de mélèzes, rhododendrons
• Divers : possibilité de monter à l’Europahütte en 30 minutes

Cartes

Le Chemin d’altitude du Lötschental

Situation

Données techniques

Altitude de départ : 1’766 m
Altitude maximale : 2’091 m
Altitude d’arrivée : 1’972 m
Dénivelé positif : 447 m
Durée totale : 2 h 30
Distance totale : 9.2 km
Difficulté : facile-moyen (dans l’autre sens, facile)

Commentaire général

Le Lötschental qui a su conserver ses traditions bien vivantes

est connu pour ses raccards brûlés par le soleil

et pour sa nature encore préservée.
Le très beau chemin d’altitude offre un savant mélange de magnifiques points de vue, de belles forêts et de lac.

Descriptif de la randonnée

Nous avons choisi de faire la randonnée dans le sens contraire des brochures touristiques afin d’éviter d’être dans le flot des promeneurs.
Nous avons laissé la voiture au parking payant du téléphérique de Wiler et avons pris le bus pour Fafleralp (1 par heure en saison).
Sur la grande place de parc, nous trouvons un premier indicateur, Lauchernalp    2 h 40. Puis plus d’indication, donc retour à la carte. En fait, c’est facile, il faut traverser le ruisseau et suivre l’indication « Hôtel », ce qui nous amène sur une route asphaltée et un nouveau panneau indicateur. Désormais, toujours suivre l’indication Lauchernalp ou Lötschentaler Höhenweg.

Après avoir laissé les derniers chalets à notre gauche et profité de la vue sur les glaciers et cascades, nous empruntons une route carrossable qui monte en pente régulière.

Le chemin devient mixte, terres et cailloux et hormis quelques brefs passages, il est assez large.

A notre droite, le Talgletcher situé en contrebas du Petersgrat

Et à notre gauche, le Bietschhorn

A certains endroits, notre regard (uniquement lui …) peut plonger dans la vallée où s’écoule la Randa.

Nous arrivons rapidement au très joli Schwarzsee avec ses nombreux bancs et sa place de grillades.

Nous poursuivons l’agréable chemin à travers une forêt pour arriver au hameau de Tellialp (il y a une auberge d’alpage).

Nous traversons le ruisseau Gisentella et ses eaux tumultueuses.

Le chemin monte assez fortement en zigzag le long du ruisseau puis traverse une forêt. Il est assez large avec des pierres et des racines ne posant pas de problème par temps sec.

Au lieu-dit « Wyssriedbann »,

il nous reste encore 70 m de dénivelé pour atteindre le point le plus élevé soit Weritzalp et voir le Bietschhorn sous un autre angle.

Il ne faut pas se laisser attirer par la route carrossable et bien prendre le chemin qui descend à gauche.

Après avoir traversé la route, nous poursuivons sur un large chemin avec un beau dégagement sur la vallée, le village et le Hockenhorn.

Nous voici à la station d’arrivée du téléphérique. Quel panorama magique.

Autres informations

• Accessibilité : possible pour des enfants. Suivant leur entraînement, faire la randonnée dans l’autre sens
• Itinéraire : A9/E62 jusqu’à Sierre puis route cantonale direction Brig ; tronçon autoroutier entre Susten et Gampel ; traverser cette localité en suivant Lötschental jusqu’au départ du téléphérique de Wiler
• Coordonnées point de départ : WGS 84 (lat/lon) 46.43460, 7.86205
• Coordonnées point d’arrivée de la randonnée : WGS 84 (lat/lon) 46.41114, 7.77421
• Parking : payant à Wiler ; coordonnées : WGS 84 (lat/lon) 46.40158, 7.77724 ; juste à côté se situent le point information et l’arrêt du bus pour monter à Fafleralp.
• Balisage du chemin : bien balisé
• Restauration : Tellialp ou à Lauchernalp ; place de grillades et de pique-nique au Schwarzsee ; il y a de nombreux bancs tout au long de la randonnée
• Panorama : voir descriptif
• Divers : depuis Lauchernalp, il est possible de descendre à Wiler en louant des trottinettes à gros pneus. Cela ravira bien sûr les petits et … les plus grands

Cartes

Le grand tour de la Chia

Situation

Données techniques

Altitude de départ : 996 m
Altitude maximale : 1’381 m
Dénivelé positif : 404 m
Durée totale : 2 h 30
Distance totale : 8.3 km
Difficulté : facile – moyen (facile techniquement si vous suivez le tronçon indiqué en jaune, soit la route)

Commentaire général

En 1941, la Chia inaugurait le plus long ski-lift de Suisse Romande. Ce n’est qu’en 1969 que la vétuste installation fut remplacée par le téléski actuel. A l’époque, les conditions d’enneigement permettaient même d’arriver à skis en ville de Bulle ! La petite station a diversifié ses activités et attire de nombreux adeptes de raquettes à neige ou des randonneurs en été.

Descriptif de la randonnée

En face du premier parking dans le sens de la montée, un écriteau de randonnée raquettes nous invite à monter une route asphaltée avec notamment l’indication « Grand Tour de la Chia ».

En face de nous, de gauche à droite, la Dent de Broc, celle du Chamois et celle du Bourgo ; en second plan, celles de Brenleire et Folliéran, les plus hauts sommets 100% fribourgeois.

Au terme de la route goudronnée, suivre un indicateur jaune indiquant notamment Plan-Francey ; nous empruntons un chemin carrossable qui nous amène dans un sous-bois. Etant humide, le pont traversant le ruisseau était particulièrement glissant.

Place à un sentier mixte pas toujours en très bon état qui alterne pâturages et des intermèdes forestiers. Suivre la même indication.

Au sortir de la forêt, le Moléson se dresse face à nous, majestueusement.

Sur notre gauche, la Vudalla qui fait l’objet d’une randonnée publiée sur le site.

Après une heure de marche, nous voici à la modeste mais jolie chapelle des Clés. 

Nous quittons l’étroit sentier pour un plus large, puis un chemin carrossable,  en allant toujours tout droit; nous le quittons pour prendre un chemin qui monte à droite peu avant le chalet du ski-club Chalamala.

Désormais, nous ne suivrons plus que les indications « Grand Tour de la Chia » ou les sigles du sentier raquette no 3. Le panneau se trouve 30 m après l’intersection précitée …


 

 

 

Nous passons entre 3 chalets et suivons une trace étroite parfois peu marquée qui nous amène à l’ultime montée dans la forêt.

Pierres, terre grasse et racines sont autant de pièges à maîtriser pour éviter une chute.

Arrivés au sommet, nous bénéficions d’un joli coup d’œil sur les 2 Dents précitées, respectivement le Vanil Noir, le Vanil de l’Ecri et la Pointe de Paray, notamment.

Nous arrivons alors à un tronçon très humide, avec plusieurs gouilles d’eau. Nous avons choisi de suivre le sentier raquettes en lieu et place du très humide chemin plus large qui lui est parallèle. Le sentier slalome entre les myrtilliers et de nombreuses racines sont apparentes, ce qui nécessite un peu d’attention.

Il suffit de suivre les nombreux bandeaux fixés aux arbres.

A la sortie de la forêt, voici le chalet du ski-club Alpina de Bulle (50 minutes depuis la chapelle).

Joli point de vue sur le lac de la Gruyère.

Depuis l’arrivée du téléski, nous empruntons un chemin carrossable qui descend vers la place de parc du chalet Alpina, respectivement la route asphaltée.

Notre venue ne semble guère contrarier le troupeau paissant dans le pâturage.

Deux alternatives :
– La facile, soit suivre la route ce qui rallonge le trajet de 20 minutes
– Ou le chemin pédestre étroit et glissant par endroits

 

 

 

 

 

 

 

Prenant la 2ème option, nous constatons que les bâtons sont fort utiles dans quelques passages, respectivement sur le chemin dans le pâturage qui nous amène à une route carrossable, puis à la route asphaltée que nous suivons jusqu’au parking (environ 40 minutes).

Autres informations

• Accessibilité : Si vous empruntez la route marquée en jaune, cette randonnée ne présente pas de problème particulier et est accessible aux enfants ; si vous suivez l’étroit sentier, il y a un tronçon qui nécessite prudence et attention (sentier étroit, glissant dans une forte pente) ; donc la classification devient facile-moyen.
• Itinéraire : Autoroute A 12/E27, sortie no 3 Vaulruz ; prendre direction Bulle ; traverser les villages de Vaulruz puis de Vuadens. A l’entrée de Bulle (station de lavage à gauche), continuer tout droit; puis prendre la 1ère à droite direction La Chia.
• Coordonnées point de départ : WGS 84 (lat/lon) 46.59483, 7.02656
• Parking : parkings gratuits de part et d’autre de la buvette
• Balisage du chemin : jusqu’au chalet du ski-club Chalamala, suivre l’indication « Plan-Francey ». Puis suivre l’indication « Grand Tour de la Chia » ou les panneaux de randonnée raquette no 3 qui sont en violet.
• Restauration : Buvette des amis de la Chia qui sert des mets régionaux
• Panorama : les Préalpes fribourgeoises, en particulier depuis le balcon du chalet du ski-club Alpina
• Divers : A proximité de la Chia, se trouve la chartreuse de la Part-Dieu ; voir l’article qui lui est dédié sous le
lien

Cartes

Le Pralet

Situation

Données techniques

Altitude de départ : 1’197 m
Altitude maximale: 1’568 m
Dénivelé : montée : 450 m ;
Durée montée : 1 h 15 jusqu’au chalet le Berry plus 25 minutes jusqu’au sommet du Pralet
Durée descente : 45 minutes depuis le sommet
Durée totale : 2 h 25
Distance totale : 8.3 km
Difficulté : facile-moyen 

Commentaire général

La station des Paccots a vu de très nombreuses personnes apprendre à skier sur ses pentes douces. En été, elle offre de nombreuses randonnées avec l’avantage d’avoir une liaison bus depuis Châtel-st-Denis pour ceux qui désirent utiliser les transports publics.
Le sommet visité a son pendant hivernal sous forme d’une piste noire avec un magnifique schuss.

Descriptif de la randonnée

Notre randonnée commence vers le départ du téléski de la Cagne (le 2ème à gauche dans le sens de le montée, le 1er situé en face de la caisse étant celui de Borbuintze). Nous suivons l’indication « Col de Soladier » et empruntons une route goudronnée à trafic restreint.

C’est un paysage typique des Préalpes avec ses forêts, pâturages et chalets d’alpage qui s’offre à nos yeux.

En ce mois de mai, nous voyons encore l’un ou l’autre champ de narcisses. 

Après une trentaine de minutes, nous quittons l’indication initiale pour suivre celle de Paccots-Dessus. 

A notre droite, la sombre face du Vanil des Artses qui a servi autrefois de cible d’exercice à notre artillerie militaire. 

En face  de nous, l’encolure par laquelle nous allons passer pour arriver au chalet du Berry 

Dans l’intervalle, nous avons quitté le goudron pour une route caillouteuse. Après avoir été tranquille au début, la pente devient plus forte à l’approche du chalet précité situé côté Châtel (et non celui côté col de Lys, à droite qui est celui de Paccot-Dessus). Suivant l’indication « Route des Préalpes »,

nous montons dans le pâturage et arrivons dans une forêt. Au départ,le sentier se laisse un peu deviner.

Arrivés au sommet de cette pente, nous avons un joli point de vue sur la Dent de Lys; mais ce jour-là, les nuages y crochaient et nous la cachaient. Un petit refuge forestier offre une possibilité de pause. Nous commençons la descente et arrivé au panneau jaune, nous partons en face direction du chalet du Pralet situé en face de nous.

Et nous atteignons rapidement son sommet marqué d’une petite croix.

Nous revenons sur nos pas jusqu’au panneau jaune précité et suivons la direction « Les Joncs » sur un étroit chemin de terre.

Ce jour-là, sur 300 m environ, il était boueux et très glissant, (gros orage la veille) et les bâtons nous ont permis d’éviter une rencontre non désirée avec le sol. Privilégiez cette sortie sur terrain sec et prenez garde aux enfants lors de l’un ou l’autre passage plus raide. Nous arrivons ensuite dans un pâturage et des maques jaunes peintes sur les arbres nous invitent à poursuivre notre descente avant une légère remontée, les skieurs auront reconnu la fameuse compression de la piste de ski du Pralet.
Un nouvel indicateur et nous descendons la pente douce de la piste de Borbuintse qui nous ramène au point de départ.

Autres informations

• Accessibilité : adaptée aux enfants par terrain sec ; voir dans le descritptif.
• Itinéraire : A12/E27  Vevey-Bern, sortie no 2 Châtel-st-Denis; puis suivre Les Paccots, puis à droite au milieu de la station, Les Joncs ; attention, ne pas monter jusqu’au Lac, le départ se situe en bas.
• Coordonnées point de départ : WGS 84 (lat/lon) 46.51205, 6.95081
• Balisage du chemin : chemin bien indiqué, suivre selon descriptif
• Parking : gratuit ; à gauche dans le sens de la montée, vers le téléski de la Cagne
• Restauration : plusieurs buvettes dans la région des Paccots ; vous pouvez les découvrir si vous empruntez un sentier gourmand proposé par l’office du Tourisme (lien); possibilité de pique-nique à la cabane forestière citée.
• Panorama : Voir descriptif

Cartes

Le Vully

Situation

Données techniques

Altitude de départ : 432 m
Altitude maximale: 653 m
Dénivelé : 237 m
Durée montée : 1h
Durée descente : 45’
Durée au bord du lac : 30’
Durée totale : 2 h 15
Distance totale : 7.4 km
Difficulté : facile

Commentaire général

Cette randonnée est idéale pour débuter la saison ou … pour la terminer. Elle offre un joli mélange de panorama préalpin fribourgeois et bernois, de chemins à travers vigne et le long du joli lac de Morat.

Descriptif de la randonnée

Nous empruntons la route goudronnée qui longe l’hôtel de l’Ours et nous dirigeons vers le centre du village. Un indicateur de sentier pédestre nous invite à prendre à droite et nous attaquons rapidement la première montée à travers les vignes sur une route goudronnée
Nous poursuivons à flanc de coteau et ensuite il y a une nouvelle montée sur un sentier qui devient en terre et qui traverse une forêt.

Le chemin qui est bien indiqué, alterne partie goudronnée et en terre. 

En une petite heure, nous arrivons au sommet. Un magnifique panorama s’offre à nos yeux. Il y a un vaste terrain plat permettant pique-nique et jeux pour les enfants.

Nous distinguons très bien le canal de la Broye qui relie le lac de Morat à celui de Neuchâtel et le pont Rotary érigé dans le cadre de l’Expo 02. Au fond, le Chasseral bien enneigé en ce mois d’avril.

Nous commençons par une légère descente qui nous amène vers l’Opidium, reconstitution de la fortification des Helvètes. Un panneau explique cette construction.

Puis nous rejoignons une route goudronnée que nous abandonnons rapidement, un panneau jaune nous invitant à prendre à travers champs direction lac. Il faut toujours suivre la direction Praz.

Nous entrons dans une forêt dans laquelle a été installée en 1915 une position d’artillerie, des tranchées et bunkers.

 

La descente est ensuite facilitée par des escaliers en bois. 

Au croisement, continuer direction Praz, donc en direction du lac.

Le chemin a été réaménagé suite à un éboulement. Des escaliers avec des marches assez hautes pour des enfants nécessiteront un peu d’aide des parents.

 

Nous rejoignons une route viticole, le village de Praz se trouve devant nous. On continue à travers les vignes pour arriver dans le joli village viticole de Praz. Il faut prendre la direction du lac (attention en traversant la route cantonale vers le restaurant) et nous atteignons le port et longeons ensuite le lac direction Sugiez. 

A Nant, il y a une place de jeux et pique-nique au bord du lac.

Un dernier tronçon à travers le camping puis le long du canal et nous voici de retour à notre point de départ.

Autres informations

• Accessibilité : parfaitement adaptée pour une sortie familiale. Randonnée à faire en avril-juin, respectivement septembre-novembre ; privilégier le samedi au dimanche pour éviter la foule sur le Vully
• Itinéraire : A1/E25 Bern – Yverdon, sortie no 29 Morat ; suivre direction Neuchâtel ; au giratoire à l’entrée de Sugiez, prendre direction le village ; après le passage du canal de la Broye, prendre à droite direction hòtel de l’Ours ; aller jusqu’au bout de la route
• Coordonnées point de départ : WGS 84 (lat/lon) 46.96392, 7.11417
• Parking : gratuit derrière l’hôtel de l’Ours. WC disponibles
• Balisage du chemin : bien indiqué ; voir descriptif
• Restauration : places de grillade et pique-nique au sommet du Mont Vully et au bord du lac. Pour les amateurs de filets de perche, le restaurant Bel-Air à Praz les comblera.
• Panorama : magnifique vue sur les Préalpes et au sommet sur la Plaine et le Jura ; tableau panoramique du Jura au sommet

Et pour les Gruériens, le Moléson

• Histoire : Intéressante reconstitution d’un mur des Helvètes au début de la descente. Il y a différentes fortifications militaires datant de la 1ère guerre mondiale.
• Histoire bis:  Grottes la lamberta : Il y a plus de 200 m de galeries. Ces grottes sont un paradis pour les enfants. N’oubliez pas une lampe frontale ou de poche
• Divers : En saison, vous trouverez de la doucette à Môtiers et du raisin à Nant que vous pouvez acheter directement auprès des producteurs (et à prix avantageux). La boulangerie Guillaume à Sugiez est réputée pour ses gâteaux du Vully, sucrés ou salés.

Cartes

Les gorges de l’Areuse

Situation

Données techniques

Altitude de départ : 733 m
Altitude d’arrivée : 491 m
Dénivelé positif : env. 100 m; négatif: env 340 m
Noiraigue – Champ du Moulin : 1 h
Champ du Moulin – Gare de Boudry : 2 h
Durée totale : 3 h
Distance totale : 11 km
Difficulté : facile – moyen

Commentaire général

Par temps chaud, les gorges apportent toujours une fraîcheur bienvenue. Mais elles sont également intéressantes au printemps, lorsque le débit de la rivière est plus important.

Descriptif de la randonnée

Depuis la gare de Noiraigue, nous commençons par longer la voie de chemin de fer, puis la rivière sur un chemin goudronné.

Puis nous entrons dans le vif du sujet en empruntant le chemin bien indiqué. Prenez le temps d’admirer le paysage parfois rude, parfois calme.

Un joli pont en pierres voûté nous fait traverser l’Areuse et nous arrivons au Champ-du-Moulin où nous trouvons le musée joliment dénommé de la Morille, et ce jour une intéressante exposition sur les chauves-souris. A ce stade, possibilité de reprendre le train à la halte du même nom.

Nous retraversons la rivière et passons le long du restaurant très fréquenté de la Truite sur un chemin agréable. 

Mais nous voici bientôt dans la partie très intéressante des gorges avec de magnifiques points-de-vue, où nous voyons l’eau se tracer un chemin entre les roches.

Son parcours tumultueux devient plus calme à la fin du parcours et offre de magnifiques prises de vue.

Le chemin change régulièrement de rive dont une fois par une passerelle vestige de l’expo 02.

C’est lors de cette dernière partie que nous avons rencontré des passages glissants, certes souvent brefs mais nécessitant prudence pour éviter une chute.

Un agréable chemin forestier nous amène à la dernière usine électrique et à la route goudronnée. Une dernière traversée de la rivière et nous passons devant le café du Pont et sa terrasse bien tentante pour remonter jusqu’à la gare de Boudry sur la route, passage obligé mais peu agréable.

Autres informations

• Accessibilité : Le sentier est bien sécurisé et convient aux enfants ; il y a des passerelles, escaliers métalliques et des barrières de sécurités.

 

 

 

 

 

 

Nous avons fait notre randonnée après deux jours de beau temps et pourtant le sentier était glissant et humide à certains endroits. Idem pour des escaliers faits en poutres en bois, donc prudence avec les enfants. Attention, lors de certains passages, un enfant pourrait fort bien glisser sous la barrière.
• Itinéraire : A5 Sortie no 7 Boudry ouest ; traverser le village et monter jusqu’à la gare
• Coordonnées point de départ : WGS 84 (lat/lon) 46.95474, 6.72293
• Balisage du chemin : bien indiqué
• Parking : Nous avons parqué la voiture à la gare CFF de Boudry (parking gratuit) puis pris le train pour Noiraigue (1 changement à Auvernier)
• Restauration : Possibilité de se restaurer au champ du Moulin, à côté du musée de la Morille ; mets simples et glaces. Il y a quelques tables de pique-nique ou alors possibilité de le faire au bord de la rivière. Après avoir terminé notre randonnée, nous sommes allés manger d’excellents röstis chanterelles ou jambon à l’auberge de la Grande Sagneule (environ 20 minutes en voiture).

Cartes

La voie des Erables

Situation

Données techniques

Altitude de départ et d’arrivée: 1105 m
Dénivelé : 150 m pour chaque voie
Distances : 2.25 km pour la voie orange et 3.8 km pour la voie verte soit 6 km environ au total
Durée totale 2 h 15 environ soit une heure pour la voie orange et une 1 h 15 pour la voie verte
Point de départ : vers le musée
Difficulté : facile

Commentaire général

Ce joli village mérite qu’on s’y arrête un peu. L’occasion de le découvrir nous est donnée grâce à deux parcours bien balisés.

Descriptif de la randonnée

Voie orange
Un peu avant le musée, prendre à gauche et descendre vers de magnifiques raccards dont un est ouvert. La petite route goudronnée puis le sentier sont bordés d’abricotiers. Magnifique point de vue sur la plaine du Rhône et les Muveran. Puis le chemin remonte à travers la forêt d’érables.
Le chemin est bien sécurisé et agréable. Après la place de jeux, on continue de monter et on surplombe le village avant de piquer sur le centre.

Voie verte
Le premier tronçon se déroule le long de la route goudronnée. Nous la traversons et empruntons un chemin en gravier le long d’un ruisseau. Nous passons à côté de la patinoire et continuons notre montée à l’ombre des arbres. Puis nous bifurquons à gauche toute et empruntons un joli petit sentier partiellement ombragé et qui nous amène sur une route communale ; direction centre du village. Nous pouvons l’admirer ainsi que de beaux jardins potagers. Une dernière descente vers l’Eglise et nous voici de retour au point de départ.

Autres informations

• Accessibilité : convient aux enfants
• Itinéraire : A9/E62 sortie no 24 Riddes, puis suivre Isérables, en voiture ou alors en télécabine depuis Riddes
• Coordonnées point de départ : WGS 84 (lat/lon) 46.16267, 7.24449
• Parking : gratuit à l’entrée du village
• Balisage du chemin : très bien marqué
• Restauration : La belle terrasse de l’Auberge du Mont Gelé offre une vue splendide et plongeante sur la vallée du Rhône. L’assiette randonneurs ou les excellents röstis maison raviront palais et estomacs.
• Divers : Vous trouverez de nombreux panneaux explicatifs sur la végétation, vie animale ou la vie d’autrefois ; plusieurs tables, bancs et fontaines sont à disposition des promeneurs ainsi qu’une place de jeux.

Cartes

Voie orange

Voie verte

 

 

Les 3 Veveyse

Situation

Données techniques

Altitude de départ : 809 m
Altitude minimale : 589 m
Dénivelé : 368 m
Durée totale : 2 h 30
En détails :
Jusqu’à la Veveyse réunie : 50 min
Puis jusqu’aux 2 Veveyse : 40’
Retour Châtel-st-Denis : 60’
Distance totale : 8.6 km
Difficulté : moyen

Commentaire général

Châtel-st-Denis, chef-lieu du district de la Veveyse est surtout réputée pour sa fondue, sa crème double et sa station de ski des Paccots. Cette randonnée est peu pratiquée et est bien ombragée, sauf sa dernière partie ; elle se déroule principalement dans une nature bien préservée.

Descriptif de la randonnée

Notre randonnée débute vers la place de jeux située au centre de Châtel-st-Denis. Un indicateur mentionne la direction de Vevey et de Moille-Saulaz. Il faut longer la voie de chemin de fer désaffectée en 1969 et qui reliait Châtel à Vevey. Un bref passage le long de la route cantonale et nous prenons à gauche un chemin carrossable qui est l’ancienne voie de chemin de fer.

Le chemin descend en pente douce et on retrouve de rares signes de sa précédente utilisation.

Il faut poursuivre sa route tout droit direction Vevey et ignorer le panneau indiquant passerelle. Nous empruntons alors sur une route goudronnée.

A Moille-Saulaz, pt 656, le panneau indicateur nous invite à descendre direction la rivière. Le chemin asphalté se transforme en petit sentier étroit

Et voici la 1ère passerelle sur la Veveyse réunie.

 

 

 

Suivant l’indication Châtel-st-Denis/Tusy, nous empruntons un chemin qui grimpe parfois fortement, mélange de terre humide, pierres et racines, autant de pièges pour glisser. 

En 2018, partie du chemin a été refaite, notamment le long d’un ruisseau, mais l’état laisse à désirer. 

Des barrières en bois sécurisent les endroits les plus risqués, mais des portions de chemin sont en mauvais état. Une série de marche nous permet de rejoindre un chemin carrossable près de Tusy 

Avant une barrière à bétails sur le chemin principal,

il ne faut pas manquer un chemin à gauche dont les indications sont en partie recouvertes par du feuillage.

C’est la 2ème partie délicate de la randonnée. Humidité, parfois forte pente, feuilles mortes sont réunies pour nous faire glisser. Les bâtons sont très utiles, sinon, il faut se retenir aux barrières en bois.

Et nous voici arrivés à la Veveyse de Fégire avec son pont en bois que nous traversons.

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous suivons un panneau qui nous indique « passerelle 5 min. » et nous voici arrivés à la Veveyse de Châtel et sa passerelle métallique.

 

 

 

 

 

 

 

 

Deux possibilités s’offrent à vous au lieu-dit « Vieux Châtel » point 638


• Suivre la direction Châtel-st-Denis; nous amorçons la dernière grosse montée. La pente est assez rude et l’ombre apportée par la forêt est bienvenue. Puis nous débouchons dans un pâturage que nous traversons et rejoignons une route carrossable. Une petite descente et une courte et raide montée et nous arrivons sur une route goudronnée. Nous passons sous la semi-autoroute et longeons la zone industrielle. Arrivés à la route de Montreux, il faut partir à gauche pour rejoindre le centre de Châtel et notre point de départ.

Ou suivre l’indication « Les Chaux » et traverser la rivière sur la passerelle métallique. Ce chemin nous ramène en 15 minutes sur l’ancienne voie ferrée puis en 30 minutes à Châtel-st-Denis. Son gros avantage, il permet de nous éviter de longer la zone industrielle sur une route asphaltée, dernière section du parcours. A refaire, je choisirais cette option; en jaune sur la carte figée.

Autres informations

Accessibilité : pas adaptée aux enfants sauf ceux habitués à un chemin parfois difficile
• Itinéraire : A12/E27 Vevey – Fribourg, sortie no 2 Châtel-st-Denis; suivre direction centre
• Coordonnées point de départ : WGS 84 (lat/lon) 46.52613, 6.89929
• Parking : payant vers la place de jeux
• Balisage du chemin : voir descriptif
• Restauration : à Châtel-st-Denis ou dans la région des Paccots où il y a de nombreuses buvettes d’alpage en saison
• Faune : très nombreux oiseaux et si vous avez de la chance, un écureuil

Cartes

St-Saphorin – Cully avec variante Lutry

Situation

Données techniques

Altitude de départ : 394 m
Altitude maximale : 522 m
Dénivelé positif/négatif: 200 m env.
Durée montée : 50 ‘ jusqu’à Chexbres
Durée totale : 2 h
Distance totale : 7.4 km
Difficulté : facile

Commentaire général

Depuis 2007, le Lavaux est inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco. C’est bien sûr un incontournable. Faites cette ballade à différentes périodes de l’année, vous pourrez ainsi voir l’évolution de la vigne.

Descriptif de la randonnée

C’est le croquignolet village de Saint-Saphorin qui marque le départ de notre promenade : maisons serrées les unes contre les autres, petites ruelles pavées en pentes ainsi que les vignes environnantes concourent à en faire un lieu magique.

Nous montons direction de l’église et prenons ensuite à droite en suivant la direction de Vevey.

En effet, la route goudronnée qui part à gauche et qui monte direction la vigne à Gilles est moins plaisante que le petit tunnel voûté puis les escaliers en pavés.

La pente est assez raide et il n’est pas rare qu’un chat vous accompagne, quémandant vos caresses.

A l’arrivée sur le chemin goudronné, prendre à gauche, plein ouest. Devant nous se déroulent les vignobles du Lavaux. Des bancs ou une tonnelle nous invitent à faire une pause pour admirer le paysage aussi beau à l’ouest qu’à l’est.

Un peu avant Chexbres, il faut prendre un chemin herbeux qui part à gauche direction Rivaz. Puis nous croisons la route communale Chexbres – Rivaz et continuons à flanc de coteau. Rapidement un petit chemin en escaliers qui se faufile entre les vignes s’offre à nous et nous amène dans le joli bourg de Rivaz. Empruntez la route sur 300 m et suivre les panneaux indicateurs qui nous feront obliquer à droite. Une petite descente puis la traversée d’un ruisseau et nous voici repartis pour une montée qui nous amène à un magnifique point de vue.

La vue est vertigineuse sur les vignes du Dézaley et le village de Treytorrens.

 

 

 

 

 

 

 

Palmiers et arbres offrent de l’ombre pour une pause qui peut être agrémentée d’un verre (ou d’une bouteille de blanc) qui sont en vente au cabanon tout proche.

Nous repartons direction Epesses et passons à côté des magnifiques bâtiments de l’Abbaye de la Ville de Lausanne qui donne son nom à un excellent vin puis à côté de la très belle demeure du Dézaley. Arrivés à Epesses, nous avons choisi de prendre à droite une montée qui nous amène au village. Ensuite, nous descendons sur la gauche pour quitter la route principale et passer par le cœur du village. Notre chemin nous ramène sur la route communale en général très fréquentée. Caveaux et caves accueillent volontiers le chaland.

Au lieu de continuer le long de la route nous menant à Riex, à la fin du village d’Epesses, nous descendons à gauche, direction lac. A la fin de la descente, nous nous retrouvons au bord de la route cantonale que nous allons longer. Des escaliers à votre gauche passent sous les deux ponts, routiers et ferroviaires et cheminent le long d’un ruisseau. Un petit effort et nous voici au bord du lac que nous longeons jusqu’au port.

Autres informations

• Accessibilité : tout à fait adaptée aux enfants ou aux personnes qui marchent peu
• Itinéraire : A9/E62 Sortie no 14 La Veyre/Vevey puis prendre direction Lausanne ou sortie no 13 Chexbres puis prendre direction Vevey jusqu’à St-Saphorin
• Coordonnées point de départ : WGS 84 (lat/lon) 46.47280, 6.79821
• Parking possible à l’entrée des deux localités
• Balisage du chemin : bien indiqué, suivre le descriptif
• Pour le retour à St-Saphorin, emprunter le RER Vaud
• Restauration : le restaurant La Cambuse situé à côté du camping vous permettra d’échapper à la foule du bord du lac et surtout, offre une très belle terrasse au bord du port, respectivement du lac. A côté, vous pourrez faire une sieste dans le gazon ou alors goûter aux joies de la baignade dans le lac (petites plages).
• Panorama : en dessus de Saint-Saphorin, vue sur les Alpes valaisannes, notamment Grand-Combin et le Catogne

Sinon, le long du parcours, sur le vignoble, le Léman et les Alpes françaises.
• Divers : Ne pas oublier de prévoir une pause apéritif dans votre programme et de déguster les vins de Lavaux (avec modération …)
• Ce jour-là, nous avons eu la chance d’assister à la parade des vieux bateaux de la CGN

Cartes

• Variante/complément
Pour ceux qui n’en ont pas assez, il est possible d’aller jusqu’à Lutry au lieu de descendre sur Cully.
Durée : 1 h 45
Distance : 6.5 km
Dénivelé positif 140 m, négatif 225 m
Difficulté y compris la variante : Moyen (distance/durée); facile techniquement

A Epesses, il faut continuer en direction de Riex. A l’extrémité ouest du village, vous arrivez à un rond-point. Il faut suivre les indicateurs jaunes qui vous invitent à emprunter un chemin qui monte, direction nord. Après 10 minutes de marche, il ne faut pas manquer le fléchage inscrit sur la route et contre le mur qui nous amènent sur un petit chemin pour arriver au joli hameau de Chenaux que nous traversons par une courte descente.

Après avoir traversé la route cantonale, nous marchons à travers les vignes et découvrons quelques magnifiques demeures. Nous arrivons ensuite à Grandvaux et poursuivons notre chemin direction Aran. Le paysage est superbe et il y a une terrasse et des bancs qui nous invitent à en profiter pleinement.

Très belles demeures au mileu des vignes aux lieux dits Montagny et le Château.

Après avoir traversé un petit ruisseau, nous marchons quelques instants sur un mur de vigne aménagé en sentier. 

Une descente à forte pente et nous voici au hameau du Châtelard. Nous croisons à nouveau la route de la petite Corniche et longeons la voie de chemin de fer et un chemin en zigzag nous amène près de la tour Bertholo qui faisait partie du dispositif de défense de Lutry à l’époque du Moyen-Âge.

Nous quittons à regret les vignes pour arriver à Lutry dont les quais sont très agréables, de même que les terrasses de café, mais très fréquentés.
Remarque : le chemin est très bien marqué, il suffit d’être un peu attentif.

Cartes

La cabane de la Tourche

Situation

Données techniques

Altitude de départ Les Martinaux : 1’728 m
Altitude de la cabane : 2’195 m
Dénivelé poisitif/négatif : 462 m
Durée montée : 60’
Durée descente : 45’
Durée totale : 1 h 45
Distance totale : 5.8 km
Difficulté : facile en suivant la route puis le chemin à flanc de coteau ; sinon facile – moyen

Commentaire général

La montée en voiture de Lavey-les-Bains à Morcles est déjà une aventure avec ses 33 épingles à cheveu. Nous sommes dans le dispositif militaire du verrou de St-Maurice et outre les casernes de Savatan et de Dailly, vous trouverez de nombreux forts. Le charme de cette randonnée réside notamment dans le magnifique panorama qui s’offre à vos yeux.

Descriptif de la randonnée

Depuis le parc, nous empruntons un chemin carrossable qui alterne lacets et rectilignes et nous fait prendre régulièrement de l’altitude.

Nous quittons ce chemin pour un chemin de montagne au panneau indicateur « La Tourche ». La pente se redresse nettement et le chemin est étroit, parfois peu commode mais sans danger, sauf lorsqu’il est humide, le terrain est alors glissant et les bâtons sont pratiques.

Nous voici arrivés à cette cabane moderne et confortable.

Il est possible de redescendre par le même chemin ou de faire le détour en suivant le chemin partant à plat depuis la cabane ou de prendre la direction de la croix de Javerne.

Autres informations

• Accessibilité : faisable par des enfants par temps sec, être prudent sur le premier tronçon de la descente
• Itinéraire : A9/E27 Sortie no 19 Bex ou 20 St-Maurice ; suivre Lavey-les-Bains-Morcles puis les Martinaux
• Coordonnées point de départ : WGS 84 (lat/lon) 46.21497, 7.05108
• Parking : gratuit, une vingtaine de places
• Balisage du chemin : très bien indiqué
• Restauration : Karine, l’accueillante et dynamique gardienne a quitté la cabane et nous ne sommes pas remontés depuis le changement de gardiens; nous compléterons cette rubrique après notre prochaine visite.
• Panorama : la cabane est très agréable ; de la terrasse ou des tables intérieures proches de larges baies vitrées, très belle vue sur les Dents-du Midi et le Mont-Blanc ; juste au-dessus de la cabane, vue sur les Préalpes vaudoises, de l’Argentine à la Tour d’Aï

• Divers : La randonnée étant brève, vous pouvez poursuivre jusqu’à la Croix de Javerne ; pour la descente depuis la Croix, soit vous revenez sur vos pas (1h en tout) ou prenez au retour le chemin descendant à droite et permettant de rejoindre la route carrossable (50’); itinéraires indiqués en bleu sur la carte.

Cartes

La Dent de Vaulion

Situation

Données techniques

Altitude de départ : 1’146 m
Altitude d’arrivée : 1’482 m
Dénivelé : 367 m
Durée montée : 1 h 10
Durée descente (par le chalet de la Dent) : 1 h
Durée totale : 2 h 10
Distance totale : 7.3 km
Difficulté : facile

Commentaire général

Un grand classique du Jura vaudois, apprécié du fait que la randonnée est facile et le panorama sur les Alpes bernoises et les Préalpes fribourgeoises est superbe, mais également la vue plongeante sur le lac de Joux et celui des Brenets. Du fait qu’une route goudronnée amène les visiteurs jusqu’ à la buvette située au pied de la dernière montée, le sommet attire beaucoup de monde.

Descriptif de la randonnée

Le panneau indicateur nous donne la direction et nous suivons un bon chemin forestier. Après 800 m, il ne faut pas manquer le petit chemin qui monte à gauche et qui est balisé par un panneau jaune. Le chemin devient plus étroit, se faufile dans la forêt. Nous avons fait la randonnée en automne et la terre noire humide, les racines et les pierres en faisaient un revêtement glissant.

Puis nous sortons de la forêt et longeons la route menant à la buvette.

Une dernière montée et nous voici au sommet

Nous redescendons jusqu’à la buvette par le même chemin et nous obliquons à droite (panneau indicateur à la hauteur du restaurant). Le chemin est tout d’abord peu visible puis descend assez directement dans la pente. Nous avons préféré marcher à côté car c’était moins glissant. Nous rejoignons un chemin carrossable vers le chalet de la petite Dent et continuons notre randonnée sur un chemin goudronné jusqu’au prochain chalet de la Dent. 750 m plus loin, il faut prendre à gauche (panneau jaune indiquant Pétra Felix) et suivre un chemin caillouteux emprunté sur 500 m et à nouveau à gauche pour un chemin qui nous amènera à notre point de départ en traversant une ligne de toblerones et de fortifications.

Autres informations

• Accessibilité : randonnée adaptée pour des enfants en prenant en compte la remarque précitée (terrain glissant)
• Itinéraire : A1/E23 sortie 20 Cossonay, suivre Vallée de Joux/Col du Mollendruz jusqu’à l’intersection de Pétra Felix
• Coordonnées point de départ : WGS 84 (lat/lon) 46.65911, 6.34793
• Parking : Au départ de l’itinéraire, grand parc gratuit
• Balisage du chemin : bien indiqué ; suivre le descriptif ci-dessus
• Restauration : buvette de la Dent ouvert de mai à fin octobre ; quelques tables et bancs au sommet pour le pique-nique, sinon nombre de rochers conviennent également.
• Panorama : au sommet, très beau dégagement et vue sur les deux lacs

• Divers : Vu le terrain glissant lors de la montée à travers la forêt (pierres, racines, humidité), nous recommandons de faire le tour dans le sens indiqué ; éviter la foule des randonneurs nécessite de partir tôt.

Cartes

Le Molard

Situation

Données techniques

Altitude de départ : 1’297 m
Altitude du sommet : 1’752 m
Dénivelé positif et négatif : 455 m
Durée montée : Parking – pt1 622 La Forcla: 40 min, pt 1622 – sommet: 40 min
Durée descente : 50 minutes
Total : 2 h 10
Distance totale : 6.4 km
Difficulté : facile-moyen (facile techniquement)

Commentaire général

La région des Avants est notamment connue pour la neige de mai, soit des champs de narcisses qui fleurissent entre mi-avril et mi-mai selon les expositions. Ses sommets offrent également de beaux points de vue sur le Léman et sur les Alpes.

Descriptif de la randonnée

Nous empruntons d’abord un chemin goudronné. Il faut rester sur la gauche et ne pas prendre la bifurcation de droite (aller tout droit en fait) ; dès le départ la pente est assez raide ; puis le goudron laisse rapidement la place à un chemin carrossable. A l’approche du chalet de la Forcla, la déclivité diminue.

Ensuite, le chemin monte en pente douce

en direction d’une magnifique cabane faite par les bûcherons de Montreux.

La dernière partie du chemin s’effectue à travers les myrtilliers et sur un chemin herbeux avec de nombreuses racines. 

En ce mois de mai, le sommet était encore enneigé.

Pour la descente, il y a 3 possibilités à partir de la cabane des bûcherons : soit le même itinéraire, soit l’itinéraire qui part en face de la cabane par la Goille aux Cerfs, très bucolique, mais le chemin est parfois étroit et glissant; pour le dernier itinéraire, à la cabane, il faut prendre à gauche direction du col de Soladier ; avant d’arriver au col, ne pas manquer le panneau indicateur sur la droite qui nous indique le chemin du retour. On passera en contrebas de la cabane du CAS et en dessus du chalet de la Planniaz. Depuis celle-ci, le chemin est goudronné. Compter 30 minutes supplémentaires pour le retour par cette variante (soit 1h20 )

Autres informations

• Accessibilité : dans la version aller-retour, l’itinéraire ne présente pas de problème pour des enfants bien chaussés et habitués à randonner.
• Itinéraire : A9/E27 sortie no 15 Montreux ; suivre Les Avants ; après ce village, suivre l’indication « vallon d’Orgevaux »; juste avant d’arriver au restaurant de la Cergniaulaz (sur la carte, Cergniaule), il faut prendre une route à droite (dans le sens de la montée). Vous trouverez un bâtiment avec un panneau indiquant des randonnées ainsi que des WC.
• Coordonnées point de départ : WGS 84 (lat/lon) 46.46298, 6.94646

• Parking : 100 m en dessus du restaurant
• Balisage du chemin : bien indiqué ; pour les variantes de retour, suivre en sus le descriptif
• Restauration : cabane des bûcherons, possibilité de faire des grillades et tables pour le piquenique ; attention, par beau temps, elle est très occupée ; sinon le restaurant de la Cergnaulaz est une très bonne table. Dans le vallon de Villard, qui est situé à l’ouest nous vous recommandons également le restaurant des Fougères.
• Panorama : de gauche à droite, Teysachaux et le Moléson

A gauche, la Dent de Lys puis les Préalpes fribourgeoises dont les Vanils en arrière-plan

Puis les Dents du Midi, le Mont-Blanc en second plan et le Grammont 

Le Lac Léman et le Mont-Pèlerin

le Jura.

• Faune/flore : Tant le Mollard que le Folly sont des montagnes à myrtilles.
• Divers : Avant le chalet, le panneau indique sur la gauche le chemin vers le Folly, sommet similaire au Mollard ; il y a un peu moins de monde qu’au Mollard. La vue est par contre moins spectaculaire.

Cartes

En rouge : l’itinéraire présenté
En jaune : la variante retour par le col de Soladier et la Planniaz

Le Creux du Van

Situation

Données techniques

Altitude de départ : 972 m
Altitude du sommet du Soliat : 1’463 m
Dénivelé : 550 m
Durée montée : 1 h 30
Durée descente : 1 h 15
Durée totale : 2 h 45
Distance totale : 9 km
Difficulté : facile – moyen

Commentaire général

C’est un très grand classique, mais un paysage qui nous ravit à chaque visite. Vu sa grande fréquentation et la possibilité d’arriver à proximité du sommet en voiture (restaurant du Soliat), il est impératif de commencer la randonnée tôt le matin pour pouvoir bien profiter du paysage.

Descriptif de la randonnée

Notre randonnée débute devant la Ferme Robert et il suffit de suivre les indicateurs jaunes. Le chemin forestier en pente douce nous amène d’abord à la Fontaine Froide (1126 m) puis nous choisissons le chemin marqué rouge et blanc dont la pente s’élève rapidement avec un ou deux passages où les bâtons sont bien utiles.

Le chemin devient assez direct dans la pente avec des passages de marches en pierre.

De temps à autre nous bénéficions d’une lucarne sur le cirque du Creux-du-Van.

Arrivé à la sortie de la forêt, il est possible de rejoindre la buvette du Grand Vy en 10 minutes. Sinon poursuivre à travers le pâturage et le spectacle devient à la fois grandiose et un peu inquiétant si l’on s’approche du bord. C’est le bon moment pour faire une pause pour admirer ce paysage et faire des photos.

Puis nous poursuivons direction le sommet du Soliat où le tableau du panorama est bien détérioré.

Nous retournons sur nos pas et traversons le mur de pierres sèches par un petit passage prévu à cet effet.

Nous restons sur le chemin parfois étroit le long du cirque, le coup d’œil sur le cirque est superbe.

Après avoir laissé le restaurant du Soliat à notre gauche, nous entamons la descente. Ce jour, nous avons rencontré de nombreux promeneurs qui montaient; le sentier 14 contours étant étroit, il faut faire preuve de fair-play pour croiser correctement. Le sentier descend régulièrement et nous amène en une heure à la ferme des Oeillons. Nous prenons alors une route forestière qui nous ramènera à notre point de départ.

Autres informations

• Accessibilité : possible pour des enfants ; la dernière partie de la montée dans la forêt est très raide et il faudra peut-être les aider. Surveillance accrue des enfants sur le chemin le long du cirque.
• Itinéraire : A1/E25, sortie 8 Areuse, suivre Bôle – Rochefort puis le Val de Travers jusqu’à Noiraigue ; depuis la gare, suivre Ferme Robert
• Coordonnées point de départ : WGS 84 (lat/lon) 46.94343, 6.73609
• Parking : parking à la Ferme Robert; attention, il est souvent très occupé
• Balisage du chemin : très bien indiqué
• Restauration : la Ferme Robert et son agréable terrasse, le Grand Vy et le Soliat ; à la ferme des Oeillons, il n’y a que des boissons.
• Panorama : depuis le sommet du Soliat ; aux extrémités du cirque
• Divers : Nous avons préféré faire la montée par le sentier du Single qui est assez pentu et la descente par le sentier des 14 contours dont la déclivité est plus douce. La montée et la descente sont dans la forêt, donc possible de faire cette randonnée par temps chaud.
A Noiraigue, vous trouverez une excellente Chocolaterie, la maison Jacot.
Se trouvent à proximité, les mines d’asphaltes à Travers et à Couvet, la maison Mauler qui fait des vins mousseux.

Cartes